Psycho : ce besoin d'être aimé qui nous façonne en profondeur

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 22 Mai 2006 : 02h00
-A +A
Le besoin d'être aimé nous façonne très profondément, souvent sans que nous en ayons conscience. Nous savons que nos attitudes, nos réactions, nos sentiments, notre ressenti sont le résultat de notre histoire de vie, de nos expériences, de nos blessures, même si, bien sûr, ils sont aussi influencés par notre caractère naturel. Il est impossible de déterminer le degré d'importance de chaque facteur. Mais nous pouvons essayer de nous comprendre nous-même…

Ce besoin d'être aimé

L'un des facteurs de notre évolution est forcément notre besoin d'être aimé de notre entourage et en premier lieu de nos parents. Si je suis enfant, je veux me faire aimer par mes parents et j'ai envie qu'ils continuent à m'aimer. Pour cela, je mets en place des stratégies qui me semblent adaptées. J'agis en répondant à une question : « comment me comporter pour que mes parents m'aiment » ? Et je m'adapte.Le résultat de cette stratégie est que, très jeune, je me façonne une manière d'être qui me semble la meilleure pour être aimé. Laquelle ?

Être aimé se façonne en nous dès l'enfance

Pour l'un cela sera de paraître courageux, si les parents s'exclament à chaque progrès : « Bravo, quel enfant courageux ». Pour d'autres, cela sera de se plaindre sans arrêt, si cela semble attirer et stimuler l'affection : « pauvre chéri, il s'est fait mal, courrons le consoler ». Pour d'autres, cela sera d'être discret s'ils entendent : « Il est très agréable, c'est un enfant calme », ou d'être bavard : « Il est très sociable, il sait s'exprimer et il a des idées sur tout ». Ou encore, un enfant très actif : « voyez comme il est dynamique et comme il va de l'avant », ou une fille garçon manqué « quelle sportive, ce n'est pas comme certaines filles » si son papa regrette de ne pas avoir eu de garçonLa mise en place de ce fonctionnement, qui reste par la suite présent toute la vie, s'inscrit en effet très tôt dans nos comportements, sans que souvent, nous en ayons conscience. Ainsi, nous pouvons avoir tendance à fonctionner d'une manière qui ne nous est absolument pas naturelle, qui est fausse par rapport à ce que nous ressentons intérieurement, mais qui correspond à ce que nous pensons souhaitable pour être aimés.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 22 Mai 2006 : 02h00
A lire aussi
Souffrances, peurs et dépendance affective Publié le 15/10/2007 - 00h00

Souffrances, peur et dépendance, pour en parler, nous avons rencontré Gérald Pagès*, psychothérapeute, dont c'est l'axe privilégié de travail. Nos difficultés à l'âge adulte plongent souvent leurs racines dans des souffrances de la toute petite enfance, et en particulier le manque...

Le vrai amour est inconditionnel Publié le 02/01/2007 - 00h00

Nous avons besoin de nous sentir aimés pour être bien dans notre peau, besoin de sentir de l'affection. Si nous n'avons pas le sentiment d'être aimés, nous recherchons, de manière presque maladive à nous faire aimer. Nos actions sont alors uniquement posées dans un souci de plaire à l'autre....

Vacances et famille recomposée : mode d’emploi Publié le 15/07/2013 - 09h03

Les vacances en famille sont a priori un joli moment de vie, une parenthèse dans l’année. Mais quand on part en famille recomposée, des tensions peuvent survenir, celles, bien sûr, de toutes les familles, mais en plus les tensions liées à la recomposition familiale. Alors comment faire au...

Plus d'articles