Psycho : les 3 facettes de la peur

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 23 Janvier 2006 : 01h00
Mis à jour le Mardi 14 Mai 2013 : 15h18
-A +A

La peur est une émotion, un ressenti, mais elle peut être décomposée en trois aspects très différents, l'un corporel, l'autre mental et le troisième comportemental.

J'ai peur : 3 significations différentes

- J'ai peur, je ressens physiquement la peur : je pâlis, je me sens paralysé, je transpire à grosses gouttes, mon coeur s'accélère. C'est mon corps qui réagit, je n'en suis pas maître. Cette peur se ressent très fortement, mais elle peut rester invisible à un observateur extérieur. Si vous ne dîtes pas, si vous n'exprimez pas que vous avez peur, nul ne peut le deviner, à moins de très bien vous connaître !- J'ai peur de quelque chose, j'anticipe. Par exemple, «j'ai peur de prendre l'avion». Vous n'avez pas peur au moment où vous parlez, mais vous supposez, vous imaginez que prendre l'avion va déclencher une peur corporelle ! Cette peur est celle qui est présente dans les phobies. On pense à quelque chose qui, par avance, nous angoisse. Et c'est une manière formidable de cultiver la peur ! Plus on y pense, plus elle augmente ! C'est pourquoi les psychothérapies cognitives sont efficaces dans ces cas-là. Elles permettent de travailler sur ces pensées toxiques pour les faire évoluer autrement. - J'ai peur et je réagis au danger. Cette fois, c'est mon comportement qui est en jeu. Je fuis, ou au contraire, je réagis violemment. Dans ce cas, la peur est visible de l'extérieur et votre entourage s'en rend compte.

Toutes les combinaisons sont possibles

Ces trois peurs peuvent bien sûr coexister. Vous anticipez la peur, vous ressentez la peur et vous réagissez à cette peur. Mais elles peuvent aussi être isolées. Vous pouvez très bien être très angoissé à l'idée que quelque chose se produise, sans que cela arrive jamais. Ainsi, l'exemple de cet homme qui consulte pour une peur de la panne sexuelle qui le hante depuis des années, alors qu'il n'a jamais eu une seule panne de sa vie !Vous pouvez aussi vous sentir transpirer, le coeur battre très vite, c'est-à-dire éprouver une peur physique sans la ressentir émotionnellement. C'est comme si votre corps avait peur, mais pas vous !Et puis, vous pouvez fuir un danger avant même de l'avoir perçu mentalement, comme si vos jambes courraient plus vite que votre tête !Toutes les combinaisons sont possibles entre ces trois peurs. Vous pouvez ainsi connaître de grandes victoires intérieures sans que personne ne s'en aperçoive : on peut vous juger très courageux par une action, alors que dans votre corps, vous avez ressenti une peur terrible.C'est pourquoi la sagesse populaire dit bien que le courage, c'est de surmonter sa peur, et non de ne jamais la ressentir !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 23 Janvier 2006 : 01h00
Mis à jour le Mardi 14 Mai 2013 : 15h18
Source : D'après le Dr Gérard Apfeldorfer, auteur du livre " Pas de panique, manuel à l'usage des phobiques et des angoissés ", Éditions Hachette.
A lire aussi
Nos mécanismes de défense face à l'angoisse Publié le 23/02/2009 - 00h00

L'angoisse est une sensation très désagréable, voire insupportable quand elle se situe à un niveau élevé. Aussi avons-nous tendance à mettre en place des mécanismes qui nous permettent de la supporter, de la surmonter plus facilement. Il s'agit des mécanismes de défense.

Quand le stress devient chronique… Publié le 30/03/2015 - 15h02

Le stress est une réaction naturelle devant une situation ou un événement pouvant nous mettre en danger. Il s’agit donc d’une alerte efficace pour nous inciter à réagir et à nous adapter. En cela, le stress est une bonne chose. Mais quand il devient chronique, tout change.

Écrire pour extraire nos peurs Publié le 25/02/2008 - 00h00

Nous avons tous des peurs en nous, petites ou grandes. Ces peurs nous limitent beaucoup. Comment faire pour les atténuer et faire diminuer le frein qu'elles représentent ? Grâce à l'écriture, testez votre capacité à changer.

Plus d'articles