Protégez-vous de l'infarctus en vous vaccinant contre la grippe !

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 28 Décembre 2004 : 01h00
-A +A
Quel rapport entre la grippe et l'infarctus ? Et bien la grippe favorise la survenue de l'infarctus dans les trois jours suivant l'infection. La grippe favorise tout autant les attaques cérébrales. D'où l'importance de la vaccination.

Est-ce qu'une infection urinaire ou respiratoire aiguë, comme une grippe, une pneumonie ou une bronchite, peut favoriser la survenue d'un infarctus du myocarde ou d'une attaque cérébrale ? La réponse est "OUI" et nous le savons grâce aux résultats d'une étude anglaise qui a suivi le dossier de 60.000 personnes ayant eu un infarctus et 55.000 ayant eu une attaque cérébrale. Une augmentation de la survenue de ces accidents vasculaires est en effet observée dans les jours suivant l'infection, surtout vers le troisième.

Fort à propos, les chercheurs ont vérifié si un tel phénomène s'observait après des vaccinations (grippe, tétanos, pneumocoque). Cette fois-ci la réponse était négative.

Comment interpréter un tel phénomène ? Selon les auteurs, tant les infarctus que les attaques cérébrales sont des phénomènes inflammatoires au niveau des artères. En contribuant à l'inflammation, les infections urinaires et respiratoires augmentent les possibilités d'accidents vasculaires.

Cette étude est très importante. Elle nous permet de comprendre pourquoi la vaccination contre la grippe réduit de manière importante la mortalité toute cause. Elle réduit la mortalité par grippe bien sûr, mais aussi par d'autres causes inflammatoires. Nous comprenons aussi pourquoi, d'une manière générale, les infections contribuent aux accidents vasculaires. Ce phénomène avait été observé avec un microbe appelé chlamydiae. En fait, il faut probablement se méfier de toute infection.

Que retenir en pratique ?

Tout d'abord que si on est un sujet à risque d'accident vasculaire, il faut se vacciner contre la grippe chaque année. Il est aussi intéressant de se vacciner contre le pneumocoque, autre agent infectieux très courant, responsable de très nombreuses angines, sinusites, bronchites et pneumonies.

Ensuite, qu'il ne faut pas négliger les infections quand elles surviennent. Il faut prendre des antibiotiques si nécessaire, et prendre de l'aspirine et de la vitamine C en cas d'inflammation. Cette association vitamine C et aspirine est le plus ancien des traitements contre les infections virales, dont la grippe. Cette étude nous montre qu'il est toujours d'actualité.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 28 Décembre 2004 : 01h00
A lire aussi
Des bactéries augmentent le risque d'infarctus Publié le 10/05/2005 - 00h00

Depuis longtemps, une bactérie dénommée Chlamydia pneumoniae est suspectée de jouer un rôle dans les évènements cardiovasculaires. Selon une étude américaine, les antécédents d'infections dus à cette bactérie augmentent considérablement le risque de faire un infarctus du myocarde. En...

Quand risque-t-on une pneumonie ? Publié le 03/02/2014 - 07h30

La pneumonie est une infection des poumons qui peut être causée par différents germes, des virus, des bactéries ou encore des champignons, même si la cause la plus fréquente est la bactérie pneumocoque....

Prévention de l'infarctus : les moyens méconnus Publié le 15/05/2006 - 00h00

Pour prévenir l'infarctus et l'accident vasculaire cérébral, il faut bien sûr agir sur les facteurs de risques comme le tabac, le cholestérol, l'hypertension, le diabète, etc. Il existe aussi des moyens simples qui permettent de se protéger. Le point avec e-sante.fr et le Dr Philippe Presles,...

Pourquoi est-on plus souvent malade en hiver ? Publié le 02/12/2015 - 16h23

Vous l’avez évidemment remarqué, nous sommes plus souvent malades en hiver. Comment expliquer ce phénomène ? Sommes-nous vraiment plus fragiles ? Les microbes sont-ils plus nombreux, plus virulents lorsqu’il fait froid ? Le point sur cette question qui nous a tous effleurés un jour.

Plus d'articles