saphia
Portrait de cgelitti
L'année dernière, en courant j'ai ressenti une forte douleur au genou gauche comme si la jambe allait s'arracher de la cuisse (c'était au moment de l'extension du genou que ça soit en courant ou en marchant). Cette sensation a persisté quelques heures en ayant tout de même des moments de repos mais est finalement partie. Néanmoins, une douleur au genou revient de manière récurrente au niveau postéro-externe lorsque je marche, court et surtout lorsque je monte les escaliers.

Un medecin spécialiste du sport m'a dit que j'avais le syndrome fémoro-patéllaire mais que c'était infime. Pour ceux qui ne le sauraient pas c'est en gros une sorte de malformation au niveau de l'emboîtement fémur-patella.

Cela ne m'empêche en rien de faire du sport mais c'est vrai que la douleur est parfois gênante même si elle devient de plus en plus rare.

Je souhaiterais juste savoir si des personnes ont ce même syndrome et si elle peuvaient m'apporter leur témoignage.

J'aimerais savoir aussi si des gens savent s'il est possible que le mal du genou puissent avoir un lien quelconque avec le psychologique. En effet, ce medecin en question m'a dit qu'il était possible que ça pouvait être psychosomatique. Et j'ai remarqué que cette douleur revient au moment où je remémore une période de ma vie disons très désagréable.

Flamand rosé
Portrait de cgelitti
J'ai le même problème depuis un accident en descendant à pied la pente abrupte d'une montagne sur une grande distance. Pas assez échauffée avant, peu actif en temps normal donc peu sportif ( sauf pour le ski alpin), cette descente estivale avait mis à rude épreuve une musculature des genoux pas assez renforcée et mal préparé à subir ces tensions répétitives sur les rotules. À cela s'ajoute une blessure antérieure( en ski) au genou gauche surement mal guérie. Quand les articulations présentes un défaut de "manufacture" ( le mouvement de la rotule(patella) sur la trochlée fémoral n'est pas optimal, entre autres choses), les risques de blessures sont plus grand. Je penses qu'il faut travailler la souplesse du corps( autant pour son entretien que durant la performance sportive) comme du tempérament qui souvent cherche a dominer le reste. Être attentif aux douleurs du corps et les respecter. Une blessure surtout au genou même ancienne peut être lourde de conséquences et devenir un handicap chronique. Ce qui a le mieux soulagé mes douleurs rotuliennes jusqu'à maintenant c'est l'acupuncture. Après l'accident de randonnée,le md m'avait diagnostiqué une chondromalacie rotuliennne ( syndrome fémoro-patellaire)au deux genoux. Aujourd'hui je ne peut marcher que de courte distance en ville( plus longue en campagne)et mon gauche bloque fréquemment. Faire un peu de jogging sur du béton ou bien du badminton,j'oublie ça! Pour la bicyclette, ça dépend du degré du dommage chondral et de l'ajustement de l'engin car l'importante flexion sollicite fortement les rotules. Je suis persuadé qu'il faut beaucoup de patience pour renforcer ces genoux en diversifiant les occasions et les types d'activités car au final tu est celle qui doit connaître le mieux ton corps. Pour finir, c'est fort possible que ton moral diminue ta tolérance à la douleur. Aussi,je penses qu'il faut s'hydrater plus fréquemment qu'à l'habitude pour "rafraichir le système" et diminuer l'inflammation. Aussi, changer fréquemment de chaussure car le béton leur rend la vie très dure. Bonne chance à tous. Bravo Léa pour ton témoignage judicieux. fr
saphia
Portrait de cgelitti
j'ai 58 ans et ne souffre pas d'embonpoint. je ne sais pourquoi, j'ai de plus en plus une sensibilité aux deux genoux: je ne puis rester debout plus de cinq minutes sans ressentir une douleur aux deux genoux. Par ailleurs, mon genou droit s'est déboité il y a une quinzaine de jours, j'ai réussi à le remettre en place immédiatement; mais la douleur a persisté pendant près de deux semaines.
Sujet vérouillé