Produits toxiques et cancer du sein : pas de lien

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Septembre 2002 : 02h00
-A +A
Enfin une bonne nouvelle ! Le risque de développer un cancer du sein n'augmente pas avec l'exposition à certains composés chimiques contenus par exemple dans les pesticides, la fumée de cigarette, les gaz d'échappement ou les aliments grillés.

Plus de 570 femmes américaines atteintes d'un cancer du sein ont été comparées à 420 femmes indemnes. La teneur sanguine en composés classés comme « potentiellement cancérogènes » ayant été quantifiée, les auteurs constatent des taux plus ou moins similaires dans les deux groupes de femmes. De même, aucun lien n'a été identifié entre les altérations de l'ADN et d'autres composés chimiques comme ceux dégagés par le tabagisme actif ou passif ou encore apportés par la consommation d'aliments grillés ou fumés.

Dans le cadre d'une autre analyse, ce sont les polluants environnementaux qui ont été recherchés dans le sang des sujets, dont le DDE (métabolite du DDT, pesticide désormais interdit), le chlordane (un insecticide autrefois employé contre les termites), le dieldrine (pesticide) et d'autres produits désormais interdits dans l'industrie. Encore une fois, aucune relation n'a été retrouvée entre le développement d'un cancer du sein et l'exposition antérieure à ces composés.

Malgré tout, en l'état actuel des connaissances, on ne peut exclure la possibilité de réponses individuelles. D'autres études sont nécessaires afin d'identifier précisément un tel facteur de risque.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Septembre 2002 : 02h00
Source : Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention, 11 : 677-697, 2002.
A lire aussi
Pesticides : quels sont les vrais risques pour notre santé ? Publié le 21/10/2013 - 08h30

D'après une étude récente de l'Inserm, l'exposition professionnelle à des pesticides pourrait favoriser la survenue de certaines pathologies graves chez l'adulte.Quant aux expositions intervenant au cours de la période prénatale et périnatale -ainsi que la petite enfance- elles peuvent...

Qualité de l'air : pire à l'intérieur qu'à l'extérieur Publié le 19/05/2008 - 00h00

Confirmation : l'air que l'on respire à l'intérieur est pire que celui que l'on inspire à l'extérieur, pourtant pollué par la circulation automobile ou les émanations industrielles. Or comme le rappellent les auteurs de cette étude, « un Français passe en moyenne 22 heures sur 24 en espace...

Plus d'articles