cgelitti
Portrait de cgelitti

Bonjour,

Ce message juste pour parler de mon vécu sur le procédé ESSURE, récent moyen de contraception définitive.

J'ai 40 ans, mariée, 2 enfants de 11 et 8 ans, et je prends la pilule depuis mes 18 ans.

Etant convaincue que je ne voulais plus d'enfant, et en ayant marre d'ingérer des hormones tous les mois, j'ai demandé à ma gynéco s'il existait des moyens de contraception définitifs, elle m'a tout de suite orienter vers un chirurgien qui pratique la méthode ESSURE.

RDV pris, celui ci m'explique le principe : la pose de mini implants en forme de ressorts dans les trompes, qui vont se boucher progressivement (3 mois).

Procédé sous anesthésie locale, il passe par les voies naturelles, donc quasiment indolore.

Il faut vérifier par échographie que rien ne peut empêcher l'intervention ( kyste aux ovaires, fibrômes...)

Pendant les 3 mois il faut conserver une contraception alternative et ce n'est qu'après vérification - toujours par échographie - que le chirurgien confirme que la pose est correcte et efficace et qu'on peut arrêter toute contraception.

Ensuite c'est très réglementé, il faut respecter un délai de réflexion de 4 mois après le premier RDV avant l'intervention.

Ca c'est la théorie, voici mon vécu :

En juin je passe l'échographie, tout va bien, malgré la présence d'un fibrôme mais qui est en retrait donc ne gênera pas le chirurgien (je précise qu'à aucun moment il ne m'a reparlé de ce fibrôme et de la conduite à tenir par rapport à celui ci...)

Donc RDV est pris pour le 11 juillet pour l'intervention.

Il me rééexplique la procédure, que pour éviter que les trompes se contractent je devrais prendre un antiinflammatoire le matin de l'intervention, que même si anesthésie locale, je dois prendre RDV avec un anesthésiste, que c'est en ambulatoire, entrée en fin de matinée et sortie en fin d'après-midi, que je pourrai reprendre le boulot le lendemain, et la facture : 500 euros dont 100 et quelques euros pris en charge par la sécu... Ca il ne m'en avait pas parlé au premier RDV.

Et qu'après l'intervention je ressentirai des douleurs de type pré-menstruelles, en restant vague sur la durée de celles ci, avec quelques pertes de sang aussi, sans préciser vraiment la durée.

Je vois l'anesthésiste une semaine avant, qui me demande si j'appréhende... Je lui dis que, oui, un peu, cela reste une intervention chirurgicale... Elle me dit qu'on me donnera donc quelque chose pour me détendre avant l'intervention.

OK !

Le 10 juillet, appel de la clinique pour confirmer l'heure d'admission... Hic, je suis convoquée à 8h au lieu de 11h30, bon cela dit rien de bien méchant...

Le matin de l'intervention, à jeun, l'infirmière me donne le décontractant, qui fait bien effet puisque je m'endors carrément en attendant l'heure de descendre au bloc.

Je retrouve une anesthésiste devant le bloc qui me rassure et me dit que la partie la plus douloureuse est le passage des instruments au niveau du col de l'utérus et que si j'ai mal elle poussera un peu l'anesthésie...

Bizarre, le chirurgien ne m'a jamais parlé de cette douleur au niveau du col, et d'anesthésie locale, je passe à une anesthésie totale même si pas complètement endormie...

Evidemment j'appréhende de plus en plus, et le passage du col est vraiment douloureux... Du coup je pense que l'anesthésiste a dû vraiment forcé sur la quantité, je ne me rappelle plus de grand chose ensuite.

Passage en salle de réveil rapide puis remontée dans ma chambre... Douleurs pré-menstruelles... oui, c'est vrai, j'ai l'impression d'avoir de nouveau 15 ans où je ne pouvais pas aller à l'école tellement j'avais mal au ventre !

Le chirurgien passe me voir me dit que tout s'est bien passé, qu'il a dû tout de même attendre et forcer un peu à gauche car la trompe était contractée. J'ai droit à un Dafalgan 1000 et je peux sortir dès que mon mari vient me chercher... Je me sens vraiment dans le gaz, et retourne direct me coucher, je dors de 16h au lendemain matin...

J'ai toujours mal, je perds du sang, le chirurgien m'a prévenue qu'il fallait que je vérifie ma température car si poussée fébrile, ça peut être signe d'une perforation des trompes - tiens ça non plus il ne m'en avait jamais parlé...

Bref direction le boulot... où je comate toute la journée, toujours avec des douleurs importantes dans le ventre.

Heureusement que c'est un vendredi... mais je pense que le chirurgien aurait dû m'arrêter une journée... j'aurai pris le temps de me remettre correctement au moins de l'anesthésie...

Je passe le week-end à surveiller ma température mais mis à part ces satanées douleurs et pertes de sang, tout va bien ! J'ai dû attendre l'arrivée de mes règles pour que tout ça se calme un peu.

Aujourd'hui ça fait un peu plus d'un mois, et j'ai de nouveau des pertes de sang et des douleurs importantes au niveau des trompes... en dehors de mes règles évidemment.

Je ne sais que penser... j'avoue que je regrette un peu, mais j'attends le mois d'octobre pour être fixée.

Quand je dis que je regrette, c'est surtout entre le discours du chirurgien très rassurant, et minimaliste sur les à-côtés par rapport au ressenti que j'en ai.

Non ce n'est pas indolore, non ce n'est pas une petite intervention de rien du tout...

Je reviendrais ici raconter la suite au moins d'octobre, mais si le procédé vous tente, n'hésitez pas à vous faire valider tous les effets secondaires post-opératoires etc... car il n'y a pas encore suffisamment de recul sur cette méthode pour être objectif.

(avant l'intervention, je n'avais trouvé que des messages super positifs sur le sujet...)

PUB
PUB