Le priapisme : quand une érection trop forte devient un problème

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 21 Mai 2007 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 14 Mars 2013 : 10h35
-A +A
La peur d'une érection trop faible, trop peu durable ou totalement absente est un sujet d'inquiétude pour beaucoup d'hommes. Pourtant, une érection très forte et qui dure très longtemps peut se révéler un problème beaucoup plus grave. C'est le priapisme.

Qu'est exactement un priapisme ?

Il s'agit d'une érection permanente, tellement forte qu'elle en est douloureuse, qui survient ou persiste en dehors de toute excitation sexuelle. Le gland, lui, n'est pas aussi dur. Il s'agit donc d'un état d'érection inappropriée qui dure et qui est extrêmement désagréable.

Le problème du priapisme n'est pas seulement la gêne, ou même la douleur, mais les conséquences désastreuses d'un tel événement.

En effet, les corps caverneux risquent d'être abîmés par cette « hyper érection », de se scléroser, de se rigidifier et d'entraîner une dysfonction érectile importante, voire une impossibilité totale d'érection par la suite.

Le priapisme est une urgence !

C'est pourquoi le priapisme est une urgence. Quand il se produit, il faut contacter de toute urgence un médecin (urologue, andrologue), de manière à stopper ce priapisme rapidement. Car après quelques heures d'hyper érection, les corps caverneux sont abîmés.

En attendant, il est possible de se mettre debout et de pratiquer des flexions-extensions des jambes pendant plusieurs minutes. Les muscles en mouvement détournant le flux sanguin peuvent faire diminuer l'érection. On peut aussi doucher les jambes et le pénis à l'eau froide pour contribuer à déclencher une contraction des vaisseaux. Tenter d'uriner peut aussi aider à arrêter ce priapisme.

Le médecin injecte une substance vaso-active visant à faire revenir le pénis à l'état de repos.

Et si c'est inefficace, il pratique une ponction dans le pénis, de manière à évacuer le sang piégé dans les corps caverneux.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 21 Mai 2007 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 14 Mars 2013 : 10h35
A lire aussi
Dysfonctionnement érectile (ou impuissance sexuelle) Publié le 06/09/2001 - 00h00

Le terme " impuissance " n'est plus guère utilisé par les médecins. Ceux-ci parlent plutôt de troubles d'érection ou de dysfonctionnement érectile, expressions qui font référence à l'incapacité d'obtenir et de maintenir une érection suffisamment rigide pour avoir une activité sexuelle...

Impuissance masculine : plus de peur que de mal Publié le 12/03/2001 - 00h00

Pathologie aux multiples implications psychologiques et relationnelles, l'impuissance masculine est une vraie maladie dont les mécanismes sont de mieux en mieux connus, et pour laquelle des traitements sont actuellement disponibles.

Affections du pénis Publié le 12/01/2014 - 23h00

Les affections du pénis peuvent prendre trois formes différentes : douleur, écoulement anormal ou érection prolongée sans désir sexuel (priapisme). Contrairement à l'opinion populaire assez répandue, le priapisme n'est pas la manifestation d'une vitalité sexuelle excessive, mais...

Les troubles de la sexualité masculine Publié le 08/01/2002 - 00h00

Les troubles de la sexualité masculine sont fréquents et plus ou moins graves selon leur fréquence et les répercussions psychologiques qu'ils provoquent. Quand ils posent de vrais difficultés, il devient alors important de déterminer leur origine afin de pouvoir y remédier.

Plus d'articles