Le priapisme : quand une érection trop forte devient un problème

Le priapisme : quand une érection trop forte devient un problème

La peur d'une érection trop faible, trop peu durable ou totalement absente est un sujet d'inquiétude pour beaucoup d'hommes.

Pourtant, une érection très forte et qui dure très longtemps peut devenir un problème beaucoup plus grave.

C'est le priapisme.

Qu'est exactement un priapisme ?

Il s'agit d'une érection permanente, tellement forte qu'elle en est douloureuse, qui survient ou persiste en dehors de toute excitation sexuelle. Le gland, lui, n'est pas aussi dur. Il s'agit donc d'un état d'érection inappropriée qui dure et qui est extrêmement désagréable.

Le problème du priapisme n'est pas seulement la gêne, ou même la douleur, mais les conséquences désastreuses d'un tel événement.

En effet, les corps caverneux risquent d'être abîmés par cette « hyper érection », de se scléroser, de se rigidifier et d'entraîner une dysfonction érectile importante, voire une impossibilité totale d'érection par la suite.

 

Le priapisme est une urgence !

C'est pourquoi le priapisme est une urgence. Quand il se produit, il faut contacter de toute urgence un médecin (urologue, andrologue), de manière à stopper ce priapisme rapidement. Car après quelques heures d'hyper érection, les corps caverneux sont abîmés.

En attendant, il est possible de se mettre debout et de pratiquer des flexions-extensions des jambes pendant plusieurs minutes. Les muscles en mouvement détournant le flux sanguin peuvent faire diminuer l'érection. On peut aussi doucher les jambes et le pénis à l'eau froide pour contribuer à déclencher une contraction des vaisseaux. Tenter d'uriner peut aussi aider à arrêter ce priapisme.

Le médecin injecte une substance vaso-active visant à faire revenir le pénis à l'état de repos.

Et si c'est inefficace, il pratique une ponction dans le pénis, de manière à évacuer le sang piégé dans les corps caverneux.#E#

 

Mis à jour par Dr Catherine Solano - médecin sexologue le 14/03/2013
Créé initialement par le 21/05/2007

Cet article fait partie du dossier Spécial troubles sexuels masculins

Trouvez-vous cet article intéressant ?