Pourquoi n’y a-t-il que des vieux magazines dans les salles d’attente ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 19 Décembre 2014 : 08h25
Mis à jour le Vendredi 19 Décembre 2014 : 10h08

Comment se fait-il que les cabinets médicaux ne proposent que des magazines périmés et peu attractifs dans leur salle d’attente ? Les praticiens le savent bien, mais pas forcément tous les patients. Des chercheurs ont mené une enquête pour répondre objectivement à cette intrigante question…

© getty

Les magazines sont chapardés par les patients

Les médecins et autres personnels de santé accaparent-ils les nouveautés ? Le budget visant à faciliter l’attente des patients est-il insuffisant ? Les praticiens jugent-ils inutile d’améliorer la qualité de l’attente des malades ? Il est quand même surprenant de n’avoir sous la dent que des magazines usés et datant de plusieurs années. Pourquoi ne peut-on pas feuilleter chez un médecin les mêmes magazines people et croustillants que chez le coiffeur ?

Pour éclaircir cette énigme, des chercheurs néo-zélandais ont pisté le devenir des 87 magazines placés dans la salle d’attente du cabinet d’un médecin d’Auckland. Ceux-ci couvraient tous les domaines, des plus people aux plus économistes. Tous dataient de moins d’un an et la moitié d’entre eux de moins de deux mois. Informés de l’expérimentation en cours, les secrétaires médicales et autres personnels se sont bien gardés de toute ponction dans ce stock de magazines.

Au bout d’un mois, 41 magazines avaient disparu, soit près d’un sur deux, ce qui correspond à un rythme de 1,32 journal volé par jour.

PUB

Les magazines people disparaissent les premiers

Outre les publications les plus récentes, ce sont les journaux à potins qui ont eu le plus de succès. Un petit calcul des auteurs nous apprend que ces derniers avaient 14 fois plus de risques d’être subtilisés que les magazines d’actualités plus sérieux. D’ailleurs aucun d’entre eux n’avait été « emprunté » lors de cette expérience !

Il faudrait maintenant mener une enquête pour analyser les motivations des patients à chaparder autant dans les salles d’attente de leur médecin

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 19 Décembre 2014 : 08h25
Mis à jour le Vendredi 19 Décembre 2014 : 10h08
Source : Arroll B. et al., British Medical Journal, 2014;349:g7262, http://www.bmj.com/content/349/bmj.g7262.
PUB
PUB
A lire aussi
Médecin traitant : le mode d'emploiPublié le 22/12/2004 - 00h00

Le système du médecin traitant se situe au coeur de la réforme de l'assurance maladie. Tous les assurés sociaux de plus de 16 ans vont devoir choisir un médecin traitant, « pivot » d'un parcours de soins désormais coordonné. Les conditions de cette révolution se précisent, en voici le...

Pédiatre ou généraliste ?Publié le 03/03/2004 - 00h00

Le médecin de votre bébé doit-il être pédiatre ou généraliste ? L'idéal serait peut-être de faire appel aux deux, afin de bénéficier de leurs compétences complémentaires. Mais le plus important est un bon " feeling ". D'où toute la portée du choix et d'en changer le cas échéant.

Faire face à la maladie d'AlzheimerPublié le 15/09/2004 - 00h00

Il cherche constamment son gillet, il grignote plutôt qu'il ne mange, il lui arrive de ne plus remettre une voisine ? Bien sûr on préfère en rire, on évoque son « grand âge », on accuse « la vieillerie ». Finalement on trouve ça presque normal... Mais au fond, on sait bien que ce n'est...

Plus d'articles