Pour tous ceux qui prennent du Spasfon®

Pour tous ceux qui prennent du Spasfon®

Quarante ans après sa mise au point, le Spasfon® est toujours utilisé par des millions de personnes. Principalement employé pour soulager les troubles intestinaux, ce médicament permet d'atténuer les douleurs abdominales, les ballonnements, les diarrhées ou la constipation. Le point sur ce médicament hors pair.

Indications du Spasfon®

Comme indiqué sur la notice, le Spasfon® comporte quatre indications :

  • traitement symptomatique des douleurs liées aux troubles fonctionnels du tube digestif et des voies biliaires ;

  • traitement des manifestations spasmodiques et douloureuses aiguës des voies urinaires : coliques néphrétiques ;

  • traitement symptomatique des manifestations spasmodiques douloureuses en gynécologie ;

  • traitement adjuvant des contractions au cours de la grossesse en association au repos.

Troubles fonctionnels intestinaux : 5 à 20% des Français

Le Spasfon® est un médicament dit « antispasmodique », très largement prescrit en cas de troubles intestinaux. Il faut dire que ces douleurs intestinales sont particulièrement fréquentes : elles touchent 5 à 20% des Français. À noter que les femmes sont deux fois plus concernées que les hommes, particulièrement entre 30 et 50 ans.

Les troubles fonctionnels intestinaux se définissent par des douleurs abdominales (syndrome de l'intestin irritable ou colite spasmodique), des troubles du transit comme la constipation ou la diarrhée et des ballonnements. Les symptômes sont très variables d'une personne à une autre et évoluent au cours du temps en intensité, en fréquence et en durée (la durée moyenne des poussées étant de 5 jours). Même si cette affection est considérée comme bénigne, elle peut retentir considérablement sur la qualité de vie sociale et professionnelle.

Également appelés colopathie fonctionnelle, ces troubles intestinaux interviennent sans cause apparente, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas dus à des lésions ou à une maladie de l'intestin. En revanche, certains facteurs sont connus pour favoriser ces troubles, comme une prédisposition familiale, un déséquilibre alimentaire, une faible consommation d'eau, la sédentarité, le stress, l'anxiété ou un état dépressif.

Mis à jour par Dr Philippe Presles le 24/02/2011
Créé initialement par Isabelle Eustache le 12/06/2006
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources : Le Quotidien du Médecin, 18 mai 2006.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus