Pour les femmes ayant une prédisposition génétique au cancer du sein : bloquer la progestérone pourrait limiter les risques de développer le cancer

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 08 Décembre 2006 : 01h00
-A +A
Le RU 486 ou « pilule abortive » pourrait prévenir le cancer du sein chez les femmes génétiquement prédisposées. En bloquant l'action de la progestérone, cette substance empêcherait le développement des cellules cancéreuses.

Brca1 : le gène du cancer du sein

En fonction de leur patrimoine génétique, certaines femmes sont plus à risque que d'autres de développer un cancer du sein. En effet, un gène impliqué dans ce cancer a été identifié : le « Brca1 ». Ainsi, les femmes porteuses d'un gène Brca1 inactif (muté) sont génétiquement prédisposées à développer ce cancer. On estime que plus de 50% de ces femmes développeront un cancer du sein avant l'âge de 70 ans.

Gène Brca1, progestérone et cancer du sein : le rôle de la progestérone

Sachant que le gène Brca1 influence l'activité des deux principales hormones sexuelles féminines que sont l'estrogène et la progestérone, restait à découvrir le comment du pourquoi. Les chercheurs ont ainsi poussé leurs recherches dans ce sens et ont montré que chez la souris, le fait de porter un gène Brca1 inactif est associé à une augmentation de l'activité de la progestérone. Et lorsque ces animaux sont traités par une substance capable de bloquer l'action de la progestérone, on constate qu'ils ne développent pas de tumeurs. Toutes les souris non traitées ou traitées à l'aide d'un placebo, ont développé des tumeurs vers l'âge de 5 à 8 mois. En revanche, celles qui ont reçu l'inhibiteur de progestérone en étaient toujours indemnes à l'âge de 12 mois.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 08 Décembre 2006 : 01h00
Source : Javanovic Poole et coll., Science, p 1467, 1er décembre 2006.
A lire aussi
Cancer du sein : sur la piste d'un vaccin préventif Publié le 14/06/2010 - 00h00

Les vaccins sont classiquement utilisés pour prévenir les maladies infectieuses. Mais on pourrait bientôt recourir aussi à la vaccination contre le cancer du sein, comme le suggèrent des chercheurs qui, après avoir testé avec succès leur vaccin chez des souris, souhaitent passer à un essai...

Cancer du sein : révolution prochaine de la thérapie Publié le 10/05/2005 - 00h00

Concernant le cancer du sein, mémorisez bien cette appellation : inhibiteur de la PARP1. L'explication scientifique est très compliquée, mais retenez que ce traitement est plus efficace et bien plus spécifique que les chimiothérapies actuellement disponibles. Cette stratégie thérapeutique...

Plus d'articles