Les porteurs de stimulateur cardiaque voyagent aussi !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 02 Juillet 2003 : 02h00
-A +A
Les porteurs d'un stimulateur cardiaque peuvent mener une vie tout à fait normale. Et quel que soit le mode de transport, ce type d'appareillage ne contre-indique nullement les voyages. Il suffit simplement de respecter certaines précautions.

Un voyage en vue ? Avant le départ et pendant votre séjour, respectez ces quelques conseils et mesures de précaution.

  • Consultez votre cardiologue avant le départ en cas d'appareillage récent.
  • N'oubliez pas votre carte de porteur de stimulateur cardiaque. Les données qu'elle contient (marque et type du stimulateur, dernier réglage, coordonnées du centre d'implantation) seront essentielles si un contrôle ou un nouveau réglage s'avère nécessaire.
  • Demandez à votre cardiologue de vous indiquer les coordonnées d'un centre spécialisé susceptible de contrôler et régler votre stimulateur en cas de problème ou de séjour prolongé à l'étranger.
  • Dans les aéroports, même si aucune affiche ne vous y invite, présentez toujours votre carte de porteur de stimulateur aux contrôles de police et aux agents de sécurité afin d'éviter le passage dans les portiques magnétiques détecteurs de métaux. Ceux-ci ne manqueraient pas de sonner et pourraient, au même titre que les détecteurs manuels, dérégler la programmation de votre appareil. En règle générale, vous devez éviter toutes les interférences électromagnétiques.
  • En cas d'hospitalisation, informez le personnel médical, car certains appareils (bistouris électriques, lithotripsie, IRM…) peuvent perturber le fonctionnement de votre stimulateur. En revanche, les examens de radiologie usuelle sont autorisés.
  • Evitez d'exposer au soleil de façon prolongée la cicatrice et la loge du stimulateur. Le boîtier pourrait s'échauffer et brûler les tissus environnants.
  • En cas de tuméfaction, d'inflammation ou d'écoulement au niveau de la cicatrice ou de la loge, en cas de fièvre inexpliquée, consultez le plus rapidement possible, sans attendre le retour.
  • Certains symptômes, comme une contraction du muscle pectoral sous le stimulateur ou un hoquet à cadence rapide témoignant d'une stimulation diaphragmatique, un bref vertige, un court malaise, ou bien sûr une perte de connaissance, doivent vous amener à consulter rapidement un centre spécialisé afin de contrôler votre stimulateur.

Toutes ces précautions s'appliquent également aux porteurs d'un défibrillateur automatique implantable. Ces derniers devront cependant en respecter deux de plus :

  • en cas de délivrance d'un choc par l'appareil, contactez un centre spécialisé capable d'interroger, de contrôler et de régler le défibrillateur ;
  • certains défibrillateurs peuvent émettre des " bips " en cas d'interférences électromagnétiques et surtout en cas d'épuisement des piles. Même consigne, consultez rapidement un centre spécialité sans attendre le retour.

Défibrillateur automatique implantable. Ces derniers devront cependant en respecter deux de plus :

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 02 Juillet 2003 : 02h00
Source : Coeur et santé, revue de la Fédération française de Cardiologie, n°130, mars-avril 2002.
A lire aussi
Le stimulateur cardiaque : quel intérêt pour les sujets âgés ? Publié le 28/05/2003 - 00h00

Inventé il y a plus de 40 ans, le stimulateur cardiaque est aujourd'hui principalement posé chez les personnes de plus de 60 ans. La technologie a bien sûr formidablement évolué, les indications aussi. Voici ce qu'il faut savoir sur le fonctionnement de ces « petites boîtes » et ce qu'il...

Morts subites : 2000 morts de trop Publié le 19/06/2000 - 00h00

Chaque année 2000 personnes pourraient être sauvées en France si l'Etat ne limitait pas la pose des défibrillateurs cardiaques implantables. Il s'agit d'un très grave problème de santé publique qui illustre bien certains dysfonctionnements de notre système de santé.

Plus d'articles