Pollution : exposition des femmes enceintes en baisse

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 14 Novembre 2014 : 12h07
Mis à jour le Vendredi 14 Novembre 2014 : 13h54

Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), l’exposition des femmes enceintes et de leurs enfants à naître à des polluants de l’environnement est en baisse.

Il s’agit des premiers résultats disponibles à l’échelle nationale concernant le plomb, le mercure et le bisphénol A.

Les expositions aux polluants environnementaux diminuent

Ce sont les premiers résultats issus de l’enquête Elfe (Etude longitudinale française depuis l’enfance). Celle-ci constitue le volet périnatal de l’étude Esteban* débutée en avril 2014 dans le cadre du deuxième Plan national santé environnement (PNSE2), visant à surveiller la présence dans l’organisme de substances chimiques issues de notre environnement.

Qu’il s’agisse du plomb, du mercure ou du bisphénol A, les expositions des femmes enceintes et de leur enfant in utero sont en diminution par rapport à celles observées dans des études antérieures et dans d’autres pays, notamment européens.

PUB

Protéger les bébés et les femmes enceintes

Autrement dit, ces substances sont toujours repérées chez les femmes enceintes, dans les urines, les cheveux, le sang de cordon, mais à des taux qui s’amenuisent. Ce constat serait directement lié à la mise en œuvre en Europe, au cours des dernières années, de mesures de protection des enfants.

Outre la tendance à la diminution des plombémies depuis les années 1990, grâce notamment à l’interdiction de l’essence plombée, le bisphénol A est aussi progressivement substitué dans les matières plastiques. Après avoir été interdit dans tous les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans en janvier 2013, ce perturbateur endocrinien aux effets potentiels sur le développement du fœtus et du nourrisson devrait aussi disparaître de la totalité des plastiques en contact avec les denrées alimentaires d’ici 2015.

D’autres résultats, concernant notamment les phtalates, les pesticides, les composés polybromés, perfluorés et d’autres métaux, seront disponibles d’ici fin 2014 précise l’InVS.

* Esteban : Étude de SanTé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 14 Novembre 2014 : 12h07
Mis à jour le Vendredi 14 Novembre 2014 : 13h54
Source : Communiqué de presse de l’Institut de veille sanitaire (InVS), 12 novembre 2014, http://www.invs.sante.fr/fr/Espace-presse/Communiques-de-presse/2014/En-France-l-exposition-des-femmes-enceintes-et-de-leurs-enfants-a-naitre-a-des-polluants-de-l-environnement-est-en-baisse.
A lire aussi
Bisphénol A : les substituts sont tout aussi dangereuxPublié le 19/01/2015 - 16h01

Bonne nouvelle, le bisphénol A est interdit dans tous les contenants alimentaires depuis le 1er janvier 2015.La mauvaise nouvelle est que les substituts de ce perturbateur endocrinien sont tout aussi dangereux que le bisphénol A lui-même. On s’en doutait, mais aujourd’hui des études le...

Le bisphénol sera interdit à l’horizon 2015Publié le 10/10/2012 - 10h43

Bonne nouvelle, le bisphénol A sera bel et bien interdit. Mauvaise nouvelle, l’application de cette interdiction, initialement prévue en janvier 2014, est repoussée d’un an. Ce qui représente une année d’exposition supplémentaire à ce perturbateur endocrinien.

Bisphénol A : 80% de notre exposition est alimentairePublié le 09/04/2013 - 15h44

Après trois années de recherches, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) publie son rapport d’évaluation, confirmant des risques sanitaires associés au bisphénol A. Ce rapport indique également que les « expositions réelles de la population au bisphénol A » se font...

Plus d'articles