Le plomb retarde la puberté

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 28 Mai 2003 : 02h00
-A +A
Une exposition environnementale au plomb peut être responsable d'un retard pubertaire chez les filles.

Dans le cadre de la 3e Enquête nationale sur la Santé et la Nutrition américaine, des chercheurs ont mis en relation la plombémie (taux de plomb dans le sang) et le développement pubertaire des filles âgées de 8 à 18 ans.

La concentration moyenne de plomb mesurée chez tous les sujets était inférieure à 3µg/dl.Cependant, les chercheurs constatent que la taille des jeunes filles ayant un taux de plomb supérieur à 3µg/dl est inférieur à celles dont la plombémie était inférieure à 1µg/dl. Par ailleurs, les concentrations de plomb supérieures à 3µg/dl étaient associées à un retard significatif du développement mammaire et de la pilosité pubienne. Le retard de l'âge des premières règles était de 3,6 mois.

Une exposition environnementale au plomb peut donc retarder la puberté et la croissance chez les filles. D'autres analyses sont néanmoins indispensables avant de tirer des conclusions définitives.

En France comme dans certains pays de l'Union Européenne, l'imprégnation des populations par le plomb est en régression, mais reste supérieure à celle estimée en Amérique du Nord.Le plomb est un métal lourd utilisé encore aujourd'hui pour ses propriétés particulières dans la réalisation de nombreux produits manufacturés (accumulateurs, câbles, pigments de peintures). Son exploitation intensive à certaines époques de notre histoire a conduit à sa dissémination sur toute la surface du globe. Métal indestructible, il se concentre dans les couches superficielles du sol.Or le plomb est toxique sur différents organes, comme l'ont démontré de nombreux travaux portant sur des populations exposées professionnellement. Chez le jeune enfant, l'intoxication par le plomb est particulièrement grave car elle peut entraîner une déficience persistante des fonctions cognitives, même lorsque l'exposition est relativement faible. Le caractère quasiment irréversible de cette intoxication chronique, du fait de sa localisation osseuse et de sa libération épisodique durant toute la vie, rend capitale l'éradication du plomb dans l'environnement.Des actions sont toujours engagées en amont pour réduire les sources de contaminations, dont les principales sont les sites industriels, une eau agressive et l'alimentation.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 28 Mai 2003 : 02h00
Source : Selevan S.G. et coll., N. Engl. J. Med., 348 : 1527-36, 2003.
A lire aussi
Saturnisme Publié le 02/09/2002 - 00h00

Le saturnisme est une intoxication due au plomb.D'abord maladie contractée par certains professionnels, elle s'observe maintenant plutôt chez les enfants défavorisés vivant dans des logements insalubres. Le saturnisme touche près de 4400 enfants de 1 à 6 ans en France métropolitaine (étude...

Substances toxiques : pas de dosage de leurs effets sur notre santé Publié le 17/03/2008 - 00h00

Les nouvelles molécules chimiques sont de plus en plus nombreuses. Très peu font l'objet de recherches toxicologiques, nous ne connaissons pas leurs effets, nous ne savons pas les doser et lorsque c'est le cas, nous ne disposons d'aucune norme… et ne savons pas les traiter (en les « chélatant...

Pesticides : les Français sont toujours surexposés Publié le 30/04/2013 - 15h45

Selon un rapport de l’Institut de veille sanitaire (InVS), les Français sont bien plus exposés que les Allemands, Américains et Canadiens aux insecticides, largement utilisés dans le traitement des cultures et dans les applications domestiques (antipuces, anti-moustiques…).

Plus d'articles