PIPRAM FORT 400 mg, comprimé enrobé

-A +A

Vous consultez la fiche PIPRAM FORT 400 mg, comprimé enrobé sous la présentation suivante : PIPRAM FORT 400 mg, comprimé enrobé, boîte de 10

Classe thérapeutique : Infectiologie - Parasitologie Quinolones Quinolones de 1ère génération Acide pipémidique

Principes actifs : Acide pipémidique

Catégorie de médicaments : Médicament de ville

Laboratoire titulaire : SANOFI-AVENTIS FRANCE

Laboratoire exploitant : SANOFI-AVENTIS FRANCE

Remboursement : 65 %

Produit dopant : Non

Produit stupéfiant : Non

Contre-indication de conduite : Niveau 1

Excipients : Amidon de blé Lactose Gélatine Amidon de maïs Carboxyméthylamidon Magnésium stéarate (E572) Silice (E551) Hypromellose (E464) Ethylcellulose Dibutyle sébacate Talc (E553b) Titane dioxyde (E171) Jaune de quinoléine (E104) Macrogol

Famille de médicaments : Urologie néphrologie

Prix : 7.88 €

PIPRAM FORT  400 mg comprimé enrobé est indiqué dans le traitement des infections suivantes (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacodynamiques). Une attention particulière doit être portée aux informations disponibles sur la résistance bactérienne à l'acide pipémidique avant d'initier le traitement.

Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Chez l'adulte :

·         Cystites aiguës simples non compliquées,

·         Cystites récidivantes.

Posologie

Femme adulte

Chez le sujet aux fonctions rénales et hépatiques normales

800 mg par jour en deux prises, soit 1 comprimé dosé à 400 mg le matin et le soir

Chez le sujet insuffisant rénal

Pas d'adaptation posologique chez l'insuffisant rénal sévère.

Chez le sujet insuffisant hépatique

Pas d'adaptation posologique.

Population pédiatrique

PIPRAM FORT 400 mg comprimé enrobé est contre-indiqué chez l'enfant et l'adolescent (voir rubrique Contre-indications).

Mode d'administration

Voie orale.

Les comprimés doivent être avalés avec un grand verre d'eau.

Ce médicament ne doit jamais être utilisé :

·         chez les enfants ou adolescents,

·         chez les patients ayant une hypersensibilité à l'acide pipémidique, à d'autres quinolones ou à l'un des composants de ce médicament (voir rubrique Composition),

·         chez les patients avec antécédents de tendinopathie liée à l'administration de quinolones (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Effets indésirables),

·         en cas d'allaitement (voir rubrique Grossesse et allaitement),

·         chez les patients présentant une allergie au blé (autre que la maladie coeliaque).

Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR

De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées: il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

Infections urinaires

La résistance de Escherichia coli aux fluoroquinolones (pathogène le plus fréquemment responsable des infections urinaires) varie au sein de l'Union Européenne. Les prescripteurs doivent prendre en considération la prévalence locale de la résistance de Escherichia coli aux fluoroquinolones.

Photosensibilité

L'acide pipémidique peut provoquer des réactions de photosensibilité. Les patients traités par l'acide pipémidique doivent éviter l'exposition au soleil ou aux rayonnements ultraviolets pendant le traitement par l'acide pipémidique (voir rubrique Effets indésirables).

Hypersensibilité

Des réactions d'hypersensibilité et d'allergie, y compris des réactions anaphylactiques, ont été rapportées avec des quinolones. Elles peuvent survenir dès la première prise et peuvent mettre en jeu le pronostic vital. Des manifestations allergiques ont été rapportées avec PIPRAM FORT (voir rubrique Effets indésirables). Si de tels symptômes se produisent avec PIPRAM FORT, le traitement doit être interrompu et un traitement médical adapté doit être mis en place.

Système musculo-squelettique

Les tendinites, très rarement observées, peuvent parfois conduire à une rupture touchant plus particulièrement le tendon d'Achille. Ces tendinopathies, parfois bilatérales, peuvent survenir dès les premières 48 heures de traitement jusqu'à plusieurs mois après l'arrêt du traitement par les quinolones. Le risque de tendinopathie peut être accru chez les patients âgés ou les patients traités simultanément par des corticostéroïdes ou ceux exerçant une activité sportive intense. L'apparition de signes de tendinite demande un arrêt du traitement, la mise au repos des deux tendons d'Achille par une contention appropriée ou des talonnettes, et un avis en milieu spécialisé (voir rubriques Contre-indications et Effets indésirables).

Déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD)

Chez les sujets porteurs d'un déficit enzymatique en G6PD, des cas d'hémolyse aiguë ont été rapportés avec des quinolones. Bien qu'aucun cas d'hémolyse n'ait été rapporté avec l'acide pipémidique, sa prescription chez ces personnes doit prendre en compte ce risque, et le recours à une alternative thérapeutique, si elle existe, est recommandé. Si la prescription de ce médicament est nécessaire, la survenue d'une hémolyse éventuelle devra être dépistée.

Interactions avec les tests de laboratoire

L'acide pipémidique ne perturbe pas le dosage de la glycosurie (type Clinitest, Fehling), ni celui des 17-cétostéroïdes urinaires ou de l'acide vanilmandélique.

Excipients

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Ce médicament peut être administré en cas de maladie coeliaque.

L'amidon de blé peut contenir du gluten, mais seulement à l'état de trace, et est donc considéré comme sans danger pour les sujets atteints d'une maladie coeliaque.

·         Manifestations digestives: gastralgies, nausées, vomissements, diarrhée, ne nécessitant pas l'arrêt du traitement.

·         Manifestations allergiques: exceptionnellement, oedème de Quincke, choc anaphylactique (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

·         Manifestations cutanées: photosensibilisation (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Très rarement, éruptions cutanées et urticaire.

Eruptions bulleuses, syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell.

Erythème pigmenté fixe.

·         Manifestations neurologiques: vertiges, troubles de l'équilibre.

·         Manifestations rhumatologiques: très rarement, tendinite (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Mis à jour le 03/12/2016 - 19h05 Source : Banque Claude Bernard
PUB
A lire aussi
Fumer ou être belle, il faut choisir ! Publié le 02/12/2016 - 16h08

Encore besoin d'une raison pour arrêter de fumer ? Et si vous pensiez à votre apparence ? Le tabac a des conséquences importantes sur la peau, et aboutit à un vieillissement prématuré. Il s’en prend aussi à vos dents, vos ongles, vos cheveux. C'est l...

Les Fleurs de Bach pour ma santé Publié le 30/11/2016 - 16h13

Les fleurs du Dr Bach interviennent, non pas pour soigner une pathologie, elles sont complémentaires des traitements. Et toutes les émotions peuvent être améliorées par les fleurs de Bach , de la peur à la tristesse en passant par la colère, soit 38...

Presbytie : les conseils du Docteur Olivier Laplace Mis à jour le 30/11/2016 - 12h46

La presbytie est un défaut de la vision que nous sommes tous amenés à subir avec l’âge. Pour y faire face, il existe différentes solutions correctrices possibles, selon divers critères, à commencer par le confort personnel de chacun. Le Docteur Olivi...

Plus d'articles