Les pilules de 3e génération ne seront plus remboursées

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 25 Septembre 2012 : 12h15
Mis à jour le Mardi 25 Septembre 2012 : 13h29

La fin du remboursement des pilules de 3e génération vient d’être annoncée par le Ministère de la Santé.

Cette décision, qui prendra effet à compter du 30 septembre 2013, s’appuie sur l’avis de la Haute autorité de santé (HAS) qui considère que le service médical rendu (SMR) des pilules de troisième génération est « insuffisant » pour justifier leur prise en charge par la collectivité.

Explications.

© Istock

Avantages et inconvénients des pilules de 3e génération

Les pilules de 3e génération sont disponibles depuis les années 1980 (Mercilon®, Melodia®, Varnoline®, Carlin®, Méliane®…).

Elles sont dotées de la même efficacité, mais elles sont dénuées des effets secondaires qui peuvent survenir sous pilules de 2e génération chez certaines femmes. C’est ainsi qu’elles sont largement utilisées et remboursées depuis 2009.

Mais depuis, on a montré que ces pilules de 3e génération étaient associées à un risque accru de thrombose veineuse : le risque de phlébite ou d’embolie pulmonaire est deux fois plus élevé que sous pilule de 2e génération, et cinq fois plus élevé que sans contraceptif hormonal. Cela dit, en valeur absolue, ce risque reste très faible, par exemple inférieur au risque de thrombose veineuse lors de la contraception.

PUB

Un service médical rendu jugé insuffisant met fin au remboursement des pilules de 3e génération

Par précaution, ce risque de thrombose veineuse est mentionné sur la notice, les pilules de 3e génération sont contre-indiquées chez les femmes à risque et les médecins ont pour consigne de réserver ces pilules aux femmes pour lesquelles les pilules de 2e génération ne conviennent pas.

Mais aujourd’hui, à l’issue d’une nouvelle réévaluation, la Haute autorité de santé conclue en défaveur de la poursuite du remboursement.

Les pilules de 3e génération seront donc déremboursées à partir du 30 septembre 2013.

Le délai accordé doit permettre aux femmes qui le souhaitent ou qui ne peuvent pas se payer une pilule de 3e génération d’en changer, ce qui n’est pas toujours facile…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 25 Septembre 2012 : 12h15
Mis à jour le Mardi 25 Septembre 2012 : 13h29
Source : Communiqué du Ministère de la Santé, 19 septembre 2012.
A lire aussi
Le paradoxe perpétuel autour des pilules de 3è générationPublié le 19/11/2001 - 00h00

Depuis plus de cinq ans, les pilules de 3ème génération sont le sujet d'une polémique enflammée. La communauté scientifique reconnaît qu'elles entraînent un risque accru de phlébite et pourtant, les médecins continuent à les prescrire massivement. Actuellement, 40% des Françaises...

Plus d'articles