La pilule du lendemain : un besoin réel confirmé !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 06 Avril 2001 : 02h00
-A +A
Près de 18 mois après la mise en vente libre (fastidieuse) de la pilule du lendemain, le bilan réalisé lors de la Journée nationale de l'Association française pour la contraception, contredit tous les arguments avancés par ses détracteurs. La contraception d'urgence répond bien à un réel besoin et les femmes l'utilisent de manière totalement responsable.

La délivrance sans ordonnance du lévonorgestrel (Norlévo®), la pilule d'urgence, a fait figure de révolution. Mais 18 mois plus tard, à l'heure du bilan, les arguments de ses opposants sont définitivement démentis. Pourtant, ils étaient multiples et virulents : incitation à la débauche, effets secondaires, démédicalisation de la contraception, les femmes allaient prendre ce produit de façon abusive, l'utiliser comme moyen de contraception régulier …

Informations réussies

Selon différentes enquêtes, l'information sur la pilule du lendemain est très bien passée chez les jeunes, la population la plus concernée. En effet, trois mois avant sa mise à disposition dans les pharmacies, plus de 99% des jeunes filles de 17 à 19 ans et 92% des jeunes hommes avaient entendu parler de la pilule d'urgence. Plus de 85% des adolescents la considère comme efficace.

Un besoin réel et responsable

Depuis mai 1999, 700.000 unités de lévonorgestrel ont été vendues et actuellement, 50.000 unités par mois, traduisant un réel besoin. Parallèlement la contraception orale est en augmentation, montrant que les utilisatrices ne considèrent pas la pilule du lendemain comme une méthode contraceptive. Par ailleurs, 81% des jeunes filles ayant eu recours au lévonorgestrel déclarent employer par la suite une contraception : la pilule dans 44%, le préservatif dans 39% des cas et les deux dans 16% des cas.

Actuellement, aucune donnée ne montre une diminution du nombre d'IVG chez les très jeunes femmes en rapport avec la mise à disposition du Norlévo®. Quant aux supposés effets secondaires, l'efficacité de la pilule du lendemain avoisine les 95% quand elle est prise dans les 24 heures puis décroît rapidement. Le pourcentage de grossesse extra-utérine n'a pas augmenté. En règle générale, la demande du lévonorgestrel est la conséquence d'une erreur contraceptive et devient donc une solution de rattrapage.Probablement par peur de manque de confidentialité, la pilule d'urgence est délivrée en pharmacie dans 65% des cas avec conseils et informations de la part du pharmacien. Le médecin n'est sollicité que dans 18% des cas et les infirmières scolaires dans 5,6%.Un bilan positif, montrant des femmes très responsables !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 06 Avril 2001 : 02h00
Source : Journée nationale de l'Association française pour la contraception, Centre d'orthogénie, Hôpital Broussais, 96, av. Didot, 75014 Paris, tél : 01.43.95.90.60
A lire aussi
Pilule du lendemain : savoir l'utiliser Publié le 12/02/2003 - 00h00

La pilule du lendemain est efficace dans environ 75% des cas, mais ne remplace pas les autres moyens de contraception. Mais son utilisation doit rester occasionnelle, et ne doit pas conduire à renoncer au préservatif, qui permet seul une prévention des maladies sexuellement transmissibles.

La pilule du lendemain, ça marche comment ? Publié le 19/08/2002 - 00h00

Rapport non protégé, capote mal utilisée (attention aux ongles !), oubli de pilule… Ces situations (et d'autres encore) sont susceptibles de donner lieu à une grossesse non désirée. Bref, le scénario catastrophe. La solution d'urgence ? La pilule du lendemain, à n'utiliser que de façon...

Plus d'articles