Pilule contraceptive : 35 décès par an

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 14 Février 2013 : 16h07
Mis à jour le Jeudi 14 Février 2013 : 16h30

Les rapports de pharmacovigilance font état de 4 décès liés à l’utilisation de Diane 35 (un traitement contre l’acné largement utilisé comme contraceptif), mais aussi de 6 décès attribués aux pilules de 3e et 4e génération, 6 sous pilules de 2e génération et 1 à une pilule de 1ère génération. Mais au total, la pilule pourrait être impliquée dans le décès de 35 femmes chaque année…

© getty

4 décès confirmés sous Diane 35

Rappelons que Diane 35 est commercialisé dans 116 pays. En France, les autorités viennent de décider de la retirer du marché à compter du 31 mars 2013.

Depuis sa commercialisation en 1987, 4 à 5 millions de plaquettes ont été vendues chaque année dans notre pays, et on estime qu’en 2012, 315.000 Françaises étaient traitées par Diane 35 ou un de ses génériques.

L'Agence du médicament a confirmé l’implication de Diane 35 et de ses génériques dans 4 décès par thrombose veineuse.

Selon un rapport de l’Agence, 125 cas d’événements emboliques et thrombotiques sous Diane 35 et ses génériques ont été répertoriés : 113 cas d’effets indésirables thromboemboliques veineux et artério-veineux, et 12 cas d’effets indésirables thromboemboliques artériels.

PUB

Estimations : 35 décès par an liés à la pilule

Selon Catherine Hill, épidémiologiste à l'Institut Gustave-Roussy et interrogée par le JDD, il est possible de faire une estimation du nombre de décès en France suite à la prise de pilule contraceptive. Elle s’appuie sur une enquête menée au Danemark par Øjvind Lidegaard et publiée en 2009 dans le British Medical Journal, indiquant que le risque de thrombose et d’embolie augmente de 80 % avec les pilules de 3e génération (sauf pour les pilules contenant du norgestimate), de 64 % avec les pilules de 4e génération et de 90 % avec Diane 35, comparativement aux pilules de 2e génération.

En tenant compte des accidents répertoriés et des ventes de pilules en France, on arrive à 2.800 thromboses ou embolies chaque année et à 35 décès par an…

Pour l’heure, les plaintes s’accumulent contre les pilules de 3e et 4e génération et contre Diane 35. Une soixantaine de plaintes ont déjà été déposées…

Pour s’informer via le numéro vert mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) : 0 800 636 636.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 14 Février 2013 : 16h07
Mis à jour le Jeudi 14 Février 2013 : 16h30
Source : http://www.lejdd.fr. Le Figaro. Journal International de médecine, jim.fr, 7 février 2013. 

PUB
PUB
A lire aussi
Diane 35 : interdit dans 3 moisPublié le 31/01/2013 - 13h59

L'Agence du médicament (Ansm) a pris une décision extrême : Diane 35 et de ses génériques disparaîtront du marché d’ici 3 mois.Le rapport bénéfice / risque de ce traitement contre l’acné, trop largement prescrit comme contraceptif oral, a été jugé défavorable.

Peut-on encore prendre une pilule de 3e génération ? Publié le 18/12/2012 - 08h23

Marion Larat a été victime en juin 2006 d’un accident vasculaire cérébral qui s’est révélé très invalidant. Imputant son accident à la prise quatre mois plus tôt de la pilule contraceptive de troisième génération, Meliane, elle porte aujourd’hui plainte contre le laboratoire...

Plus d'articles