yasmina
Portrait de cgelitti
Est ce que quelqu'un pourrai me donner des renseignements à propos de microval?

J'aimerai connaître ses effets secondaires. Par ailleurs, j'ai constatée que l'hormone de microval et celle du stérilet mirena sont idendiques. Comme j'ai lu pas mal de témoignages négatifs concernant le stérilet mirena j'ai peur que microval face les mêmes effets.

zaza
Portrait de cgelitti
c'est une pilule uniquement progestative, et il y a de nombreux effets secondaires possibles, ils doivent figurer sur la notice. je te fais un copié collé dessous.
microval
Portrait de cgelitti
Contre-indications : CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité au lévonorgestrel ou à l'un des composants de Microval.
- Hépatite et antécédents récents d'hépatite.
- Insuffisance hépatique.
- Cancer du sein et de l'endomètre.
- Association avec millepertuis (voie orale) (voir interactions).
- En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
- En raison de la présence de saccharose, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase.
DECONSEILLE :
- Mode de contraception à éviter en cas de dystrophie ovarienne, mastopathie bénigne, mastodynie.
- Grossesse : les résultats de nombreuses études épidémiologiques menées sur les contraceptifs
hormonaux permettent d'écarter, à ce jour, un risque malformatif (urogénital ou autre) des estroprogestatifs administrés en début de grossesse alors que celle-ci n'est pas connue. Les risques portant sur la différenciation sexuelle du foetus (en particulier féminin), risques décrits avec d'anciens progestatifs très androgénomimétiques, n'ont pas lieu d'être extrapolés aux progestatifs récents nettement moins, voire pas du tout, androgénomimétiques (comme celui qui est utilisé dans cette spécialité).
- Associations déconseillées : inducteurs enzymatiques [anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne, primidone, carbamazépine), la rifabutine, la rifampicine, la griséofulvine, antirétroviraux (éfavirenz, névirapine, nelfinavir, ritonavir, lopinavir)].

Mots-clés : Hypersensibilité lévonorgestrel, Hépatite, Antécédent récent d'hépatite, Insuffisance hépatique, Cancer du sein, Cancer de l'endomètre, Galactosémie congénitale, Syndrome de malabsorption du glucose, Syndrome de malabsorption du galactose, Déficit en lactase, Intolérance au fructose, Déficit en sucrase-isomaltase, Dystrophie ovarienne, Mastodynie, Mastopathie bénigne, Grossesse

Interactions
médicamenteuses : ASSOCIATION CONTRE-INDIQUEE :

Millepertuis (voie orale) (inducteur enzymatique) : diminution des concentrations plasmatiques du contraceptif par effet inducteur enzymatique, avec baisse de l'efficacité, voire annulation de l'effet, dont les conséquences peuvent être éventuellement graves (grossesse).

ASSOCIATIONS DECONSEILLEES :

Inducteurs enzymatiques : anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne, primidone, carbamazépine), la rifabutine, la rifampicine, la griséofulvine, antirétroviraux (éfavirenz, névirapine, nelfinavir, ritonavir, lopinavir). Diminution de l'efficacité contraceptive par augmentation du métabolisme hépatique pendant le traitement et un cycle après l'arrêt du traitement. Utiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique.


Mise en garde
et précautions d'emploi : MISES EN GARDE :

- Mode de contraception à éviter en cas de dystrophie ovarienne, mastopathie bénigne, mastodynie.

- D'après certains auteurs, la prise d'un progestatif à faibles doses à titre contraceptif serait associée à une fréquence plus élevée de grossesses extra-utérines.

La prudence est conseillée pendant le traitement par un progestatif chez les femmes présentant des antécédents de salpingite, ou de grossesse extra-utérine.

- Les données disponibles concernant les contraceptifs progestatifs oraux et une éventuelle association à une augmentation du risque de tumeur intra-épithéliale du col ou de cancer du col invasif sont insuffisants pour évaluer ce risque.

- En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.

- En raison de la présence de saccharose, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase.

PRECAUTIONS D'EMPLOI :

- Il est nécessaire d'effectuer un recueil des antécédents personnels et familiaux, un bilan clinique initial et une surveillance périodique en cours de traitement avec, plus particulièrement, examen des seins et de l'utérus, et frottis vaginaux.

- Des cas isolés d'accidents thrombo-emboliques ont été rapportés alors que des contraceptifs progestatifs étaient utilisés. La possibilité de survenue d'une thrombose doit donc être prise en considération.

- Sous contraceptifs oraux progestatifs, les études n'ont pas montré de modification des besoins en insuline chez les patientes diabétiques. Les symptômes évoquant un déséquilibre glycémique devront toutefois être surveillées.

- Les contrôles biologiques qui ont été effectués n'ont pas permis de retrouver d'anomalies significatives (glycémie, lipides totaux, triglycérides, cholestérol, transaminases...).

- En cas d'aménorrhée prolongée (2 cycles ou plus), il faut éliminer toute suspicion de grossesse. Si le diagnostic de grossesse est établi, la prise des comprimés doit être suspendue immédiatement.

- En cas d'antécédents d'ictère cholestatique de la grossesse ou de prurit gravidique, les patientes sous Microval doivent être étroitement surveillées car l'administration de Microval peut entraîner une récidive de l'ictère ou du prurit : dans ce cas, son administration doit être suspendue.

- Lorsqu'il existe un ictère chronique héréditaire (maladies de Dubin-Johnson ou de Rotor), l'ictère peut être accentué par le médicament.

- Les femmes présentant une altération de la fonction hépatique doivent être étroitement surveillées lors de l'utilisation de contraceptifs progestatifs oraux.

- Des saignements intermenstruels ou irréguliers peuvent survenir chez les patientes sous contraceptifs progestatifs oraux.

- Si le traitement n'a pas été pris selon les recommandations et qu'il n'y a pas de saignements de privation ou bien que les saignements de privation ne surviennent pas au cours de deux cycles consécutifs, on devra vérifier que la patiente n'est pas enceinte.

- A l'arrêt des contraceptifs progestatifs oraux, aucun retard significatif n'a été observé pour le retour à une ovulation et une fertilité normale.

- Les patientes doivent être informées que les contraceptifs progestatifs ne protègent pas contre les infections HIV ou autres MST.


Mots-clés : Antécédent de salpingite, Antécédent de grossesse extra-utérine, Thrombose, Antécédent d'ictère cholestatique de la grossesse, Antécédent de prurit gravidique, Ictère chronique héréditaire, Altération de la fonction hépatique

Effets indésirables : - Système génito-urinaire :

Aménorrhée, saignements intermenstruels, spotting, modification du flux menstruel, douleur, tension et gonflement des seins, grossesse extra-utérine, retard de l'atrésie folliculaire (kyste ovarien).

- Métabolisme :

Troubles du métabolisme glucidique, modification de l'appétit (augmentation ou diminution).

- Système nerveux central et psychiatrie :

Modification de l'humeur, dépression, diminution de la libido, maux de tête parfois sévères, vertiges, nervosité.

- Système vasculaire :

Cas isolés d'accidents thrombo-emboliques veineux ou artériels.

- Système gastro-intestinal :

Douleurs abdominales, nausées, vomissements et diarrhées.

- Peau et tissus :

Acné, alopécie, hirsutisme, chloasma/mélasme (pouvant persister), rash et urticaire.


melissa
Portrait de cgelitti
Merci bcp, ds les effets indésirables je n'ai pas lu la prise de pois. En effet, je prens cette pillule depuis 2 an et demi j'ai une inssuffisance cardiaque et je ne peut pas prendre d'autre pillule (malheuresement). Avec microval j'ai bcp de spotting cé très embettant. j'ai décidée de mettre un stérilet. Mon médecin ma conseillé mirena aparament il est plus efficace que les strérilets en cuivres. Alors, j'ai fait des recherches sur mirena bcp de gens sont mécontents (prise de pois, acné, douleur au dos, baisse du libido ...) avec microval j'ai pris 9 kilos en 2 an et demi. bon j'avait perdu du pois avec la maladie ce sont donc des kilos que j'aurais de toute facon pris mais je les ai pris en double. Je suis inquiète mon ventre a tellement pris de vulome en quelque mois que j'ai fait un teste de grossesse urine puis sanguin "négatif" heuresement pour moi parce que je doit éviter à tout pris une grossesse.
zaza
Portrait de cgelitti
je crois que le stérilet mirena contient en effet la même hormone levonorgestrel que la pilule microval....
yasmina
Portrait de cgelitti
bonjour,j'etais sous microval pour 2mois mais la je peux voir les effets juste maintenantdes spottings au debut puis une amenorrhee.
Sujet vérouillé