Ce billet fait partie du blog "Le blog de la Rédaction".

Peut-on guérir sans sa force vitale ?

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 25 Février 2011 : 12h31
Mis à jour le Mardi 01 Mars 2011 : 09h24
-A +A

On se demande parfois comment certains d’entre nous arrivent à guérir de maladies particulièrement graves. On sent bien que leurs traitements ont été utiles, indispensables, et pourtant qu’ils n’ont pas tout fait. Auraient-ils pu survivre sans leur incroyable force vitale ?

Rachel Noemi Remen était le prototype du médecin chercheur académique, première femme Professeur de médecine de l’Université de Stanford, pédiatre, hématologue, spécialisée dans les cancers de l’enfant. Pour elle, toute vérité se résumait à son savoir médical, à son expertise.

Mais Rachel était atteinte d’une forme grave de la maladie de Crohn, cette inflammation chronique et majeure des intestins pouvant nécessiter des traitements lourds et de multiples opérations. Rachel en a subi une vingtaine et a passé une grande partie de sa vie avec une colostomie, nécessitant le port d’une poche pour recueillir ses selles. Elle ne pouvait donc pas vivre comme tout le monde.

Voir sa force vitale à l’œuvre

Un jour, alors qu’elle venait de subir une opération particulièrement grave suite à une péritonite, l’infection était telle que son chirurgien lui expliqua qu’il n’était plus possible de lui refermer l’abdomen et qu’elle allait devoir cicatriser lentement, en restant allongée sans rien faire. Elle n’osait pas regarder cette immense plaie quand l’infirmière lui changeait son pansement, doutant qu’elle puisse se refermer un jour. Au mieux elle lui laisserait une cicatrice affreuse. Or cette plaie, jour après jour, s’est refermée et la cicatrice fut parfaite. Jour après jour, Rachel pouvait voir sa force vitale à l’œuvre et la guérir. Finalement, le chirurgien n’avait rien fait d’autre que d’aider cette force vitale à agir.

Ces expériences de la maladie ont progressivement changé le regard de Rachel Naomi Remen sur ses patients : elle s’est alors intéressée non seulement à leurs maladies, mais aussi à leurs histoires. Chacun est unique, particulier, et chacun aura sa façon de guérir, de mobiliser sa force vitale. Dans certains cas, certains bloquent leur force vitale comme si quelque chose leur interdisait de vivre, et dans ces cas, les traitements médicaux ne suffisent pas. Et c’est en écoutant leur histoire que Rachel Noemi Remen arrive à les aider à voir clair en eux.

Forte de ses succès Rachel Noemi Remen a créé un centre de médecine intégrative au sein de l’Université de Californie à San Francisco. Son programme d'enseignement, l'art du thérapeute, est aujourd'hui dispensé dans près de la moitié des facultés de médecine américaines. Elle a aussi écrit un très beau livre, Sagesse au coin du feu, dans lequel elle raconte 80 courtes histoires, toutes plus émouvantes et frappantes les unes que les autres. Ce sont les histoires de ses patients, ses propres histoires aussi, et la lecture de ces histoires nous fait du bien. Elles nous aident à guérir, à sentir la force vitale en nous.

Sagesse au coin du feu, son premier livre, a été un best-seller aux États-Unis. Un livre à offrir à tous ceux à qui vous voulez faire du bien. À commencer par vous-même ?

Source : « Sagesse au coin du feu : 80 histoires pour guérir et se réconcilier avec soi-même », de Rachel Naomi Remen. Robert Laffont

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 25 Février 2011 : 12h31
Mis à jour le Mardi 01 Mars 2011 : 09h24
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
A lire aussi
Peur de la mort et publicité Publié le 17/07/2006 - 00h00

La peur de la mort est une angoisse très répandue. Ceux qui la ressentent en ont souvent conscience. Le problème vient de ceux qui, sans ressentir une peur évidente, préfèrent ne pas y penser ou carrément la nier. On en arrive à des situations aberrantes dont nous n'avons même pas...

Brûlures Publié le 06/09/2001 - 00h00

Différentes lésions de la peau résultent du contact avec une source de chaleur excessive.Que la cause soit l'eau bouillante, le feu, le soleil, un produit chimique (eau de Javel, essence, abrasif pour les toilettes, etc.), l'électricité ou le frottement prolongé, c'est en évaluant le degré...

Plus d'articles