cgelitti
Portrait de cgelitti
Le cancer de ma prostate a été décelé lors d?un premier contrôle de PSA à 52 ans, cette année au mois de février. PSA à 6,32 ng/ml et un rapport libre/total à 10,92% Résultat de la biopsie avec 22 prélèvements ; la présence de 5 foyers tumoraux sur lobe gauche. Gleason 7 (3+4)

Après l?ablation de la prostate, à l?examen anatomie pathologique, on découvrira une autre tumeur entre l?apex gauche et droit. Classe TNM 2002 : Pt2c Nx, en des termes plus clairs, les cellules cancéreuses commençaient à s?agglutiner à la périphérie des nerfs pour migrer à l?extérieur de la capsule, sans toutefois (heureusement !!!) la franchir. L?analyse détaillée de la prostate qui a été enlevée démontre bien que les résultats obtenus auparavant par la biopsie prostatique ne restent qu?une indication et ne dévoilent en aucun cas le niveau réel de l?extension des cellules cancéreuses. Ce niveau est, presqu?à chaque coup, plus élevé à l?examen pathologique.

Ce constat s?adresse surtout à ceux qui refusent la prostatectomie et préfèrent attendre avec une surveillance active de leur PSA, pour ne pas subir les séquelles éventuelles (l?impuissance, l?incontinence) dues à la prostatectomie. Cela s?appelle « jouer à la roulette russe »!

Si vous êtes dans ce cas là, (si vous avez entre 50 ? 65 ans) la bonne décision passe par l?avis de plusieurs urologues voir même un oncologue. Mais généralement plus vous êtes jeune (en raison de l?espérance de vie) plus la prostatectomie représente la solution la mieux adaptée.

Dans tous les cas, rester en vie et certainement préférable à l?impuissance !

C?est d?autant plus vrai qu?il existe des moyens pour pallier à l?impuissance dans le cas de la préservation des bandelettes lors de la prostatectomie. Les médicaments tels que Viagra, Cialis ou Levitra, conjugués ou non, à l?utilisation d?une pompe à vide (le vacuum) peuvent fournir une érection suffisante pour un rapport sexuel. D?autre part, toujours dans le cas de la préservation des bandelettes érectiles, la plupart des hommes retrouvent dans les deux ans qui suivent l?opération, leur érection.

Quant à l?incontinence, si vous vous faites opérer par un bon chirurgien expérimenté et sous c?lioscopie, assistée ou non par robotique, les risques sont pratiquement inexistants. Là, le tout est de bien choisir son chirurgien et ne pas se jeter dans les bras du premier urologue qui se présente.

Cela fait maintenant un peu plus de 6 mois que je me suis fait opérer. L?incontinence a disparu totalement au bout de deux mois. J?ai eu l?agréable surprise de retrouver mon érection depuis une semaine avec l?aide du Levitra. Ce n?était possible auparavant d?en avoir sans utiliser la pompe à vide donc tout porte à croire que de ce coté là aussi ça va s?arranger.

Quant à la maladie, j?ai déjà eu deux contrôles de PSA depuis la prostatectomie et les résultats sont excellents, le PSA reste indétectable. Par contre, je fais tout pour aider mon corps à lutter. J?ai perdu du poids et retrouvé mon poids de mes 20 ans, je pratique de la marche intensive dans la nature accompagné de mon Labrador,trois fois par semaine (une dizaine de kilomètres en moins de deux heures). Je ne mange plus de produits laitiers, plus de charcuterie, la viande rouge pas plus de deux fois par semaine, pas plus de deux verres de vin maxi deux ou trois fois par semaine. Je ne fume pas, j?essaye de contrôler le stress et mes angoisses. A la maison, on consomme bio, je prends des compléments naturels en antioxydant, en vitamines, notamment de la vitamine D (trés important!) mais aussi la série des B. Des analyses de sang m?ont permis de doser tout par rapport à mes taux.

Finalement,depuis la découverte du mal, de mon cancer, j?ai gagné beaucoup en bien. J?ai amélioré ma vie, ma façon de concevoir la vie. L?essentiel c?est la santé et notre rapport avec la vie y joue un rôle primordial.

Pour le reste, à la grâce de Dieu !

karasan