Béatrice
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous !

De l'avis de tous (y compris médecins), je suis une petite fumeuse, voire une "fausse" fumeuse ! Je ne fume que depuis 3 ans (j'en ai 31), entre 4 et 8 par jour et jamais jamais avant le repas de midi (sinon je vomis !).

Si je suis dans un endroit où il est impossible de fumer, je n'y pense pas spécialement.

Ca a l'air cool, non ?

Et pourtant, impossible d'arrêter !

il paraît que je ne suis pas dépendante physiquement. Je n'ai pourtant pas la réputation de ne pas avoir de volonté, mais là, ça coince. Je trouve toujours une bonne raison pour remettre l'arrêt au lendemain et ça ne vient jamais...

Je culpabilise, j'ai peur de m'abîmer la santé, je n'aime pas l'odeur sur les fringues, ça coûte cher... Enfin, j'ai plein de bonnes raisons, mais ça ne mène à rien !

Si ça vous inspire, je veux bien un peu d'aide !!!

Merci et bon courage à tous ceux qui ont réussi à arrêter cette m.... je vous admire beaucoup !

Marie

patou
Portrait de cgelitti
marie ne t'en fait pas !!!
comme tu le décris tu n'es pas un cas trop désespé puisque tu n'en fume que huit moi je fumait un paquet par jour voir un et demie et çà fait cinq mois aujourd'hui que je me suis arreter j'ai rien demandé à personne ni à mon médecin lorsque je lui est dis çà faisait déjà trois moi que je ne fumai plus !!
un jour je suis rentré dans ma pharmacie j'ai demandé de l'homéopathie pour arreter la cigarette et voilà pari gagné je l'espere car me porte tres bien sans
bon courage et à plus
Béatrice
Portrait de cgelitti
Bonjour Marie,

Essaie de remplacer progressivement certaines cigarettes par des pastilles Nicopass (substitut nicotinique).

Dans mon forum, j'ai mis un article e-santé très intéressant concernant l'arrêt progressif de la cigarette. C'est apparemment ainsi que les tabacologues nous aident à arrêter, car c'est ce que je fais actuellement avec la tabacologue que je consulte.

Je vais te faire un copier/coller de cet article qui peut t'intéresser et t'aider.

A bientôt.
Marie
Portrait de cgelitti
Merci beaucoup Béatrice !

Ca m'aide de lire des témoignages précis et petit à petit, l'idée d'arrêter fait son chemin !
Je ne sais pas si je dois prendre des substitus nicotiniques dans la mesure où je fume peu (je ne voudrais pas prendre + de nicotine en fumant moins !)
Mais au moins, dans les substituts, il n'y a pas tous les autres produist hyper toxiques que l'on trouve dans les clopes...

Rien que d'en parler depuis quelques jours, j'ai pris conscience des cigarettes que je fume de façon automatique et j'ai déjà réduit un peu. De 7-8, je suis passée à 4-5. C'est déjà de pris !

Pour la suite, c'est vrai que "j'ai peur de l'échec", "c'est un plaisir dont je ne suis pas sure d'avoir envie de me priver", "j'ai peur d'être invivable" !!!!
Mais on va laisser l'idée faire son chemin et tenter de réduire progressivement !

Merci beaucoup en tous cas de prendre la peine de m'expliquer tout ça !

Et toi, où en es-tu de ton processus d'arrêt avec la tabacologue ? Tu ne souffres pas trop ?
Qu'est-ce qui est le plus dur, le manque (physique) ou l'envie ?

Merci encore !
A bientôt
Marie
Marie
Portrait de cgelitti
Merci pour votre soutien !
Effectivement, je ne suis pas un cas désespéré ! Je fume peu, mais j'ai plein de bonnes raisons pour arrêter et encore plus de mauvaises pour continuer !!
En tous cas, je vous félicite toutes les 2 pour votre volonté et votre courage.
Dans mes rêves, il serait possible de fumer une cigarette de temps en temps, en soirée pour le plaisir et ne plus y toucher pendant des jours après... Je ne sais pas si j'y arriverai, mais j'ai envie d'essayer !

Merci et je vous ai lues sur d'autres sujets et je voulais vous dire que je vous trouve TRES courageuses... Vraiment...

Merci,
A bientôt
Marie
patou
Portrait de cgelitti
bonjour marie je suis revenue ce matin voir ou tu en était !!
et je pense que tu es sur la bonne voie puisque tu prend tous les petits trucs et astuces que nous te donnons
je suis heureuse aussi de voir que tu vas sur différent site pour arreter !!
c'est une preuve de volonté pour ton arret
moi je te souhaite d'y arriver et je n'en doute pas moi aujourd'hui 5 mois et un jour à mon plus grand c'est vraiment d'y avoir cru bisous marie à plusssssssssss
Béatrice
Portrait de cgelitti
Bonjour Marie,

Je te conseille de contacter Tabac Info Service (je peux te donner le numéro si tu ne le trouves pas, ils ont un site internet). Ils pourront te mettre en relation avec un tabacologue, ou encore te donner l'adresse d'un tabacoloque proche de chez toi. Tu as également la possibilité d'avoir un coach virtuel (voir leur site internet) qui t'enverra des e-mails avec des conseils, des infos et des sujets de réflexion.

Comme toi, je souhaite arrêter de fumer, et je suis donc suivie par une tabacologue (voir mon forum "arrêt tabac suite conisation).
Je pense que se faire aider est une bonne chose, car dans ton cas tu n'as certainement pas de dépendance physique, mais surtout une dépendance psychologique.

J'espère que tu vas trouver la solution pour arrêter !

Bon courage !!
Béatrice
Portrait de cgelitti
Marie,

Si tu veux plus de détails sur mon parcours, tu peux venir me rejoindre sur mon forum "arrêt tabac suite conisation".
Nous sommes plusieurs à vouloir arrêter. Certaines ont déjà sauté le pas !

Je ne sais pas trop ce qui est le plus difficile... pour le moment, j'en suis à l'étape expliquée plus haut dans l'article e-santé. Donc, je fume toujours ! mais je remplace certaines cigarettes par des pastilles, donc je commence à réduire ma consommation.
Pour le moment, tout va bien !!!

Bon courage, et dis-toi que tu vas y arriver !!! il faut toujours partir gagnante !

A bientôt !
Béatrice
Portrait de cgelitti
Marie,
Voici l'article e-santé dont je te parlais et qui pourra peut-être t'aider ou te donner quelques idées :


"Réduction du tabagisme : ce qu'on n'a jamais osé vous dire
Après avoir prôné l'arrêt brutal et total du tabac, on commence à entendre parler de réduction tabagique. Nouvelle mode tabagique ? Astuce pour pousser les plus récalcitrants à l'arrêt ? Technique de renforcement de motivation ? Nous avons interrogé le Dr Béatrice Le Maître, tabacologue au CHU Côte de Nacre à Caen et auteur du livre « Le tabac en 200 questions ».

e-sante : La réduction du tabagisme permet-elle de diminuer les risques induits par le tabac et dans quelle proportion ?

Dr Béatrice Le Maître : Réduire sa consommation de tabac, décider de fumer moins de cigarettes par jour, mettre 10 cigarettes dans son paquet, le matin, alors qu'on en fume régulièrement une vingtaine, beaucoup de fumeurs l'ont déjà tenté : cela tient quelques jours, les yeux rivés sur la montre? Les cigarettes fumées le sont alors deux fois plus intensément. Ceci signifie tout autant, voire davantage de fumée inhalée, sans aucun impact sur sa dépendance et sans aucun bénéfice sur sa santé. Pourquoi en est-il ainsi ? Le fumeur répond à un besoin, indépendant de sa volonté, de maintenir un certain niveau de nicotinémie (taux de nicotine dans le sang), sous peine de souffrir de symptômes de manque.

OUI, la réduction de la consommation quotidienne de cigarettes, avec utilisation conjointe de substituts nicotiniques (gommes à mâcher, inhaleur ?), signifie naturellement moins de fumée inhalée (plus de 4.000 composants chimiques, dont le monoxyde de carbone ou CO, dont des irritants bronchiques, des cancérogènes?), avec déjà un plus pour la santé.
Moins de CO inhalé, c'est déjà un sang plus oxygéné.
Moins d'irritants bronchiques inhalés, c'est déjà une certaine amélioration des signes d'inflammation respiratoire, et déjà aussi, l'impression de respirer un peu mieux.
Moins de nicotine gazeuse inhalée, ce sont des artères qui souffrent aussi un peu moins.

Pour réduire efficacement sa consommation de cigarettes, sans devoir les fumer plus intensément, le fumeur doit utiliser un nombre suffisant de gommes à mâcher ou de cartouches d'inhaleur. L'idéal est d'arriver à couper par deux sa consommation. Ce faisant, le fumeur reprend confiance dans ses capacités à gérer de nombreuses situations sans fumer, il découvre l'efficacité de l'aide apportée par les substituts nicotiniques. L'idée de l'arrêt fait son chemin, tandis que la motivation à l'arrêt augmente. L'arrêt de toute consommation de tabac doit toujours rester l'objectif à atteindre.

e-sante : Parmi les personnes qui pratiquent la réduction de leur tabagisme, combien finissent par arrêter définitivement ?

Dr Béatrice Le Maître : Bien conduite, c'est-à-dire avec l'utilisation conjointe et en quantité suffisante de substituts nicotiniques par voie orale, la réduction de la consommation de cigarettes doit conduire, naturellement vers l'arrêt, un maximum de fumeurs.

Cette période de réduction de la consommation permet de prendre peu à peu de la distance avec ses habitudes de prise de cigarettes : suppression progressive des automatismes, gestion active des envies de fumer quand on a décidé qu'on ne fumerait pas ou qu'on n'a pas la possibilité de pouvoir fumer, etc. Cette période peut durer quelques mois. Sa durée varie avec les habitudes de vie et d'environnement du fumeur, que ce soit sur le plan personnel et/ou professionnel.

Pour de nombreux fumeurs, la réduction de la consommation de cigarettes avec substituts nicotiniques constitue un premier pas vers l'arrêt. L'arrêt peut intervenir dans les mois qui suivent. Même en cas de reprise de la consommation antérieure, pour des raisons psychologiques ou environnementales, la marche vers l'arrêt total est enclenchée.

e-sante : Quels sont les facteurs favorables à la réduction du tabagisme, versus l?arrêt brutal (répercussions sur l?entourage, motivation à l?arrêt?) ?

Dr Béatrice Le Maître : La stratégie de la réduction de la consommation de tabac s'adresse tout particulièrement aux fumeurs qui, alertés sur le niveau de leur consommation de tabac, ne se sentent pas, pour autant, prêts à arrêter de fumer brutalement, du jour au lendemain, même accompagnés par un traitement efficace.
Les freins à l'arrêt sont nombreux et de différents ordres.

Que disent les fumeurs ?
« J'ai peur de ne pas y arriver ; je fume de trop et je ne me sens pas prêt à arrêter brusquement »
« J'aime fumer et je ne me sens pas prêt à arrêter tout de suite? »
« Tout le monde fume à la maison et arrêter brutalement me semble impossible? »
« J'ai peur d'être irritable? »
« J'ai peur de n'être plus moi-même. »
« J'ai peur de l'échec? »

e-sante : Pensez-vous que l?on devrait patcher systématiquement les patients fumeurs entrant dans un service de cardiologie ou de pneumologie ?

Dr Béatrice Le Maître : Tous les patients fumeurs, mis en difficulté par le fait de ne pouvoir fumer lors d'une hospitalisation, doivent pouvoir être aidés à mieux vivre le temps de leur hospitalisation, sans souffrir de symptômes de manque et de sevrage.
Les substituts nicotiniques (patches nicotiniques et/ou formes orales) sont aujourd'hui disponibles pour les patients dans une très grande majorité d'établissements de soins.
La prise en compte du statut fumeur du patient fait partie intégrante du soin.
Pour certains fumeurs, ce peut être comme un déclic, capable d'initier un véritable désir d'arrêt.

A lire

« Le tabac en 200 questions », Béatrice Le Maître, édition Broché. "

Béatrice
Portrait de cgelitti
Bonjour Marie,

Tu es la bienvenue sur mon forum et n'hésite pas à laisser un message !

A bientôt j'espère !?

J'espère également que ta maman va bien ? Et que tu vas rapidement trouver la motivation pour démarrer un sevrage de la cigarette.

Bon courage !
marie
Portrait de cgelitti
Merci à toutes.
Je vais aller voir sur le forum de Béatrice.
Je n'y crois pas trop pour le moment parce que ma Maman vient d'être hospitalisée (hier) et la clope a été mon refuge sur le moment.
Mais ce qui me "rassure", c'est qua ça reste dans un coin de ma tête quand même, et que je sais que je VEUX arrêter. Ca prendra le temps qu'il faudra...

Je vous souhaite bon courage à toutes et tous et je vous remercie beaucoup pour votre soutien...

RDV sur le forum de Béatrice (au moins en observatrice discrète !)
Sujet vérouillé