liliepipi
Portrait de cgelitti
Voila, j'ai un petit soucis avec ma fille de 12 ans (bientôt 13). En effet, celle-ci s'est remise à faire très régulièrement pipi au lit depuis 6 mois. Elle a eu des soucis petite, mais était propre depuis ses 7 ans (entre 5 et 7 ans c'était très ponctuelle). Le problème c'est qu'elle me dit la plupart du temps qu'elle se réveille, qu'elle sent l'envie mais qu'elle se rendors sans vraiment être consciente de tout cela...Bien sur elle en souffre et est attrocement gênée vis-à vis de moi ou bien avec sa grande soeur.

Je suis d'autant plus embêtée que c'est plus ou moins de ma faute, enfin je crois, que cela lui arrive à nouveau. En effet, l'avant veille de son premier accident nocturne, on rentrait toutes les deux des courses et dans l'ascenseur qui nous rammenais à notre appartement, je n'ai pas pu retenir une énorme envie et j'ai fait pipi dans ma culotte. Elle en a été le témoin privilégié.

Bien sur on en parle, j'essais de minimiser, de relativiser, de l'encourager encore et toujours mais c'est difficile et elle le vit mal.

Que dois-je faire a votre avis?

Stéphanie
Portrait de cgelitti
C'est vrai qu'en remettant un peu tout cela dans le contexte, c'est incroyable ce qui est arrivé, et je m'en rends bien compte...

Si j'avais su ce que cela pouvais entrainer, je crois que j'aurais trouvé des forces insoupcçonnées pour ne pas faire ce jour là...

Bisous à toi aussi Claire. A+
Béatrice
Portrait de cgelitti
Voilà qui explique bien des choses, effectivement cela ne doit pas être facile à vivre pour elle de souffrir de ça. C'est un genre de claustrophobie mais lié au toilette. Je vous souhaite beaucoup de courage à toutes les 2, combattre sa phobie ne sera peut-être pas simple mais avec de l'aide vous verrez bientôt le bout du tunnel.
Dans un esprit partique, tu pourrais remplacer pour un temps la porte des toilletes par un rideau, ça lui donnera l'impression de ne pas être enfermé tout en étant quand même seule. Cela pourrait peut-être lui permettre de retrouver sa confiance en soi et de ne plus angoisser de se retrouver encore bloqué.

Amicalement
Béatrice
Claire
Portrait de cgelitti
Tout s'est arrangé pour toi et Marie.
Bravo et bonne continuation.
Julie
Portrait de cgelitti
Bonjour Stéphanie,

Même si cette phase te semble négative, il y a des choses à en retirer :
1)Les choses progressent... elle teste , TE teste encore plus loin dans ta capacité à rester ZEN !
2)Un point certain et sur lequel tu ne dois plus flancher à présent : elle doit porter une couche 24/24h et encore au moins quelques semaines avant résolution complète du problème ! (Même si elle ne fait plus la nuit, etc... peu importe !) Sinon, la situation va empirer avec des crises comme celle là, des épisodes pipi culotte n'importe où etc... ! de crainte qu'elle ne fasse (car elle fera encore c'est certain,...) pour t'enrager... Donc au moins avec une protection, pas de soucis de ce côté là (tu es d'accord là dessus n'est ce pas ?!) et elle ne saura plus non plus "jouer" ce jeu de "je retiens, je ne retiens pas..." alias "je t'embête maman, ou je ne t'embête pas..."
Elle porte une couche, POINT tu es tranquille, et tes nerfs aussi !...
3) Pour les reproches par rapport à ton incident, n'y prête pas attention, même si ca fait mal, ce sont des prétextes qu'elle utilise ! Il y a donc un problème de fond à régler (pédopsy)... il faudra encore du temps, et ne pas culpabiliser sur les punitions, c'est un moindre mal pour ne pas se laisser dépasser par les évènements...

4) Ne pas hésiter à lui expliquer calmement, aussi pourquoi elle doit porter une protection tout le temps, que tu n'as pas le choix même en lui posant des questions, en lui demandant d'expliquer ce "pourquoi" (je ne sais pas si c'est clair mais tu me comprends),pour aussi lui faire prendre conscience de la non logique à ce qu'elle "s'oublie sur elle"...
En tous les cas, il faut rester ferme sur cette décision mais ne pas couper le dialogue avec ta fille, parler, encore parler, dialoguer, et tout cela va résoudre le problème...

Tiens nous au courant !
Stéphanie
Portrait de cgelitti
Bonjour Sophie,
Concernant les protections, ma fille utilise des culottes enfilable (Hartmann ca vous parle?).
La grande soeur à Marie a réussi à la convaincre d'utiliser cela le plus souvent possible qu'elle (que nous) ne la considérons pas comme un "bébé" et qu'on se rend bien compte de la différence...
Seul problème, et de taille, c'est que ces protections ne sont pas donné et ça fait 2-3 jours qu'elle en utilise 3 à 5 par jours...il faut dire que nous étions à un w-e de famille et qu'il y avait beaucoup de monde et qu'elle n'a pas pu "s'isoler" une seule fois avec les problèmes que vous connaissez...du coup elle a passé un mauvais w-e...
C'est carrément déséspérant.
Stéphanie
Portrait de cgelitti
A l'aide je suis perdue...

Je ne comprends plus rien.
Ca fait maintenant 7 nuits que ma fille n'a pas mouillé son lit, tans mieux. c'est un très gros progrès.
Samedi, rdv chez la pédo-psy qui nous erçoit à 11H (on entre à 11H20 elle devait être un peu en retard). On est toutes les trois, on explique le pourquoi de la venue (genre 10 minutes) puis elle me demande dans un premier temps de la laisser seule avec ma fille (parle avec elle 1/4 d'heure environ),puis s'entretient seule avec moi (1/4 d'heure environ également). Je lui explique tout rapidement (mon accident, les nuits mouillés de ma fille, son accident en journée). Visiblement la première chose que ma fille a dit à la pédo-psy c'est que j'avais déjà eu un accident (comme quoi cela a du vraiment la marqué (ou bien s'en sert-elle comme une excuse?)).
Bref c'est passé vite. Je ressors, on dit au-revoir à la psy, ma fille qui semblait à l'aise au début est soudain gênée de lui parlé. Je croyais que c'était du à ma présence. On ressort. Ma fille toujours mal à l'aise. Je lui demande si ça va. Elle me réponds que oui. On monte dans la voiture. Et là je sais pas pourquoi, j'ai pensé à mercredi et je lui ai demandé si elle doit faire pipi. Elle me répond que oui. Je lui demande si c'est urgent. Encore oui. Je l'engueule (pas engueuler mais parlé fort) et lui demande pourquoi elle ne dit rien. Elle me réponds qu'elle "n'ose pas"?!?. Je lui dit de sortir, on rentre dans le cabinet de la psy. Je toque à sa porte. Elle m'ouvre. Je lui explique l'envie de ma fille et lui demande si on peut uriliser des toilettes. Elle m'indique le lieu, et là j'entends comme le bruit d'un robinet. Je me retourne vers ma fille (la psy aussi d'ailleur) et je constate qu'elle fait pipi dans sa culotte. Je sens de la panique chez elle. On se regarde bêtement toutes les trois. Ma fille se met à pleurer. Bien sur c'est étonnant. La psy est très gênée également d'ailleur, tout comme moi et ma fille également. Bref, la psy nous dit que ce serait bien qu'on "parle de ça" lors de la prochaine séance. Elle montre juste les wc à ma fille pour la prochaine fois au cas où. Moi je "critique" ma fille en lui demandant pourquoi elle n'a pas oser demander, sans la blâmer d'avantage. La psy renchérie en lui disant qu'elle doit le dire, même si ce n'est pas urgent...
Elle à 13 ans. Je comprends pas.
La nuit ça semble s'appaiser, voila qu'elle a des accidents en journée parce qu'elle "n'ose pas" demander. C'est fou.
Franchement je comprends pas.
J'attends de réels réponses de sa part (je me doute qu'elle ne le fait pas "exprès" et qu'elle le vit mal) mais quand même, et j'attends impatiemment également la visite chez l'urologue, p-e que c'est quand même un problème physique...sait-on jamais.
Je suis perdue.
charlotte
Portrait de cgelitti
Il faut donc attendre ce que dira l'urologue, avant de continuer à t'en faire sur ses "mensonges".. faire un vrai bilan poussé.
ou alors, essayer l'homéopathie ? qui ne risque rien n'a rien..
Claire
Portrait de cgelitti
Tu as très bien fait Stéphanie.
Du moment qu?il s?agisse pour elle d?une confrontation vis à vis de toi, il faut que tu prennes les commandes. J?entends par confrontation le fait qu?elle t?est délibérément provoqué en faisait dans sa culotte sur le palier en te regardant. Je suppose, ou tout du moins c?est ce que j?ai compris, que tu ne soupçonnes pas ici d?un réel accident de sa part, mais d?un oublie volontaire pour t?embêter, et je reste polie.
Pour elle il doit s?agir de sa crise d?adolescence, plutôt étonnante certes, mais bien présente soit dit en passant.
As ton avis quelle image Marie se fait-elle de toi ? (Notamment avant et après ton accident qui semble l?avoir profondément marqué). Simple hypothèse, peut-être avant te considérait-elle comme inaccessible, comme un exemple montée sur un piédestal, et ton accident lui a prouvé que tu étais un être humain comme tout le monde avec ses limites, et peut-être cherche t?elle justement ou son tes limites et sans doutes les siennes aussi d?ailleurs. Vois tu ce que je veux dire ?
En tout cas, sois ferme dans tes décisions. Je trouves le sujet quand même relativement grave, pour Marie essentiellement, pour ne pas que tu cèdes la dessus. Rassures toi, nous (enfin je crois) voyons que c?est pour elle que tu t?inquiètes et pas pour ta satisfaction personnelle, donc ne t?excuse pas de la gronder si elle fait une bêtise. Pour moi, je te le dis honnêtement, la fin du problème sera marqué par des excuses de sa part et pas uniquement par l?arrêt (qui sera du jour au lendemain je le prédis presque) de ses oublies et je souhaite pour toi et ta fille que ces deux cas arriverons au plus vite.
Bon courage. A+
Valérie
Portrait de cgelitti
Bonjour,
Je pense que ta fille doit quand même avoir un petit problème du fait de rentrer dans la vie adulte.

Comment s'est passé le passage pour la plus grande de tes filles? La plus jeune a t'elle soufert ou a été témoin de certain faits et gestes de sa grande soeur?

Je pense qu'elle manifeste par son énurésie nocturne justement toute cette problématique du passage dans la vie adulte. Elle se met psychologiquement des barrières en montrant qu'elle n'est pas prête à 'faire comme les grands'. Sujet sensible pour elle, la propreté étant venu tard, elle est encore plus 'complexée' du fait qu'elle t'a vu faire, et ne comprends plus, toujours inconsciemment, si les adultes 'peuvent' avoir ce genre de soucis...Peut-être, surement même, tu es un modèle pour elle, et elle reproduit ce qu'elle a vu? Peut-être?

Je pense qu'elle est dans un état transitoire, elle veut passer en 'mode adulte' mais en a peur également, ce qui se traduit par ce 'mode de défense' inconscient.
Je pense également que ta réaction est la bonne et qu'il faut discuter de tout cela, ne pas l'accabler pour ne pas renforcer se sentiment d'incertitude.

Courage vous allez franchir ce cap.
Anne
Portrait de cgelitti
Je rejoins tout à fait ce que te dit Claire;Il me paraît nécessaire que ta fille te fasse part, sans barrière ,de son ressenti au sujet de ton accident;quel sentiment a t'elle éprouvé lorsque tu as fait dans ta culotte devant elle.Cela suppose bien sur une certaine intimité,mais je pense quelle doit pouvoir ,elle même ,déterminer une relation de causalité avec ses problèmes s'il y en a une.
Il faudrait savoi si elle pense encore à cet évènement dans l'ascenseur.Cela apparaît-il dans ses rêves par exemple?
Dis-nous si cela va mieux avec le temps, pour ta fille et toi

Pages

Sujet vérouillé