Les personnalités schizoïdes et histrioniques

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 03 Décembre 2003 : 01h00
-A +A
La personnalité schizoïde préfère rester dans l'ombre. Elle aime à vivre en retrait du monde dont elle ne semble pas toujours comprendre tous les us et coutumes. A l'opposé, la personnalité histrionique (ou hystérique) préfère la lumière. La séduction est une de ces armes les plus fatales. Mais il ne faut pas s'y tromper… Cette facilité apparente de contact et d'échange avec les autres cache bien souvent une vraie difficulté à entrer sincèrement en relation avec les autres. Alors, êtes-vous plutôt ombre ou lumière ?

La personnalité schizoïde préfère rester tapie dans sa tanière

Attention, il ne faut pas confondre la notion de personnalité dite « schizoïde » et le terme « schizophrène » qui désigne un état psychiatrique bien spécifique. Ces deux mots ont simplement en commun, la racine grecque « schizo » qui signifie « coupé ». Le schizophrène a en effet tendance, par moment, à se couper, à se déconnecter totalement de la réalité, ce qui n'est pas le cas de la personne schizoïde, qui simplement, choisit et a besoin de vivre en retrait du monde (mais sans jamais perdre le contact avec le réel).Pour le sujet dont la personnalité est plutôt schizoïde, en général, le comportement des autres n'est pas facile à comprendre et à décrypter. Par exemple, il a du mal à se mettre à la place des autres et donc à imaginer ce que peuvent être leurs émotions ou leurs sentiments. Autrement dit, elle n'est pas ou peu capable de se montrer empathique. La personne schizoïde préfère donc s'isoler, vivre en retrait dans son propre monde. Elle a de fait peu d'amis intimes et s'arrange fort bien avec cette solitude relative et choisie dont elle a réellement besoin pour se ressourcer. Inutile donc de chercher à être en permanence en communication avec une personne schizoïde ! Mieux vaut apprendre à respecter cet espace de silence dont elle a besoin.Si la personne schizoïde paraît indifférente aux critiques ou aux compliments des autres, elle n'y est pas moins sensible mais elle ne sait pas nécessairement l'exprimer ou le montrer, ce qui peut être parfois déroutant. Dès lors, sachez être attentif à des expressions émotionnelles discrètes et « n'exigez pas d'elle qu'elle exprime des émotions intenses », précisent les psychiatres F. Lelord et C. André.

La personnalité histrionique passe rarement inaperçue

Tout le comportement de la personnalité histrionique est, quant-à-elle, sous-tendu par son désir mais surtout son besoin presque vital d'attirer l'attention. Elle n'hésite pas, qu'elle soit homme ou femme, à utiliser le registre de la séduction. Elle tend aussi à être souvent dans l'exagération. Celle-ci peut se traduire dans son style vestimentaire, souvent original, avec un goût particulier pour les couleurs vives, les bijoux clinquants portés en nombre (colliers, bracelets, boucles d'oreilles) ou dans l'expression marquée de ses émotions, qu'elles soient heureuses ou malheureuses. Elle a d'ailleurs une tendance naturelle à « dramatiser » les situations et les récits, et curieusement, il semble qu'il arrive toujours aux personnes histrioniques des histoires assez extraordinaires ou rocambolesques. En même temps, la personnalité histrionique est imprévisible ; elle peut passer du rire aux larmes au cours d'une même journée et du « coq à l'âne » au cours d'une même conversation, ce qui la rend parfois difficile à comprendre. Dans ses relations avec les autres, elle peut aussi basculer d'un registre familier ou intime à un autre beaucoup plus distancié, sans qu'il soit vraiment possible d'en percevoir une raison apparente. Finalement, avec une personne histrionique, on peut s'attendre au meilleur comme au pire. Un moment idéalisé et adulé par elle, on risque très vite de se trouver rejeté temporairement. Autant le savoir

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 03 Décembre 2003 : 01h00
A lire aussi
Schizophrénie Publié le 06/09/2001 - 00h00

La schizophrénie est une maladie du cerveau. Ce n'est pas une maladie de l'âme, ni un manque de volonté, ni une double personnalité (maladie très rare à laquelle on a longtemps et faussement associé la schizophrénie), mais bien un "défaut" de certains circuits neuronaux du cerveau.

Qu'est-ce qu'une personnalité antisociale ? Publié le 07/01/2008 - 00h00

Il s'agit d'une forme de personnalité pathologique, classée comme telle par le DSM 4, classification américaine des troubles psychiques, reconnue sur le plan international. Il s'agit donc d'un trouble de la personnalité et non de caractéristiques banales de certaines personnes.

Plus d'articles