Sim
Portrait de cgelitti
je prefere entendre parler d'accompagnement de fin de vie, pour les personnes atteintes de souffrances physiques terribles; mais pas que le parle de droit a la mort. En effet, pour moi qui ai des tendances suicidaires, qui ai survecu a plusieurs tentatives graves de suicide (réanimation sous intubation pendant plusieurs jours), je pourrai me dire : moi aussi je souffre terriblement psychologiquement, pourquoi est-ce que on ne me laisserai pas le droit de mourir?
PUB
PUB