Pèlerinage à la Mecque : mesures sans précédent contre Ebola

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 07 Octobre 2014 : 17h28
Mis à jour le Mardi 07 Octobre 2014 : 18h07

Près de deux millions de musulmans sont attendus en Arabie saoudite pour le Haji, le grand pèlerinage annuel à la Mecque qui a débuté le 3 octobre et qui se terminera le 8.

Sous la menace d'Ebola, les autorités ont développé des mesures sans précédent.

© Istock

Formation et entraînement des personnels de santé

Selon le Conseiller du Ministre saoudien de la Santé, le Dr Abdulaziz Ben Saeed, des centaines de personnels de santé sont mobilisés.

Quelque 85.000 agents de sécurité ont été recrutés et près de 2.000 caméras de surveillance ainsi que des outils biométriques ont été mis en place.

Au préalable, ils ont été formés à se protéger en portant « impérativement » des « gants, masques et blouses de protection », condition indispensable pour pouvoir remplir leur tâche. Ils ont de plus bénéficié d’une formation comprenant des exercices d'entraînement pour apprendre à gérer au mieux la situation.

PUB

Tests de dépistage contre le virus Ebola pour les pèlerins étrangers

En outre, chaque pèlerin provenant de l’étranger doit « se soumettre à une série de tests de dépistage » mis en place sur la base des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Quant aux ressortissants des trois pays les plus touchés par le virus Ebola que sont la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia, ils sont interdits de pèlerinage.

De telles mesures radicales visent à éviter la propagation du virus Ebola. Selon le bilan du 1er octobre de l’OMS, le virus a déjà tué 3.300 personnes sur près de 7.000 personnes infectées.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 07 Octobre 2014 : 17h28
Mis à jour le Mardi 07 Octobre 2014 : 18h07
Source : L’Express, Le Monde, Europe 1, octobre 2014. 
A lire aussi
Ébola : une accélération sans précédentPublié le 02/09/2014 - 13h22

On assiste à l’épidémie d’Ébola la plus meurtrière de l’histoire et l’on peine fortement à endiguer sa progression en Afrique de l’Ouest.L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) appelle à intensifier l’action internationale immédiatement.

Plus d'articles