maira
Portrait de cgelitti

Bonjour à tous, j'aimerais partager ce que je vis actuellement et demander si d'autres personnes traversent le même cauchemar......troubles visuels très pénibles, contractures dans la tête, les jambes, les épaules, le cou, sensation de tanguer, tête dans le brouillard, peur de sortir de chez moi, troubles de la mémoire,crises d'angoisse avec serrement dans l'oesophage,perte d'appétit, goût bizarre dans la bouche, odeurs accentuées, impression de flotter, fourmis dans les jambes, insomnie nécessitant un somnifère et tout cela du jour au lendemain.....les symptômes se déplacent, cette anxiété permanente est plus que dure à vivre...plus possible de travailler, l'impression que le contrôle de son corps ne nous appartient plus....je me force à faire des choses pour décoller des symptômes mais ce n'est pas facile.....comment on fait pour gérer cette sensation de tanguage et les troubles visuels.....pour le moment je suis dépassée et flippe sec...je vois un psy.Autour de moi personne ne comprend ces manifestations d'angoisse car lorsque l'on me voit, cela ne se voit pas.......j'oubliais plus de capacité de concentration, sensation d'enfermement.......mieux allongée et le soir.......Voilà.

maira
Portrait de cgelitti

je connais bien ce que vous vivez, parceque moi, je l'ai vécu.Au début je n'avais que de simple malaise occasionnels, sans plus, puis après cela s'est agrave. Un jour en rentrant de mon travaille j'ai fait un malaise,  j'étais sur ma mobylette et j'avais le coeur qui battait à 120 pulsations,   et ma tension était à 19, j'avais 30ans, j'en ai 49 maintenant. S'est un miracle que j'ai pu arrêté la mobylette à temps, plusieurs voitures sont passées sans s'arrête,  j'ai réussi par je ne sais quel miracle à me déplacé légèrement près d'un couple qui rangeait leur voiture et j'ai demandé du secourd. Les gens ont eut très peur pour moi, ils ont appelé le samu, lorsque le samu est arrivé, il m'ont dit ce que j'avais " crises de tétanie", au début. Le médecin du samu m'a réveillé, car dans l'entre fait je m'étais evanouie! à l'hopital, j'ai eut des tas d'examens, sans rien. Le médecin de l'hopital à voulu me donner un arret de travail mais j'ai refusé, j'avais trop de problème financiers.LE médecin m'a dit que je reviendrais ls voirent et là je n'aurai pas le choix que d'être arrêté. A l'époque, j'avais de gros  problèmes : travail, famille, voisinage enfin la totale quoi.Mon mari à l'époque n'a rien arrangé du tout, ce qui fait que je me suis retrouvée en dépressions nerveuses. Je ne pouvais pas penetré dans un magazin sans avoir les mêmes symptomes que vous  et s'est terrible, pour les autres  ont est pris pour des malades imaginaires. Malheureusement, cela ne s'est pas arrête tout de suite!car on m'a donné un traitement qui ne me convenait pas et qui se retournait contre moi! je ne peux pas vous expliquez ce que j'ai enduré! ce que vous vivez je l'ai connu! en changeant de travail cela ne s'est pas amélioré, car les horaires étaient longues et surtout s'étais physique. J'ai été reconnu travailleuse handicapée a cause de ses angoisses.J'ai eu souvent des absenses répètées, ce qui me valait des railleries de la part de mes collègues. Mon médecin est venu jusqu'a 5f DANS la semaine. Même en voiture, j'ai eut ses phobbys à cause des angoisses j'avais le coeur qui battait à 120, des montés de tension, prettent à m'évanouire!Et un jour le directeur de notre usine m'a parlé du mi- temps thérapeutique,  j'ai donc  fait un mi- temps thérapeutique, ensuite j'ai été mise volontairement à mi-tenmps avec mon travail. Je travaille à mi-temps, je percois une pension d'invalidité, plus un complément de salaire car je travaille en attelier protégé, entreprise adaptée maintenant, j'ai un traitement adapté, et croyé moi, je vais mieux, bien mieux. Bien sur les angoisses sont la, mais je vous assure que je vais mieux et que je ne perd pas au niveau salaire!  je ne retravaillerais pas a  temps complet. Si vous voulez je vous laisse mon adresse mail et vous pouvez me parler, je serai ravi de vous ête utile: marieclaude.gaudet@sfr.fr

 

 

Metropole
Portrait de cgelitti
Salut, Je me retrouve bcp dans les symptômes que tu évoques, tu sembles avoir bcp de sensation désagréable (c'est peu dire) au niveau du cerveau (virtiges, impression de planer, d'engourdissement permanent, brouillard; vision...etc), ton psy a du te confirmer qu'il s'agissait bien là de symptômes de la crise de panique.Il aussi du te prescrire des médicaments, type Anxiolitique et Antidepresseur. C'est la 1ère chose qu'il m'a dit à ma première séance il y à 2 mois. J'étais très réticent à cette idée, mais j'ai commencé le traitement médicamenteux. Aujourd'hui, l'ensemble de mes symptômes ont disparu (ils leurs arrivent de ré apparaitre de temps à autres mais c'est extrêmement léger et supportable. Je continue à pratiquer bcp de sport et ça contribue sûrement à mon meilleur état moral, j'ai même arrêté les anxiolitiques depuis plusieurs jours, sans aucun effet notable.Avant la prise de médicaments, j'ai quand même ressenti des situations où les symptômes (et donc mes angoisses) étaient moins présents :- Lorsque j'étais allongé devant la TV (comme tu sembles l'évoqué aussi)- Lorsque j'étais concentré sur une tâche bien précise et que j'y prêtais vraiment toute mon attention.- Lorsque je ne me projettais plus sur le futur (ex : que va t il se passer demain au travail si j'ai des virtiges ?) ni dans le passé (ex  ce que j'étais bien quand je n'avais pas ces symptômes), bref que je vivais réellement le moment présent.- Lorsque que j'acceptais de ressentir mes symptômes. C'est à dire ne plus se focaliser sur les sensations, mais d'être simplement conscient des sensations sans emettre de jugement particulier sur ces dernières.- Lorsque je prenais mes pensées moins au sérieux. Tu n'évoques pas l'élément déclencheur ? Est ce récent ? Lié à un évènement particulier ? A un complexe précis ? Ou la suite d'un cheminement bcp plus long (genre insomnie, mal de dos... pour en arrivée à ces nouveaux symptômes ?) Bon courage, mais sache que nous sommes nombreux. +
Sujet vérouillé