Parlez positivement avec votre voix intérieure

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 01 Décembre 2004 : 01h00
-A +A
Même quand nous sommes silencieux, notre voix intérieure nous parle. C'est un monologue invisible pour les autres, mais qui a pour soi-même un effet très puissant. Vous pouvez ainsi utiliser cette voix pour vous faire du mal ou au contraire pour votre plus grand bien. Quelques clefs pour mieux vous en servir.

Si je vous dis « ne pense pas à un éléphant rose », cela ne sert à rien. Vous pensez immédiatement à cet animal. Pourquoi ? Parce que votre inconscient ignore la négation. Il n'entend pas le « ne pas », mais seulement les mots « éléphant rose » qui eux sont concrets.

C'est ainsi que, de votre voix intérieure, il faut vous parler avec les mots qui représentent ce que vous voulez et non leur contraire.

Voici quelques exemples parlants

  • Si vous pensez : « Il ne faut pas que je sois en retard à ce rendez-vous », votre inconscient entend seulement les mots « retard et rendez-vous ». On peut même dire que c'est, inconsciemment, une consigne de retard. Vous avez toutes les chances d'arriver en retard ! Si au contraire, vous pensez : « Je dois absolument être à l'heure à ce rendez-vous », vous avez toutes les chances d'y être en temps et en heure.
  • Si vous pensez : « Il ne faut pas que j'oublie la liste de mes courses », vous l'oublierez sans doute, car votre esprit entend « oubli et courses ». Pensez plutôt : « il faut que je pense à prendre ma liste de courses ». Essayez, cela fonctionne vraiment !
  • Si vous pensez : « Il ne faut pas rater mon examen », malheureusement ce sont les mots « rater et examen » qui passent la rampe. Il sera plus difficile de réussir que si vous pensez régulièrement « j'ai vraiment envie de réussir cet examen »

Et si cette réalité commence par votre voix intérieure, elle ne s'arrête pas là. De nombreux parents abreuvent leurs enfants de conseils qui vont à l'encontre du résultat recherché : « Dépêche toi, on va être en retard », « Attention, tu vas tomber », « Ne craque pas cette allumette, tu vas mettre le feu à la maison » Si vous leur dîtes plutôt « dépêche toi, je veux que tu arrives à l'heure à l'école », ou « Attention, tiens toi bien », ou « Lâche ces allumettes », vous leur apprenez à se servir à bon escient de leur voix intérieure. Et cela leur sera précieux

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 01 Décembre 2004 : 01h00
A lire aussi
Dire non plus facilement à ses enfants ? Publié le 03/03/2008 - 00h00

Un enfant, c'est, la plupart du temps, un trésor pour ses parents. Tant mieux, mais parfois les parents n'osent plus dire non à leur rejeton qui devient de plus en plus incontrôlable. Comment réagir pour le cadrer ? Comment se faire obéir ?

Je voudrais que tout soit parfait Publié le 10/05/2005 - 00h00

Pourquoi vouloir que tout soit parfait ? Parce qu'on s'imagine facilement que la perfection rend heureux. Ainsi, Francette aimerait que son corps soit aussi beau que celui d'un top model : " elles ont l'air tellement heureuses, tout leur réussit... "

Comment augmenter son " capital chance " ? Publié le 01/10/2003 - 00h00

Grâce à un décryptage des comportements dans la vie et des traits de la personnalité des chanceux (par comparaison à ceux qui se disent malchanceux), le Dr R. Wiseman, psychologue, montre comment la chance ne relève, ni de la magie, ni du don divin. Etre chanceux dans la vie repose...

Plus d'articles