On coupe dans le sucre, on sucre le gras... et le sel !

Publié par Patricia Riveccio, journaliste santé le Lundi 27 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 22 Octobre 2010 : 13h15
-A +A

Face à l'épidémie d'obésité qui menace sérieusement les Francais, les industriels suivent la campagne gouvernementale et oeuvrent pour alléger leurs produits en sucre, en gras et en sel. Un travail qui ne se fait pas en un jour... Rencontre avec Nestlé et Marque Repère.

Dans le cadre du Programme National Nutrition Santé 2 (PNNS2), le gouvernement français a demandé aux industriels agroalimentaires de revoir la composition nutritionnelle de leurs produits tout en conjuguant santé et plaisir de manger. Certains industriels avaient déjà travaillé sur l'amélioration de leurs produits. 'Une entreprise comme Nestlé dont l'exigence nutritionnelle est au cœur du développement depuis longtemps a, dès 2000, donné un coup d'accélérateur sur les réductions de sucre, de matières grasses et de sel et sur l'augmentation en fruits et légumes', explique Brigitte Laurent-Langevin, directrice de la nutrition Nestlé France. Pour agir sur la prévention de l'obésité, Nestlé travaille sur tous les produits bien que le type d'optimisation ne soit pas le même.

Diminuer en douceur

Depuis neuf ans, la teneur en sel dans les soupes Maggi a été diminuée de 25 % sur l'ensemble des produits entre 2000 et 2008. Il faut retravailler sur les recettes, jouer sur les aromates. C'est une vraie formulation. Un travail difficile car s'il est plus facile d'intervenir lorsqu'un produit est nouveau, changer un produit habituel est plus délicat. Le consommateur n'aime pas changer. 'Nous avons réduit le sel progressivement car il faut faire en sorte que le produit continue à être accepté par le consommateur', précise Brigitte Laurent-Langevin. L'aspect sécuritaire est également à prendre en compte notamment pour les charcuteries. Diminuer trop le sel dans les lardons (-25 %) ou le jambon (-10 %) ne doit pas empêcher de continuer à assurer la qualité sanitaire des produits sans conservateurs et additifs supplémentaires puisque la baisse les concerne aussi, la volonté des consommateurs étant d'aller vers plus de naturalité.

Diététiquement plus corrects

Même progression pour la baisse du sucre, notamment pour les produits des enfants qui aiment le goût sucré. La baisse s'est faite sur les produits les plus consommés comme Chocapic (-12 % de sucre). Enfin, la teneur en matières grasses (MG) a été diminuée de près de 30 % en quelques années dans les plats cuisinés surgelés Maggi (-30 % sur les lasagnes auxquelles on a ajouté plus de légumes, sur les saucisses knacki (Herta). 'En baissant la teneur en MG, en augmentant la quantité de légumes, de fruits (dans les sorbets La Laitière, le sucre a diminué, la teneur en fruits augmentée), et de fibres (nous avons au moins 25 % de céréales complètes dans les produits sur le marché), nous répondons aux recommandations nutritionnelles du PNNS.'

Publié par Patricia Riveccio, journaliste santé le Lundi 27 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 22 Octobre 2010 : 13h15
Source : Côté Santé, mars 2009.
A lire aussi
Moins de viande, plus de légumes et légumineuses Publié le 26/01/2017 - 14h56

L’Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) vient de publier une actualisation des repères nutritionnels figurant dans le PNNS (Programme national nutrition santé). Il ressort notamment que nous consommons toujours trop de viande et de charcuterie et pas assez de fruits, légumes,...

Plus d'articles