L'oedipe... la fin d'un grand mensonge ?

Publié par Psychoenfant le Lundi 14 Septembre 2009 : 02h00
-A +A
Remise en question par les recherches actuelles en psychologie cognitive et mise à mal par les nouvelles découvertes en neurosciences... la théorie du complexe d'Oedipe semble avoir considérablement évolué depuis Freud. Si certains psys en font toujours un élément central de leurs Oedipe, d'autres n'hésitent plus à montrer du doigt son caractère erroné ou dépassé. Tour d'horizon.

L'œdipe selon Freud : une étape essentielle au développement

En 1897 Freud écrit à son ami et médecin Wilhelm Fliess : ' J'ai trouvé en moi comme partout ailleurs des sentiments d'amour envers ma mère et de jalousie envers mon père, sentiments qui sont, je pense, communs à tous les jeunes enfants. S'il en est bien ainsi, on comprend, en dépit de toutes les objections rationnelles qui s'opposent à l'hypothèse d'une inexorable fatalité, l'effet saisissant d'œdipe roi. ' C'est dans L'interprétation des rêves, en 1899, que Freud introduit clairement la référence à œdipe et, précisément, à la pièce de Sophocle. Freud aboutit à la théorie libidinale de l'oedipe : la libido de l'enfant se tourne vers le parent de sexe opposé et voit dans le parent de même sexe un rival à éliminer.

Durant cette période oedipienne, l'enfant éprouve-t-il réellement du désir sexuel pour le parent du sexe opposé ?

Marcel Rufo* : Non, ce n'est jamais du désir sexuel. L'oedipe à la Sophocle n'est que du théâtre. Durant la période oedipienne, ce n'est pas du désir que le petit garçon ressent pour sa mère, mais de l'amour. Le désir sexuel n'a aucune place chez le petit enfant. Ce qui a été tragique, dans l'apport freudien (car mal compris), c'est justement que les gens ont souvent confondu le sexe et l'organisation sexuée de l'individu. L'organisation sexuée correspond à la façon dont un individu devient garçon ou fille. Durant la période oedipienne, lorsqu'un petit garçon dit à sa mère 'je veux t'épouser', il sous-entend 'tu es la plus belle de toutes les mamans'. Rien de plus. Et il apprendra peu à peu à s'identifier à son père pour devenir un homme et pas pour épouser sa mère.

Publié par Psychoenfant le Lundi 14 Septembre 2009 : 02h00
A lire aussi
Résoudre le complexe d'Oedipe Publié le 08/01/2003 - 00h00

" Plus tard, je me marierai avec maman ! ". Dès l'enfance, nos petits manifestent un attachement quasi excessif envers le parent du sexe opposé et une jalousie féroce envers celui du même sexe. Cette période, dite oedipienne, influera sur la qualité de ses relations amoureuses à l'âge adulte...

Naît-on ou devient-on homo ou hétéro ? Publié le 09/07/2007 - 00h00

Naît-on hétérosexuel(le), homosexuel(le) ou bisexuel(le) ? Le devient-on ? Une interrogation curieuse tout comme le fait qu'un désir devienne une identité, mais le cheminement de nos préférences sexuelles avec ses influences diverses nous concerne toutes et tous. Questions à Stéphane...

Le baby blues du père Publié le 16/01/2006 - 00h00

Le baby blues de la jeune accouchée est très bien connu du grand public. En revanche, qui s'occupe des troubles dépressifs susceptibles de toucher le nouveau père ? Ce baby blues paternel est une réalité à dépister et à prendre en charge rapidement, avant d'en constater les conséquences,...

Plus d'articles