Objets connectés santé : amis… ou ennemis ?

Objets connectés santé : amis… ou ennemis ?

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mercredi 25 Janvier 2017 : 17h05
Mis à jour le Mardi 18 Avril 2017 : 18h15

Les objets connectés sont devenus nos meilleurs amis pour contrôler notre forme et notre santé avec simplicité, tout en nous amusant. Si ses atouts sont indéniables et unanimement reconnus dans le monde de la Santé, le quantified self pose aussi le problème des données de santé, et plus largement, du droit des patients. Des spécialistes nous donnent leur avis.

© Istock

Santé connectée : en complément des thérapies classiques

L’émergence des objets connectés dans l’univers de la santé s’est révélée comme une solution alternative pour patients et médecins dans la prévention et le traitement des maladies.

Paul Louis Belletante , Président de Betterise Health Tech, une start-up e-santé spécialisée dans les accompagnements thérapeutiques digitaux : « Il faut considérer la santé connectée comme une thérapie digitale en complément de la thérapie chimique. On ne peut se passer des deux désormais. »

Que ce soit pour surveiller la grossesse, soigner son diabète, traiter son cancer, prévenir ses risques cardiovasculaires, et tant d’autres, la e-santé offre au patient une solution très intégrée dans la vie de tous les jours, tout simplement pour mieux vivre.

Objets connectés : le patient acteur de sa santé

L’utilisation d’objets connectés en santé et en bien-être permet aux patients de mieux comprendre leurs symptômes, et donc les traitements qui vont suivre. Ils s’engagent ainsi dans une meilleure observance du traitement pour plus d’efficacité, avec une confiance accrue dans leur médecin et autres coaches « sur mesure ».

Ghislain Quai, de V@SI, qui propose des solutions connectées aux patients malades chroniques, ou handicapés, ou pour accompagner le vieillissement :« Nous travaillons avec la prescription médicale : nous plaçons l’élément humain au cœur du dispositif via la visioconférence. Cela nous permet d’analyser les données de santé des patients, de les sécuriser, et aussi d’aider les personnels de santé à accompagner les patients pour l’observance des traitements et pour optimiser leur efficacité. »

Ici, la E-santé devient une solution pour redonner une autonomie aux patients, pour qu’ils puissent s’occuper eux-mêmes pour une grande part, de leur santé.

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mercredi 25 Janvier 2017 : 17h05
Mis à jour le Mardi 18 Avril 2017 : 18h15
Source : Professeur Gérard Saillant, Président de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière ; Pr Xavier Bigard, professeur agrégé du Val de Grâce et président de la société française de médecine, de l’exercice et du sport (SFMES) ; Paul Louis Belletante , Président de Betterise Health Tech ; Isabelle Landreau, Avocat au Barreau de Paris ; Ghislain Quai, de V@SI; Emmanuel Gadenne , auteur du « Guide pratique du Quantified Self », éditions FYP
Biarritz Sport Santé, colloque du 16 décembre 2016 : « L’activité physique et les objets connectés, une nouvelle approche médicale du bien-être et de la santé « 
Ihealthlabs Europe ; Fitbit : https://www.fitbit.com/fr/whyfitbit? ; http://www.automesure.com/library/pdf/VM-Objets-Connectes.pdf ; World Health Organization ; Morgan Stanley, 2013 ; Sanofi, le LabSanté
A lire aussi
Santé du futur : que nous réserve le numérique ?Publié le 27/09/2017 - 09h52

La santé du futur, c’est déjà aujourd’hui ! Le Ministère des Solidarités et de la Santé vient de publier sa stratégie nationale de santé d’ici à 2022. Parmi les chantiers prioritaires figure l’Innovation, notamment avec l’essor du numérique au service des professionnels de...

Plus d'articles