Ne renoncez jamais à vous...

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 28 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 22 Décembre 2011 : 11h32
-A +A
Il nous arrive de renoncer à des choses qui nous tenaient à coeur, souvent sous l'influence de notre entourage, d'une situation… Pourtant, renoncer, c'est parfois se nier et se faire bien plus mal qu'on en a l'impression sur le moment. Cette réflexion est l'une de celles développées dans un livre fort intéressant : « la deuxième chance en amour » de Sylvie Angel et Stéphane Clerget aux éditions Odile Jacob.

En parler avant de renoncer

Cela se passe souvent au cours d'une histoire d'amour. L'autre vous demande d'accepter l'impulsion qu'il souhaite donner à votre couple, sa vision de la vie. Et c'est normal qu'il vous fasse part de ses idées. Et là, vous n'avez jamais la même vision que lui. C'est normal car nous sommes obligatoirement tous très différents. C'est là que se joue un moment vital pour vous et votre couple. Vous pouvez accepter, sans même en parler, de renoncer à une carrière (vous vouliez être diplomate et voyager, mais l'autre a un poste fixe intéressant), à une idée de la famille (vous vouliez beaucoup d'enfants mais l'autre n'en veut pas ou alors un seul), à votre religion pour embrasser la sienne, etc.

Renoncer ainsi peut se révéler très grave. Ne pas mener la vie dont on rêve, on peut le supporter un moment, mais pas éternellement. Si vous acceptez « par amour », sans même en parler, de vous « écraser » devant l'autre, vous n'êtes pas un vrai couple. Vous êtes celui (ou celle) qui, dès le début, décide de tout accepter de l'autre. Et c'est extrêmement grave. Car l'autre vous aime pour ce que vous êtes, même s'il (ou elle) ne s'en rend pas compte, et vous couper de vos rêves vous enlève de votre essence.

Renoncer ou pas : alors que faire ?

Tout d'abord, vous pouvez accepter de renoncer à des choses qui ne vous tiennent pas à coeur ! C'est non seulement évident, mais conseillé. Si vous avez envie de faire plaisir à l'autre et que cela ne vous coûte pas d'effort, pourquoi vous en priver ? Il peut d'ailleurs s'agir de choses extrêmement importantes pour d'autres que vous. Vous comptiez passer votre vie entière dans votre village et l'autre vous propose une vie de voyages ? Voilà qui est très différent, mais qui, finalement, peut vous tenter et pas seulement parce que vous êtes dans l'état amoureux. Alors n'hésitez pas à changer de projet !

En revanche, vous devez exprimer votre vision à vous de la vie : dire ce qui vous tient à coeur, exprimer vos rêves... Ils ne sont peut-être pas tous réalisables, mais ils sont là, bien présents en vous. Et l'autre doit absolument les accepter. Pas forcément les adopter pour les vivre avec vous, mais accepter que vous ayez ces rêves qui ne sont pas les siens. C'est vital pour un couple. C'est d'ailleurs un test : si l'autre se moque de vos rêves, les traite de bizarrerie ou comme des choses négligeables, vous savez déjà que vous ne pourrez pas aller loin ensemble.

Une fois exprimés vos rêves, vous devez, naturellement accepter aussi d'entendre et de comprendre ceux de l'autre.

Et c'est seulement à partir de ce moment que vous pouvez, à deux, choisir votre voie. Peut-être que vous serez obligé de choisir, certainement même, mais ce sera un choix éclairé, un choix positif, pour une vie devant vous.

Si vous avalez vos rêves sans en parler, si vous vous écrasez devant l'autre, vous détruisez une partie de vous pour votre partenaire. Et le fruit de cette attitude, c'est le ressentiment, sentiment toxique, sentiment poison pour le couple, qui petit à petit tend à dessécher la relation.

Alors, prenez bien le temps de parler ensemble de vos rêves pour vous en créer des communs qui pourront vous combler tous deux.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 28 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 22 Décembre 2011 : 11h32
A lire aussi
Et si la dépression pouvait être une chance à saisir ? Publié le 28/07/2008 - 00h00

La dépression a un côté positif. Cette affirmation peut paraître iconoclaste, elle est une thèse défendue par certains psychiatres qui ne nient pas pour autant l'aspect douloureux de cette maladie. Ils affirment simplement qu'il peut s'agir d'une crise à surmonter, crise qui peut faire...

Plus d'articles