Myofasciite : les vaccins sont-ils en cause ?

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 19 Mai 2004 : 02h00
-A +A
La myofasciite à macrophage est une nouvelle maladie caractérisée par des douleurs musculaires et une fatigue chronique. La responsabilité des vaccins contenant de l'aluminium est incriminée. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) vient de rendre son avis sur cette accusation.

Identifiée en 1997, la myofasciite à macrophages est une maladie récente caractérisée par la présence d'une lésion particulière de tissus musculaires. Les plus de 350 patients atteints de cette affection présentent des douleurs musculaires, articulaires et une fatigue chronique.

Certains vaccins, notamment en raison de leurs adjuvants à base d'aluminium, sont accusés de provoquer ces lésions (le vaccin hépatite B est aujourd'hui le plus suspecté). Et en effet, cette hypothèse d'origine vaccinale a été étayée par des investigations montrant la présence d'aluminium au sein des lésions, retrouvées principalement dans le muscle deltoïde. En 2000, une étude réalisée par l'Institut national de veille sanitaire (InVS) sur 53 patients, montre que 87% d'entre eux avaient reçu au moins une dose de vaccin aluminique dans les dix années précédent le début présumé des symptômes. Deux ans plus tard, l'AFSSAPS a engagé une étude épidémiologique cas/témoin. Celle-ci montre que les patients atteints de lésions caractéristiques de la myofasciite à macrophage, présentent plus fréquemment une fatigue chronique que les sujets témoins. En revanche, aucune différence concernant les symptômes musculaires n'a été observée entre les deux populations. Mais les patients présentant des lésions sont plus nombreux à avoir reçu un vaccin contenant de l'aluminium.

Depuis, des associations de patients se sont créées. Les victimes, dont le nombre tend à s'accroître, demeurent mal informées, tandis que l'évolution de la maladie est peu prévisible et les symptômes invalidants.Parallèlement, les études ont été soumises à la commission nationale de pharmacovigilance. C'est ainsi, qu'après consultation d'experts épidémiologiques n'ayant pas participé aux études, l'AFSSAPS a remis ses conclusions le 5 mai 2004.

En l'état actuel des connaissances, la relation entre myofasciite et le vaccin contenant un adjuvant aluminique, est hautement probable. En revanche, une association entre une myofascite et un syndrome clinique spécifique ne peut être démontrée. Ainsi, à ce jour, la balance bénéfice/risque des vaccins contenant de l'aluminium n'est pas remise en cause. La réalisation de nouvelles études épidémiologiques n'est pas recommandée. Cet avis concorde avec l'avis rendu les 3 et 4 décembre 2003 par le Comité scientifique pour la Sécurité des vaccins de l'OMS.Toutefois, l'AFSSAPS entend maintenir une veille active sur les risques potentiels liés à l'usage d'aluminium, notamment dans les produits de santé.

Pour consulter le site de l'AFSSAPS : cliquez ici

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 19 Mai 2004 : 02h00
Source : Communiqué de presse de l'AFSSAPS, 6 mai 2004.
A lire aussi
Vaccins : l’aluminium peut-il être toxique ? Publié le 28/11/2016 - 09h54

Comme les médicaments, les vaccins peuvent entrainer des effets indésirables parfois graves. Depuis quelques années, les adjuvants à base d’hydroxyde d’aluminium, ajoutés aux vaccins pour augmenter leur efficacité, sont soupçonnés de favoriser, chez certaines personnes, le développement...

Aluminium et vaccin : la fin d’une polémique ? Publié le 09/08/2013 - 13h10

L’aluminium est utilisé comme adjuvant dans certains vaccins. La polémique autour de la nocivité potentielle de cet élément devrait prendre fin avec ce rapport qui vient d’être remis au Ministère de la Santé.

Vaccins : les 10 réponses essentielles Publié le 17/02/2016 - 16h32

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que les vaccins sauvent 2 à 3 millions de vie chaque année mais 20 à 30% des Français hésitent à se faire vacciner. La ministre de la Santé a décidé de faire de 2016 « l’année d’enjeu de la vaccination » avec, au programme, un débat...

Plus d'articles