juliemam
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous, et toutes,

J'ai 30ans et mon père 52ans, il est maniaco-depressif et je suis a la recherche de témoignages de personne souffrant de cette maladie et susceptible de pouvoir l'aider. Il a fait plusieurs tentatives de suicides aujourd'hui il ne cherche plus à mettre fin a ses jours mais il est en grande souffrance. Il est très intelligent et connait la maladie, il sait très bien l'expliquer mais il a besoin d'un bon medecin qui lui tourve un traitement efficace, pour l'instant il voit un psy qui lui donne 20 medicaments par jour et ces medocs lui provoque evidemment une multitudes d'effets secondaires qui sont entrain de le detruire completement physiquement... voila pourquoi j'espere trouver ici de l'aide ou au moins un maximum d'informations, cette maladie m'a vole mon enfance et detruit ma famille. j'aime mon père il est ma seule famille. Merci de votre aide

a bientot j'espere

Fan

penserounon
Portrait de cgelitti
Tellement beau cet amour pour ce parent, ce papa, qui, espérons-le, ira mieux un jour...
Tellement réconfortant.
Content de voir que maniaco-dépressif existe encore?!!!
Que de problèmes!!! Zut alors!!!
fan
Portrait de cgelitti
Bonsoir Hélene,
Merci pour ton petit message, je ne suis pas très souvent connectee en ce moment car mes horaires sont chargés. Avec mon pere en ce moment ce n'est pas le top, je suis en colere car il n'en fait qu'a sa tete et je ne veux plus ecouter ses plaintes, ca me bouffe de l'interieur du coup je perds l'apetit et après m'etre battue pdt ces longues annees contre l'anorexie, je depense encore bcq d'energie pour ne pas ressombrer, et a voir mon pere qui "subit" sa maladie sans rien faire ou en tous cas pas ce qu'il faut ben ca m'enerve du coup c'est peut etre lache je sais mais je ne lui tel presque plus de toute facon c'est tjs pour entendre les memes choses, et lui il n'entend rien! , j'en ai marre de subir sa maladie, de toute facon je sais que ca ne changera plus jamais et qu'il ira de plus en plus mal moi je ne sais plus rien faire, j'ai essayer mais j'ai 30ans et une petite fille, c'est elle aujourd'hui ma priorite, et si lui ne veut rien faire pour avoir une existence a moitie normal, je ne peux pas me soigner a sa place... Chacun est maitre de son destin! Tu en es l'exemple! Je ne le juge pas et ne lui jette pas la pierre mais ici c'est mon avenir que je dois construire, cette maladie m'a deja pris mon enfance et mon adolescence elle ne me prendra pas le reste!
Je suis consciente que mes propos sont durs, mais il n'est pas le seul a souffrir, par contre il est le seul a avoir le pouvoir de se (re)prendre en main, je ne sais pas si mon comportement est le bon mais en tous les cas, c'est ce que je ressens aujourd'hui....
Demain peut etre je changerai d'avis et recommencerai a me culpabiliser...
Si seulement mon pere pouvait penser comme toi!, et avoir le courage de se battre contre la maladie ....
je te souhaite une bonne nuit, a bientot
stephe
helene
Portrait de cgelitti
tout d'abord, je trouve très postif que tu exprimes ce que tu ressens, (j'ai toujours encouragé ma fille à le faire et elle n'a pas été tendre, mais elle se protégeait à sa façon et heureusement dailleurs !) comme tu le dis si justement, tu as ta vie à construire, ton père détient seul la clé pour améliorer son état, tu sais pendant des années, j'ai cherché l'aide des médecins, enfin dans les moments de "bas" car en "haut", je n'y pensais pas, évidemment! et ENFIN, un psychiatre m'a prescrit du lithium et c'est quand officillement le terme de maniaco-dépression que je me suis alors vraiment interessée à cette pathologie, auparavant j'avais beaucoup lu sur le sujet des maladies psys et je me retrouvais partout, (inquiètant!) depuis que je sais que je suis comme ça, j'en parle sereinement avec ma fille surtout car je suis maintenant tout à fait consciente d'être passer à côté de beaucoup de choses, j'ai beaucoup culpabilisé, mais quand je vois ma fille, je me dis qu'elle s'en sort bien, mais je sais aussi que ce qui la rassure, c'est que prenne bien mon traitement.
je sais aussi que ce qui m'a sauvé, c'est d'avoir été entourée et parfois des décisions ont été prises contre ma volonté, sur le moment, j'ai été en colère et aujourd'hui si je suis encore en vie, c'est aussi grâce à ces décisions.
voilà, je t'en ai dit un peu plus et une question me vient : comment fait la compagne de ton papa pour supporter ? il me semble évident qu'il faut mieux être plusieurs à gérer, sinon et tu le dis dailleurs, cela peut générer chez toi des angoisses et oui, on me l'a souvent répété, on ne soigne personne contre sa volonté !
c'est dur mais c'est pourtant si vrai.
Par contre, toi, tu n'es pour rien dans tout ça !
Bon courage et à bientôt
Annie
Portrait de cgelitti
un petit coucou pour te dire que je;pense bien à toi dans les moments difficiles car c'est dans ton témoignage que je me reconnais le plus.oui, nous aimerions que ton père et mon mari prennent conscience de leur maladie et acceptent de dire le nom de la maladie,ils seraient alors sur le chemin de l'acceptation et accepteraient un traitement.Mais aujourd'hui, ce n'est pas encore le cas et c'est seulement en prenant du recul qu'on ne les détestera pas.Moi aussi j'aime mon mari mais pas sa maladie.
Bisous à toi steph
Fan
Portrait de cgelitti
bonjour Marynna et merci pour vos encouragements.
Mon pere voit deja un psy mais celui ci le gave de medicaments et a vrai dire depuis plus de 30ans il voit differents psy mais aucun n'a encore trouve un traitement qui lui convienne, pour l'instant le psy qui le suit lui prescrit 20medicaments differents par jour, mon pere est de plus en plus mal car en plus de la maniaco depression les effets secondaires de ces medicaments le detruisent physiquement,c'est pourquoi je recherche des personnes souffrant de cette maladie et savoir quel traitement ces personnes suivent, et peut etre pourra t on me conseille un psy specialise dans la maniaco depression et qui consulte en belgique.
je vous souhaite un bon dimanche et vous remercie d'avoir pris le temps de me lire.
a bientot
Fan
fan
Portrait de cgelitti
Bonjour Hélène,
Comme vous le dites si bien le temps volé par la maladie on ne pourra jamais le rattrapper, mais on peut encore sauver le temps qu'il nous reste... A vrai dire j'ai tjs connu mon pere "malade", je me souviens toute petite, il etait dans le divan bourre de medicaments sachant a peine parler et passant son temps a pleurer, la phase suivante etait qu'il entrait dans des colères folles et cassait tous dans la maison. puis venait evidemment la tentatite de suicide et après les hospitalisation une petite accalmie et puis on repart pour un tour mais j'imagine que vous connaissez bien la folle ronde de la maniaco depression...
Ma famille a completement eclatee, ma mere est partie (sans mon frere et moi), puis moi en pleine crise d'ado (j'avais 15ans), j'ai commencais a peter les plombs et je suis aussi partie de la maison. Mon père est reste seul avec mon frere et lui aussi est parti et il a très mal tourné. Bref mon pere s'est retrouve seul et il est parti habite a une cinquantaine de km du village ou nous habitions, moi aussi suis partie a l'autre bout de la Belgique et chacun a vecu sa vie. Moi je me battais contre mon anorexie et c'est il y a 4ans quand j'ai eu ma fille que mon regard a change sur la maladie de mon pere car la j'ai compris (la maturite certainement) et puis la naissance de ma fille nous a rapproche, car a cette epoque son comportement a fait que j'ai "retrouve mon pere" certainement le fait d'etre maman et les souvenirs d'enfance qui remonte. Oui comme toute les gamines meme malade mon pere pour moi etait un héro.
Bref je m'egare mais c'est tellement rare que je puisse parler de mon enfance et de mon pere...
J'ai parle a mon pere du lithium il me dit qu'il a pris de la poudre de je ne sais plus quoi avec du lithium mais bon la je dois dire que j'ai completement oublie le nom... Mais je vais lui redemander et puis surtout lui demande la liste des medicaments et les doses qu'il doit prendre.   Cette semaine il a arreter de voir son psy, (comme d'hab), il arrete tjs en cours et fais de l'auto medication, il dit qu'il voit avec son medecin traitant mais personnellement je doute que ce soit la bonne decision... et doute encore plus qu'un generaliste soit capable de l'aider.
Je trouve aussi que vous avez tout a fait raison dans le fait de dire qu'il ne faut pas se retrancher sur le fait d'etre maniaco depressif, a mon avis c'est comme l'anorexie il faut la combattre a la difference qu'il faut un traitement medicamenteux comme support pour la bipolarite. Qu'en pensez vous?
Encore merci de m'avoir lue discutez avec vous me fait vraiment du bien, je vous donnerai la liste des medicaments vous me donnerez votre avis...
A très bientot
Stéphanie
Annie
Portrait de cgelitti
Chère Hélène, je te félicite pour ton courage car par moment cela doit être dur pour toi.Si je comprends bien le plus dur c'est de prendre conscience qu'on n'est pas comme toutle monde et l'accepter avant d'aller consulter.Je me rends compte que depuis que cette maladie à été détectée chez mon mari,chaque fois qu'il s'est rendu chez le medecin, c'est avec d'autres prétextes et quand le médecin lui pose des questions dérangeantes, il change de médecin
Il refuse même avec le nom de la maladie sur un certificat de se dire malade.Il se plaint 6 mois par an de maux divers pour justifier son mal être et joue les super hommes le reste du temps.Avec les années, la période maniaque diminue et il est plus souvent dépressif.
Je te laisse car les détails ne te serviraient certainement pas mais tyu dois pouvoir t'imaginer
Amitiés
Annie
Annie
Portrait de cgelitti
Ce soir, j'ai un peu de temps et mon attention est restée sur tes échanges d'idées avec hélène.Et oui, je me suis reconnue dans tes souffrances et tes doutes.Je suis depuis 19 ans l'épouse d'un maniaco!depressif et j'ai eu également une belle-fille qui souffrait de ce même problème.
Elle a accepté sa maladie, a été soignée pendant de nombreuses années avec du lithium et puis elle a arrêté son traitement se trouvant guérie.Mon fils l'a quittée car malgré sa stabilisation, il était effrayé de ses soudain différents états d'âme, de ses colères soudaines, de ses chantages dans la dépression.Il ne se sentait pas assez solide et avait peur de chuter avec elle.
Je ne le juge en rien et je le comprends mais je ne l'ai pas influencé car je vis la même situation.
En 1989,j'ai fait la connaissance d'un personnage hors du commun et très attachant.Je sortais d'une relation très traumatisante qui m'a laissée déboussolée.Déboussolée, je devais l'être pour ne pas avoir pris mes jambes à mon cou.Très vite, j'ai compris que cet homme avait de sérieux problèmes mais trop tard, j'étais déjà sous le charme et je croyais que mon amour le sauverait de tous ses doutes, l'aiderait dans sa souffrance.Il m'a fallu des années pour comprendre que j'étais impuissante et ne pourrais pas l'aider en sombrant avec lui;
Sa maladie a été détectée lors d'une de ses nombreuses hospitalisations mais lui ne l'accepte pas encore.
Les medecins ont essayé le lithium mais cela ne lui convenait pas à l'époque(+/-1997) car il buvait et jouait avec ses médicaments, ne se rendait pas aux controles de labo.Il a été traité avec des anti-dépresseurs ce qui a atténué un peu les crises.Les crises, tu dois les connaître,il peut se prendre pour un super directeur, il dirige tout et tout le monde et à ce moment il est trop tard, on ne sait plus le raisonner,et même toute personne s'opposant à lui, et surtout moi, il la voit en ennemie.La minute d'après, il pouvait sombrer dans une profonde dépression avec envie d'en finir.Depuis 5 ans, il a arrêté de boire, et vivant seul, il a du beaucoup se remettre en question, je ne suis plus là pour subir les conséquence de ses actes.Je le vois tout les jours car il est très dépendant, j'arrive à lui mettre des limites.Il manipule tous les médecins et ne se soigne pas.
Chaque année, aux mêmes périodes, il se sent bien, très bien,trop bien, il se sent supérieur aux autres, éloigne tout le monde de lui et de moi et puis une autre période se succède.J'en souffre toujours mais heureusement,j'ai une vie sociale, je travaille dans une maison de repos et j'ai des grands enfants et petits-enfants que j'aime beaucoup.Si cela t'interesse, je te parlerai d'eux et te dirai comment ils vivent les hauts et bas de leurs papy.Merci de m'avoir offert l'occasion de m'exprimer car j'ai renoncé à en parler car personne ne me croit à l'extérieur, il est si sympa.Je vis depuis 1989 tous les jours une pièce de théâtre.
Amitié Annie
stephanie
Portrait de cgelitti
Bonjour Amelie,
Ravie de faire ta connaissance, tu as raison dans ce que tu dis mais pour moi la situation n'est pas pareil, j'aime mon pere autant que tu aimes le tien, je n'ai par contre pas eu la chance d'avoir une mere comme la tienne et la mienne est partie quand j'avais 15ans, et c'est moi qui ai continuer a subir les phases de la maladie de mon pere comme je l'ai deja dis cette maladie m'a volée mon enfance et mon adolescence, et ensuite c'est l'anorexie qui a pris le relais pdt 7 longues années, j'ai une petite fille de 4ans et ma priorité c'est elle, j'aime mon pere mais je ne le regarderai pas se detruire, il connait sa maladie et les moyens d'en sortir, il sait que si il fait ce qu'il faut je le soutiendrai mais aujourd'hui c'est Ma vie qui passe en priorité, et je ne perderai plus des heures entières a l'ecouter pleurer sur son sort. Mes propos peuvent paraitre dur, quand on ne connait pas la situation, avant quand il etait en "crise" je jouais son jeu, maintenant qd il se prend pour "dieu le pere" ben je le remet a sa place, et lui fait remarquer que ce n'est pas lui qui parle mais sa maladie, et si il pete un plomb et me telephone en ayant un verre dans le nez, je lui demande de rappeler plus tard quand il sera sobre!, Ne crois pas que ca ne me fais pas de mal, simplement je suis fatiguee de me battre contre le vent, maintenant au moins il sait ce que j'en pense, et reflechis a 2x avant de me telephonner completement bourré...
Voila j'aurai encore bcq de choses a dire, et c'est avec plaisirs que je communiquerai avec toi, surtout n'imagine pas que je n'aime pas mon pere, ce n'est nullement le cas...
a bientot
stephanie
marynna
Portrait de cgelitti
1-voir un psychiatre en hopital
2-faire confiance à la médecine
3-cette maladie est héréditaire en partie:un suivi thérapeutique par un psy (chologue ou chiatre est nécessaire)
bon courage

Pages

Sujet vérouillé