Marie
Portrait de cgelitti
Bonjour j'aimerais parler de la depression que mon père car sa m'affecte enormement. Je n'arrive pas à comprendre cette maladie qui part d'un echec dans le cas de mon père un echec de vie puisque qu'il y a maintenant 10 ans qui la perdu sa société de production de poterie et puis on a dus déménager de bretagne et on s'est installé en bourgogne. Mais il ne s'en ait jamais remis. Et il y a encore quelques semaines sa s'est empiré il ne mangait presque plus et ne buvait plus. Il a donc été hospitalisé puis comme il était depressif il ont mis en clinique psycatrique. Et encore aujourd'hui il m'a appelé et appelé ma mère en disant qu'il n'était pas bien en psycatrique voila quel qu'un pourrait m'expliquer cette maladie et peux t'on en sortir il est actuellement sous traitement merci de bien vouloir me répondre a bientôt
Domi
Portrait de cgelitti
Chère Marie,
j'ai 47 ans, je suis mariée, j'ai 5 enfants et 1 petite-fille. Je suis dépressive depuis des années. Suite à des histoires dans ma belle-famille (dépression), la maladie de ma mère pendant 7 ans(dépression), son décès (dépression), puis celui d'autres membres proches(dépression) dans la famille, cancer de mon mari... solide pendant les soins et quand tout est rentré dans l'ordre (dépression). Un point pour moi, dès que je me sens mal, je vais voir un psy. Je suis suivie par un psychiatre qui me donne un traitement puis, par un psychologue (1/semaine) à qui je confie ce qui se passe dans ma vie et qui me permet de relativiser.
Je sais que je resterai fragile toute ma vie. Je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre ou à comprendre pour mon entourage. Je crois qu'il est impossible pour une personne de comprendre cette maladie.
J'ai eu 2 amies qui ont eu un cancer. Là, tout le monde comprenait. Plus tard, elle ont eu une dépression et là, elles m'ont dit que leur souffrance était plus dure car elle ne se voyait pas et donc plus diffile à faire comprendre. C'est une souffrance de l'âme.
Il existe des associations pour les personnes qui vivent avec un dépressif. Tu peux chercher sur internet ou aller dans un "Centre Médico-psychologique" où tu trouveras des réponses et de l'aide.
Bon courage !
lavaloche2
Portrait de cgelitti
[QUOTE=BETTY] http://www.migesplus.ch/publikationen-fr.php?thema=21&pub=34

à voir brochure explication gratuite . [/QUOTE]
vero
Portrait de cgelitti
j'ai connu ta situation, ma mere a ete depressive pendant une dizaine d'annee a la suit du deces de ses parents, je ne peux pas t'expliquer le fonctionnement de
la depression mais par contre je peux te dire que ma mere s'en est sortie.Un jour elle a tout envoyer balader
medoc, psychiatre ..
bon courage
Guenia
Portrait de cgelitti
la dépression est dûe à une série de problèmes qui s'accumulent et auxquels on n'arrive plus à faire face- que ce soit à cause de la santé de ses proches ,du travail . . . J'ai 66 ans , j'ai commencé la dépression quand j'étais au lycée ( 17 ans ) puis à plusieurs reprises dans les années qui ont suivi: j'ai eu tous les traitements possibles depuis le psy , les médicaments , l' hôpital psychiatrique , la clinique privée ( avec électro-narcoses entre autres ) , finalement tout celà est banni de ma vie depuis que j 'ai rencontré un bon acupuncteur qui a su m'écouter d'abord et me guérir ensuite grâce à ses petites aiguilles et sans traitement lourd ! Je la conseille à toutes et tous : l'acupuncture fait des miracles dans bien des domaines et c'est une médecine douce ! Courage !
Marie
Portrait de cgelitti
bonjour je suis désolé de ne pas vous avoir donné des nouvelle plus tôt. Et bien sy vous saviez mon père va mieux mais encore hier il a essayé d'appeler ma mère à 10h30 du soir son téléphone n'était pas allumé. Il a tenté d'appeler sur le fix mais on ne la pas entendu avec ma mère il ma appelé sur mon portable j'ai repondu. Il ma dit qu'il voulait voir absolument ma mère parceque il avait un problème grave médical je ne voyais vraiment pas pourquoi il me disait sa puisuqe ma mère de toute façon le lendemain devait aller le voir pour lui donner des chaussures. Cela m'a beuacoup stréssé il ne m'aviat pas dit se qu'il avait. J'ai pleuré ma mère faché la rappeler et lui demandé ce qu'il avait.Il disait qu'il aviat une tumeur ocerveau il disait des truc inexplicable j'étai en colère il m'avait appelé pour me dire qu'il aviat qqc de médicale. Il a même appelé la soeur de ma mère il a dit qu'en sortant de l'hopital il allait recréer une société ect le delire complet. Ma mère a raccroché. PUis quelques minute après il a rapplé sauf que c'est moi qui est répondu j'ai remis les pendues a l'heure (je trouve que je lui ai mal parlé) puis je me suis calmé il a dit qu'il ne rapeleai plus. J'ai dit d'accord je lui ai fais confiance il m'a dit qu'il m'aimait. J'ai raccroché je n'ai presque rein dormi de la nuit. Puis le lendemain ma mère a raconté tous a la clinique. En faite mon père a fait une crise de panique mai au lieu de parlé a l'infirmière il a préféré nous apelez nous. Mais pourquoi subitement a t- il fait cette crise ma mère et moi on appris que sa mère de 84 ans est allé le voir. et au lieu de lui parlé de chose gai et positifs elle lui a parlé de un de ses amis qui allait mourrir d'un cancer de l'estomac toute l'après midi. Ma mère était folle de rage elle ne l'avait déjà pas prévenu qu'elle allait le voir et en + pour lui aprlé de choses vachement gai. Mon père en fiate a vécu un peu se qu'a sa mère lui aviat raconté il éatit dans cauchemar . Et oui marie madeleine tu a raison mon pére a perdu son père a l'age de 14 ans et sa mère est complètement gateuse avec lui complètement négative tout le temps a parlé de problèmes je n'ai presque d'ailleurs tissée aucun liens avec elle je n'aime pas les gens négatif, j'aime la vie les rêves les projets mais je vous demande un seul chose peut on sortir de la depression. De toute fçon je garde toujours un espoir je lacherais pas quand on veut on peut même si sa doit durer lontemps je sai qu'il s'en sortira mais il ne fautsurtout pal'enfoncé encore plus. Il voudrait que plus tart j'ai un beau métier un bonne situation de vie il n'y a que comme sa que je peux l'aidée en réalisant mes rêves pourtant il m'a toujours donné se que je voulais voila merci pour tous vos mesage sa fait plaisir qu'on ai pas la seul sur cette planète a être confronté a ce problème sa fait du bien de tous dire merci beuacoup je vous donnerais d'autres nouvelle dès que je le pourrais en attendant bon courage a tous bisousssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ss marie
Marie-Madeleine
Portrait de cgelitti
J'ai 57 ans, 4 enfants, 8 petits-enfants. J'ai fait une très grave dépression qui m'a terrassée du jour au lendemain il y a 12 ans.La veille, j'étais encore au travail et le lendemain, tétanisée, ne pouvant plus bouger, plus parler, plus manger et souffrant comme des douleurs de crampes de la tête aux pieds 24 h sur 24, j'ai perdu 8 kg en 3 semaines. Quand mon médecin m'a dit que c'était de la dépression, je n' y croyais pas ! surtout pas moi, battante comme je l'étais, ayant toujours travaillé avec mes 4 enfants, il devait se tromper ! J'ai quand même consulté un psy qui s'est avéré être mon sauveur ! Je lui dois d'être encore en vie à ce jour car je n'ai pas été hospitalisée ni droguée par trop de médicaments. J'ai juste eu des antidépresseurs pour arrêter de souffrir et des anxiolytiques pour calmer les crises d'angoisse. Quand les médicaments ont commencé à faire effet, nous avons pu entamer le vrai travail analytique.
Et maintenant, avec toutes ces années de recul, je peux vous expliquer le processus de la dépression....
Dans notre enfance, nous avons vécu des évènements qui peuvent paraitre anodins pour les autres mais qui peuvent s'avérer être de véritables traumatismes selon la façon dont on les a vécus au fond de nous mêmes et nous avons bien enfermé toutes ces souffrances intérieures de façon à les oublier, et puis, un jour, dans notre vie d'adulte, un évènement nous fait revivre exactement la même souffance, et là, la souffrance enfouie depuis des années se réveille et explose comme un volcan.
Sans connaitre votre papa, je puis vous dire que je pense qu'il a été dévalorisé dans son enfance et qu'il a essayé de relevé un défi pour prouver aux autres et surtout à lui-même qu'il était valable et qu'il allait réussir, et quand ce qu'il avait réussi à mettre en place s'est écroulé, tout ce qu'on lui avait dit ( du genre: t'es vraiment nul) a ressurgi !
Je peux me tromper mais c'est ce que je pense !
Si j'ai vu juste, alors, à bientôt pour les petits tuyaux qui vous aideront à voir le bout du tunnel !
Bon courage !
patoudu 14
Portrait de cgelitti
je suis toucher pour ton pére
,maman de 2 files et je suis dépressif depuis l'age de 20 ans et j'en est 35 aujourd'hui.
j'ai fait plusieur TDS ,médicaments pour partir au paradis sans méme pensée a mais enfants agé de 15 et 12 ans.
je fait des crise dagoise avec est cela ne s'arrange pas,certe j'ai un traitement de longue durée,mais un jour on nan na ralebolle de les prendre,j'ai pris plusieur spy et aucun a su se que j'avais a part un seul,violence conjugale voila d'ou viens ma dépression.
je me suis fait suivre pendant 7 mois et maintenant je suis stable tout en continuant mon traitement.

ne laisse pas la maladie rongé ton pére,parlé lui feras que du bien ,est les centre de spy c'est pas la que sa va arranger les choses,au contraire sa enpire,car moi méme j'y suis aller et je peux te dire que tu deviens dingue la dans...


n'hésite a me contacté si ta besoin. courage et ne baisse pas les bras.biz
air pur
Portrait de cgelitti
ayant été en dépression, la médecine n'a pas été un remède à mon problème d'existence. le médecin peut juste vous accompagnez aussi bien dans l'écoute et une éventuelle prescription de médicaments adapté à votre corps. les médicaments ont plus été un poison qu'une aide : douleur, instabilité (effet secondaire sur le mental pire que le pb) et l'inertie (autre effets secondaires!) occupent au final votre esprit et nous laisse sans force. pour ce qui est des psy ayant travaillé au milieu d'eux honnetement je dirais JOKER (il faut n'avoir personne près de vous, etre isolé pour que ça vaille la peine).

ce qui m'a réussi :
1/changer de travail (et oui pas d'autre choix quitte à a a voir une formation)
2/CHANGER D'AIR ! SPORT, balade régulière en foret, aller dans des régions dont les paysages vous font du bien à l'âme comme la mer pour moi. ne pas hésiter à demadner à son médecin l'autorisation de prendre des vacances (ça c'est le meilleur émdciament pour remonter un peu le moral, couper agréablement avec le lieu de sa déprime)
3/chosir un médecin qui soit aussi dans la médecine douce (homéopathie, accuponcture ce fut pour ma part une vraie planche de salut ne supportant pas les médicaments traditionnel)
4/ACTIVITE CULTURELLE & ARTISTIQUE : formidable !
5/ vous êtes le mieux placé pour savoir ce que vous aimez et donc ce qui vous fera du bien n'ayez pas peur de changer un peu votre vie. le risque comparé à ce qui vous détruit est infime.
Jean
Portrait de cgelitti
Bonjour Marie, ce qui t'arrive, avoir un père dépressif est très dur, pour lui bien sûr et aussi pour toi et ta maman. J'ai moi même été dépressif pendant 12 ans. Ma femme et mes enfants en ont beaucoup souffert.
Ce qu'il faut c'est de la patience vis a vis de ton père et surtout ne jamais lui dire "allons secoue-toi !" c'est ce qu'il y a de pire à entendre pour un dépressif qui ne comprend pas ce qui lui arrive et qui culpabilise ce qui le détruit.
Pour tous ceux que ça interesse, sur le site http://ctrop.free.fr il y a un article sur la dépression et quelques conseilles pour essayer de voir malgré tout la vie en rose, pourquoi pas ;-)
(http://ctrop.free.fr/index.php?fic_c=deprim&rep_c=tout)
aura10
Portrait de cgelitti
je suis désolée pour ton père d'autant plus que je sais de quoi il en retourne étant moi même dépressive depuis 2000 , dépression due également au travail - harcèlement moral d'un chef de service -
en 2000 arrêt de maladie de 6 mois suivie d'une reprise à mi-temps thérapeutique de 3 mois ( avec bien entendu les peaux de banane du fameux chef et de ma collège qui visait ma place de responsable achats)
j'ai travaillé a temps complet durant 2001 avec des hauts, des bas et toujours sous traitement puis à la rentrée de septembre 2001 près les congés payés des bruits de licenciement dans la société se sont mis à courir - jamais de fumée sans feu -
alors là, je me suis sentie dan la ligne de mire, le chef de service m'ayant ignorée de janvier 2001 à septembre s'ait rappelé que j'existais et qu'il devait quand même
être au courant de mon travail s'il voulait sauver sa peau.
Février 2002 ........... rechute suivie bien sur d'un licenciement et d'un rejet des prud'hommes pour malversation dans le licenciement.
De plus se sont ajoutés des problèmes familiaux, maladie de ma mère, décès de mon père etc .......
je suis actuellement en invalidité, suivie par un psy -
un jour passable, un jour mal, je ne peux pas dire un jour BIEN, ce n'est malheureusement pas le cas.
je suis sous traitement et j'effectue avec le psy iun travail de fond ( une visite tous les mois )
celui-ci m'a proposé une cure - il n'y a que deux centres en france pour ce genre de cure - je l'ai refusé , d'une part je ne peux pas laissé ma mère malade qui a besoin de moi et d'autre part le principe de la cure ne me convient pas car ce n'est pas le système de la maison de repos où les patients sont pris en charge en totalité.
Pour ce genre de cure, il faut un personne accompagnatrice car les soins ne sont donnés que le matin, l'après midi est libre et seule je ne me sens pas de taille à me retrouver loin de chez moi, ne connaissant personne, devant me débrouiller pour l'hébergement .
Tu devrais en parler au psy qui suit ton père et peut être que cette cure lui ferait du bien.
bon courage et ne te gènes pas pour me contacter en cas de besoin de renseignements.
aura10   

Pages

Sujet vérouillé