psttt
Portrait de cgelitti
Si je viens sur ce forum aujourd'hui c'est que ma vie n'a plus d'attrait aux coté d'un homme alcoolique.En effet ; il ne vit que pour son alcool et nous ne pouvons plus sortir le week-end alle au bord de l'eau comme je le faisait auparavent.Sans compter que je suporte au quotidien sa mauvaise humeur, ses troubles du comportement, sa violence verbale ...

Ce n'est plus une vie et je ne sais plus quoi faire ,j'ai pourtant essayé de le sortir de la mais c'est tres difficile et il ne supporte pas l'abstinence.

Une personne que je connaissais est dernièrement parti de cette terre a cause de l'alcool (cancer du pancréas) , elle n'avait que 38 ans , je connais les conséquences désastreuses de l'alcoolisme mais , je n'arrive pas a le sortir de la.Le médecin a essayer aussi en vain et ce n'est pas la peine de lui parler de cure de sevrage...Je pense quelquefois a le quitter pour refaire ma vie car je n'ai rien a éspèrer avec cet homme qui est d'un laxisme compet,et qui n'est pas la quant il le faut.Je suis assez désemparé aidez moi.

Merci

Capucine
Portrait de cgelitti
Je lis des tonnes et des tonnes de post... je viens de lire votre forum en entier et je ne sais toujours pas... Je n'arrive pas à savoir si mon homme est alcoolique ou non. Tout ce que je sais c'est que je ne vis pas de situation extrême comme celles que j'ai pu lire ici. Il ne me bats pas, il ne titube jamais, il n'est pas agressif, et pourtant, sa consommation me gêne et je l'estime anormale. Et je n'arrive pas à déterminer si s'il est alcoolique, s'il est sur la voie de l'alcoolisme ou si je suis tellement intolérante et sévère que j'applique la nouvelle mode de la "tolérance zéro".
Il boit lors de repas entre amis (3 Ricard bien chargés, du vin a table et irish coffee ou dijo). Il boit meme l'apero tout seul à la maison mais pas tous les jours, une fois par semaine à peu près... parfois deux ou trois fois et parfois aucune. Quand je vois ce qu'il s'enfile entre amis, je m'inquiete justement de ne pas le voir tituber... je me dis qu'il y a de l'entrainement. Les bouffes entre amis sont de plus en plus fréquentes. Tous ses potes sont comme lui et ont des femmes qui rouspètent sur la consommation de leur moitié... je n'ai aps envie de rentrer dans le stéréotype de la femme casse couille qui couine parce que monsieur boit. Et pourtant, ça me gêne! Ils ont, en fin de repas, des reflexions de beaufs décérébrés du genre: "bois pas d'eau, tu vas rouiller" ou "pas plus haut que le bord" alors qu'ils sont tous intelligents, cultivés... j'aime pas les beauferies.Je ne comprends pas. Je suis avec lui depuis un an, il est doux, attentionné, prévenant, sensible, mais il picole et devient lourd et gluant parfois. Il veut des enfants, moi aussi, mais j'ai la trouille. Quand il a picolé et que je lui fait part de ma gêne, il m'envoie chier et dit des choses qui font un mal de chien. Il ne m'insulte pas mais me prend de haut, comme on parlerait a un gamin capricieux et insupportable. Des signes de main en l'air "allez alleeezzzz fiooouuuuu, c'est booonnn!"
Est ce que je suis casse couille a ce point ou ma gene est elle louable? Tout ce que je sais, c'est que je pense ne pas etre trop conne, et que je sens quelque chose qui me tracasse et que c'est la 1ere fois que je suis vraiment gênée par un "défaut" de l'autre sans pouvoir faire de concession. Je l'aime tellement fort, et pourtant, ce "truc" me refroidit... J'aimerais savoir... avoir des réponses à mes questions, avant de me réveiller un matin et de poster un commentaire ici comme ceux que je viens de lire... j'ai tellement peur...
luciole06
Portrait de cgelitti
mais dites moi comment vous faites pour supporter tout cela.
Franchement ça me dépasse.
Mon père étaiet alcoolique et je ne comprend pas comment vous faire pour aller vous coucher tous les soirs avec un type ivre qui rote, ronfle bafouille.
Moi je met ma bure et je rentre au carmel. rien que d'y penser, j'en ai la chair de poule. alors dites moi quel ciment il y avait dans vos couples pour que ça tienne encore.
courage
alex
Portrait de cgelitti
Moi il regrette de m'avoir frappé mais n'accepte pas qu'il a un problème avec l'alcool. Tous les jours quand il sort je stresse qu'il revienne omplètement de saoul et dans un mauvais délir car tout dépend des fois. Il est incontrolable. Le problème c'est que je peux pas partir, je suis chez moi. Je l'aime je ne veux pas le laisser, je voudrais l'aider mais je sais pas comment. Je lui ai demandé qu'il se fasse aidé mais il dit qu'il n'est pas alcoolique et qu'il regrette de m'avoir frappé à plusieurs reprises. Avez-vous des conseils ?
malheureuse
Portrait de cgelitti
depuis quelques temps mon ami boit de plus en plus et cela m'inquiéte beaucoup, car je ne sais pas comment réagir, c'est quelqu'un de très gentil avec moi, mais dés qu'il a bu il peut se comporter avec les gens (amis etc) comme un rustre, il ne sait pas ce qu'il dit, il fait n'importe quoi, et je m'énerve, je sais que ce n'est pas la solution, mais je ne sais plus quoi faire, le quitter ? j'ai esayé plusieurs fois de lui en parler, il me dit qu'il va moins boire, mais il le fait en cachette en pensant que je ne m'en rend pas compte, aidez moi j'ai pensé a aller en parler à son médecin mais est ce la solution, je suis désemparée, j'espère que quelqu'un est en ligne car je suis au plus mal.
Martinez
Portrait de cgelitti
Je vis avec quelqu'un qui bois aussi, c'est pas tous les jours mais quand il commence il sais plus arreter, et bien sur je dois souporter ses insultes, le plus drole c'est que pour ses amis et sa famille c'est normal, et bien sur c'est moi qui ne suis pas une bonne compagne parce que je n'essaye même pas de lui comprendre, même sa soeur m'as dit que c'est ma faute parce que je ne bois pas, je dois boire pour comprendre, comment faire si tout le monde laisse faire et la seule que lui dit que il a un probleme avec l'alcool c'est moi, de tout façon je sais que c'est à lui de prendre la decition d'arreter, mais j'arrive à mes limites et je sais que sans l'aide de sa famille je ne peut rien, et bien sur sa famille va pas m'aider!
Moi aussi je ne sais pas quoi faire, aparte de m'en aller!
michel
Portrait de cgelitti
Etant moi meme malade alcoolique abstinent depuis 2 ans ,je ne peux que vous conseillez de mettre de l'espace entre vous et lui,il faut d'abors penser a vous et a votre equilibre .Le malade ne s'en rend pas compte, il gache la vie de tous les gens qui l'entoure.Laisserle tomber au moins pendant un momment jusqu'a ce qu'il se rende compte qu'il n'a plus personne pour le ramasser ,pour nettoyer ses cochonneries . Vous avez certainement des attaches famillialle qui seront pretes a vous aider si vous avez la force de leurs en parler car c'est le plus dur a avouer car le conjoint ou les enfants du malade on honte de faire connaitre leur calvaire.Aller rencontre de associations d'aide a l'entourage des malades alcoolique ,il y a aussi les ccaa dans les villes , les psychologues dans les CH .Il existe de nombreux groupes d'aides dans toute les regions AA;ALOCCOL ASSISTANCE LA CROIX D,OR ,LA CROIX BLEU et et d'autres toutes aussi valables .Il faut aller en voir plusieurs pour voir celle ou on ce sent le mieux.
Pour s'en sortir il faut rencontrer de gens avec qui on peut en parler et avec qui on se sent bien..
tout ca c"est un malade abstinent qui vous le dit car avec le temps on se rend bien cmopte de se que l'on a fait vivre aux autres
cleo
Portrait de cgelitti
capucine   quand il te parles de son amis qui boit trop il faut lui faire comparer, si vous avez passé la soirée ensemble, ce qu'il a bu lui et lui faire prendre conscience de la differance entre les deux.Si comme tu dis il n'a pas l'air ivre c'est qu'il y a une certaine habitude,car avec ce que tu as dis plus haut la consomation n'est pas mal,ce qui est important c'est le digestif çc s'est mauvais et pour conduire 2 verres suffisent a etre perturbé et encore le fait qu'il crie apres toi est un signe d'impregnation alcoolique pour employer une expression bien connue "on voit la paille qui est dans l'oeil de son voisin mais pas la poutre qui est dans le sien ".l'alcool ne doit pas etre un palliatif c'est un manque de force.moi j'ai vecu cette situation et je conseille a toutes celles qui ont un mec qui boit de ne pas rester c'est trop dur a vivre.Maintenant si vous n'etes pas maries prends du temp,ne t'engage pas trop met le en face de ses problemes s'il veut avoir des enfants. on ne peu que te conseiller ,on n'est pas dans ta vie c'est a toi de voir mais proteges toi   bise cleo
michel
Portrait de cgelitti
[QUOTE=moi] dès le matin 7h il part boire son café (coupé de rhum), puis un 2e, et un 3e ; ensuite, lorsqu'il est 9 h, il prend une pression, puis 2, puis 3, voire plus. il surveille l'horloge très souvent, et il cde un 51, il va jusqu'à 5, 6, 7.....(j'arrête). ensuite, il s'en va, passe devant un 2e bar et s'arrête encore. et là, il remet ça. l'addition : cent euros en 2 ou 3 jours (je le sais, je suis comptable, et je le vois à ses retraits en espèces). en plus de cela, il fume comme un pompier et achète par cartouches. arrivé à la maison, il se ressert deux 51, parfois 3, 4....et ensuite, il boit du vin rouge à table. après le repas, c'est direct le lit jusqu'à 18 h. après il y retourne et rentre vers 20 h, parfois 21 h... il rentre en titubant, se butte dans tout. une fois, il ne trouvait plus la porte de la chambre, et a uriné par-terre.
avant de le connaître, c'était pire. il passait sa vie au bar, du matin au soir. il ne rentrait même pas le midi. et le soir, il se mettait dans sa banquette, regardait le J.T. qqs minutes et s'endormat sans manger. quand je le voyais, il avait le visage d'un vieux de 70 ans(il n'avait que 48 ans) : tout ridé, nonchalant. Il se réveillait vers les 3 à 4 h du matin, se faisait 2 oeufs au plat, regardait a télé (non éteinte) jusqu'à 6 h, et ensuite, il repartait au bar. Je le sais, il m'a dit qu'avant, il vivait ainsi. je l'ai rencontré par internet, nous étions à 600 kms l'un de l'autre. Je suis venue 3 fois, la première fois 3 j ; la 2e fois 1 semaine, et la 3e fois 15 j. je ne savais pas qu'il buvait à ce point; il partait de longues heures en prétextant tout. il revenait, différent; je m'en suis aperçue, mais il me disait qu'il avait rencontré telle personne et n'avait pu se dégager. en fait, maintenant, je le sais, il ne pouvait pas se passer de boire, il perdait son temps au bar alors que je m'étais déplacée de si loin pour lui. aujourd'hui, je vis avec lui depuis 1 an 1/2, et j'ai envie de partir, mais j'ai peur. le matin, quand on lui dit qq chose, ça passe, il ne dit rien. Mais plus les heures passent, et plus il change, et il me reproche tout ce que je lui ai dit le matin.
il n'y a pas de discussion possible avec cet homme, il ne pense pas être alcoolique, car il critique ceux qui boivent. passer sa vie au lit n'est pas une vie. que faire ? en même temps, j'ai peur. je suis dans une région que je connais peu, pas d'amis, je ne sors pas. et de toute façon, quand j'essaie d'en parler, je sens bien que ce problème désintéresse tout le monde.
il claque son fric, j'en retrouve partout dans ses poches, son porte-monnaie, il n'a rien à faire de l'argent, ne le respecte pas, et il me reproche même de compter. Par contre, quand je m'achète des choses, sur le coup, il dit rien, mais après, il me les reproche. "des conneries de femmes", de "l'argent dépensé pour rien". je précise que nous faisons bourses à part; J'ai mon compte et lui le sien.
nous ne travaillons pas, je suis au chômage, et lui en incapacité de travail suite à un accident. quand il est venu dans cette région (dont il était proche quand même, environ 250 kms), il allait dans les bars pour se faire accepter, car il a besoin d'être aimé, de se sentir aimé; Moi-même, il me reproche de ne pas l'accueillir les bras ouverts quand il rentre, mais comment pourrai-je zmbrasser un bomme qui pue l'alcool, le tabac, et qui en plus, ne se lave pratiquement jamais, ne change pas de vêtements, ne se rase pas ??
c'est horrible. j'aimerais m'en sortir, mais comment trouver un appartement pas trop cher avec mon chômage (j'ai presque 55 ans). je cherche du travail, mais sans succés. bientôt mon chômage se terminera (en août prochain), j'aurai sans-doute le RMI. Peut-on vivre avec ça, arrivée à 55 ans, c'est à vous dégoûter de vivre...
y a-t'il qq'un sur ce forum qui peut me donner des solutions, m'aider à trouver un appartement pas trop cher (j'aime bcp les vieilles maisons avec courette, car j'avais des poules de races, des paons, des volailles d'ornement de toutes sortes), et ça me manque ??
comment faire ?? je veux bien faire qqs heures de ménage pour compléter mon RMI, et je pense que cela devrait me suffire. Mais qu'on ne me parle plus de refaire ma vie, maintenant, je veux vieillir tranquille, seule, sans soucis, sans peurs, sans souffrances...
j'attends de vos nouvelles. merci bcp.
mon Noêl 2004 ne sera pas beau, car là, nous sommes disputés très fort, il m'a traitée de conne, de nulle, et ça c'est dur pour moi. là, il dort, il cuve. que faire SVP ??
[/QUOTE]
esmeralda
Portrait de cgelitti
mon mari boit regulierement a l'apero,mais il ne sait pas s'arreter,il trouve toujours des pretextes pour boire ,au debut je lui faisais remarquer , il me disait que c'etait de ma faute ,j'ai alors culpabilisee et me suis remise en question,j'ai fait des efforts pour l'aider mais rien n'y fait,j'en ai parle au medecin qui voulait en parler avec lui ,il a refuse il croit qu'il n'est pas alcoolique.alors rassurez moi prendre l'apero tout les jours ou presque (6 ou 7 verres environ)c'est normal?quand il a bu il me degoute j'ai envie de le quitter parfois ,car j'aides cas dans ma famille et je vois le resultat.que dois faire
?
Portrait de cgelitti
que crois-tu pouvoir faire ?

Pages

Sujet vérouillé