• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    7 avis
  • Commentaires (0)

Migraine et hormones : une liaison intime

Migraine et hormones : une liaison intimeIl existe une liaison intime entre les hormones sexuelles et la migraine. Ainsi, certaines périodes de la vie d'une femme influent favorablement ou défavorablement sur le déclenchement des crises de migraine, voire sur leur intensité.

Migraine et cycle menstruel

L'influence hormonale est indéniable. Première constatation : 10 à 20% des migraineuses voient débuter leur maladie au moment de la puberté. Avant la puberté la migraine touche autant les garçons que les filles. Mais après la puberté, la migraine atteint deux à trois fois plus de femmes que d'hommes. A noter que cette constatation n'est pas valable pour la migraine avec aura, forme de migraine qui prédomine chez le sexe féminin dès l'enfance. On constate également que la migraine est une affection qui accompagne les règles dans un grand nombre de cas. Entre 25 et 55% des migraineuses souffrent de crises menstruelles en plus ou non d'autres crises durant le cycle. Parmi ces femmes, 5 à 10% souffrent exclusivement de migraines menstruelles. A noter que les crises menstruelles, également appelées crises cataméniales, surviennent uniquement pendant une période allant de deux jours avant les règles jusqu'à la fin de celles-ci. Classiquement, les crises cataméniales sont plus longues, plus intenses et plus résistantes aux traitements. La chute brutale des estrogènes en fin de cycle explique la survenue des crises menstruelles.

Migraine et pilule

Chez une petite proportion de femme, la migraine débuterait sous contraceptif oral. Par ailleurs, l'arrêt de la pilule n'apporterait pas toujours une amélioration immédiate. Pour la grande majorité des femmes qui souffrent de migraines menstruelles, la prise d'une contraception orale augmente les crises de migraine. Parfois, l'aggravation en fréquence et en sévérité des crises se produit plutôt durant la semaine d'arrêt du contraceptif. En revanche, pour 30 à 40% des migraineuses, la pilule ne modifie en rien leurs crises, et parfois même les améliore. L'influence exacte de la composition hormonale de la pilule est mal connue. On s'accorde cependant à privilégier les pilules faiblement dosées en estrogène chez les femmes migraineuses afin de réduire le risque vasculaire cérébral (et particulièrement en cas de migraine avec aura). En effet, migraine et pilule représentent des facteurs de risque d'accident vasculaire ischémique cérébral.

Article publié par Isabelle Eustache le 03/12/2007
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources : Actualités pharmaceutiques, Dossier migraine, n°389.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus