Des microbes plein les mains

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Avril 2007 : 02h00
-A +A
Les agents infectieux sont partout, mais les mains représentent le premier vecteur de propagation. Et nos mains, nous les portons inévitablement à notre bouche... Pour nous en prémunir, le Dr Salmann* recommande le lavage des mains en toutes circonstances, mais aussi d'abandonner notre habitude de serrer la main à chaque personne rencontrée.

Les risques infectieux sont partout

Paradoxalement, nous sommes confrontés à des micro-organismes redoutables alors que nous disposons d'un arsenal thérapeutique et préventif des plus performants. C'est que notre hygiène et notre mode de vie (alimentation, hygiène, échanges, déplacements) a évolué. C'est ainsi que dans son livre "On s'en lave les mains", le Dr Frédéric Saldmann en vient à nous conseiller de réapprendre en urgence les gestes simples d'une bonne hygiène quotidienne, soit celle de nos aïeux. Et il commence directement par nous recommander expressément d'abandonner cette habitude de se serrer la main. Les mains représentent le premier mode de propagation des agents infectieux. Non pas que les germes pénètrent par la peau, mais parce que nous portons inévitablement notre main à notre bouche. Le Dr Saldmann nous met en garde à l'aide d'exemples concrets et souligne ainsi l'ampleur du phénomène. Une personne qui tousse porte par réflexe sa main à sa bouche afin de protéger son entourage. En revanche, des millions de germes se sont déposés dans sa main, et seront transmis à quelqu'un d'autre à la première poignée de main. Et ce quelqu'un d'autre, à un moment ou à un autre, mais dans un laps de temps très court, portera inévitablement sa main à sa bouche et sera contaminé. Concernant les germes du tube digestif, "en serrant la main d'une personne sortant des toilettes sans s'être lavé les mains, vous risquez une fois sur trois de retrouver des germes fécaux de cette personne dans votre bouche dans les deux heures". Selon une étude sur le terrain, sur 15 personnes ayant reçu une poignée de main de la part d'une personne qui ne s'est pas lavé les mains en sortant des toilettes, 11 d'entre elles ont recueilli des bactéries sur leurs mains. Dans une autre expérience identique, les bactéries ont été retrouvées sur les lèvres de 7 personnes sur 18, soit 39%.

Comment échapper à la poignée de main ?

Reste que dans la vie quotidienne, il est difficile de refuser une poignée de main. Il faut donc ruser. Se laver les mains dès que possible, avoir sur soi des lingettes antiseptiques, limiter les occasions de se serrer la main, prendre l'initiative avec un acquiescement de la tête, un sourire voire un clin d'oeil, un signe de la main, une tape sur l'épaule, etc. on peut aussi envisager de remplacer la poignée de main par une bise sur la joue, à la condition expresse qu'aucun des deux ne soit enrhumé, grippé, atteint d'une gastro-entérite ou d'un herpès labialEt enfin, ne pas apprendre à nos enfants cette habitude de la poignée de main.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Avril 2007 : 02h00
Source : Dr Frédéric Saldmann "On s'en lave les mains", éditions Flammarion.
A lire aussi
Hygiène pratique : faut-il avoir peur des WC ? Publié le 19/11/2010 - 11h11

On a tous et toutes des craintes irrépressibles. L’angoisse de la saleté est communément répandue. Particulièrement, le dégoût des toilettes publiques serait quasi unanime chez les femmes. Peur justifiée ou irraisonnée ?

Hygiène, l'été de tous les dangers Publié le 30/07/2007 - 00h00

Voyages, tourisme… : nous sommes aujourd'hui face à une recrudescence de micro-organismes qui prolifèrent, se disséminent et provoquent des maladies infectieuses chez les personnes les plus fragiles. Réapprenons quelques règles simples d'hygiène à pratiquer pendant les vacances.

Plus d'articles