rubis341
Portrait de cgelitti
Le problème d'avoir une mère tyrannique se pose dans l'enfance mais aussi dans la vie adulte. En ouvrant ce nouveau sujet, c'est dire que je vois des répercussions dans mon comportement encore à l'approche de la cinquantaine. Je croyais qu'il sufisait de s'en éloigner (800 kms). Elle prend ma place bien souvent ou je lui laisse ma place facilement ou je me tais. Globalement, je dirai qu'elle me nie, c'est à dire qu'elle ne me reconnait pas une valeur. Je "baisse les bras", je ne m'impose pas par moment et cela me crée pas mal d'ennuis car je ne rassemble pas autour de moi. J'ai décidé d'en parler et de résoudre ce qui constitue une faiblesse. Je dois dépasser mes craintes. Il faut vivre et non survivre. Le récit de personnes dans ce cas est important. Quels conseils? Que lire ? Comment vous vous en êtes sortis ?. Je suis étonnée de la résurgence hier de ceci que je croyais avoir dépassé.
Maud
Portrait de cgelitti
Merci et recevez mes amitiés aussi. Je suis triste d'avoir passé ma vie à l'image de ce qu'une souris est au chat...A bientôt, ne me lâchez pas.
Maud
Portrait de cgelitti
Bonjour, Si elle n'est pas partie à temps, la victime d'un pervers narcissique est extrèmement seule dans la société au bout d'un certain temps, car elle est usée et n'a plus les défenses classiques pour riposter. C'est la spirale.

Rechercher la CAUSE INVISIBLE causée par X qui crée le SYMPTOME VISIBLE chez Y.

Le pervers proche de la victime va influencer l'entourage, car en plus il affirme vouloir le bien de la victime, vouloir l'aider et l'accuser d'être ingrate à son égard. Et tout le monde y croit. C'est abominable et ça donne des nausées. Je n'ai compris cela que des années plus tard.

L'entourage de la victime peut avoir été infiltré par des paroles sybillines et ceci sans laisser de trace, les amis, les enfants, de la famille...au point qu'il crée un DOUTE autour de la personne qui va se trouver injustement déjugée, écartée, plus invitée, plus sollicitée, et ce pour des faits qu'elle n'a pas commis. Il va l'en accuser sans qu'elle le sache, et sans qu'elle puisse sans douter, puisque personne ne parle. C'est la spirale de la destruction car là vraiment elle devient isolée ne pouvant s'exprimer car décrédibilisée aux yeux des autres et à ses yeux.

C'est une forme de TERRORISME qui survient à l'improviste.

Dand son livre, Douglas Kennedy, "les charmes discrets de la vie conjugale", page 167, Toby raconte à une amie qui lui demande si il la prend pour une plouc : """Non, c'est toi qui te prend pour une plouc. Tu me rappelles beaucoup Ellen, ma soeur. Une chic fille. Trop sympa, même. Toujours à vouloir faire plaisir aux autres, à mettre au second plan ses envies, ses rêves. D'une intelligence rare. Diplôme avec mention, elle se retrouve mariée à un comptable. L'impasse. Trois gosses en quatre ans. Une vraie prison pour elle, d'autant que son mari était le genre d'abruti ..... Mais au lieu de courir le risque de se libérer, elle a cru que son devoir était de serrer les dents et de continuer. En s'enfonçant peu à peu dans la dépression. Non seulement l'imbécile lui trouvait mauvais caractère, mais quand c'est devenu trop grave il a menacé de la faire interner, si elle en se ressaisissait pas. Elle m'a raconté ça trois jours avant que sa voiture ne quitte la route, dans un coin perdu. Droit dans un arbre...La police a retrouvé un mot sur le tableau de bord. "je regrette d'en être arrivée là, mais j'ai tout le temps mal à la tête, c'est trop douloureux"... Ellen a voulu se libérer, et elle l'a payé de sa vie."

Partir avant et reconstruire avec des gens qui comprennent.
Bonne journée à tous.
rubis341
Portrait de cgelitti
Qu'avec le temps cela passerait !

Elle me reproche ma vie, mon mari, interprete tout! Je vis sur Marseille depuis 6 ans et cela fait 30 ans qu'elle n'y a pas mis les pieds. Quand je lui parle, elle prétend connaitre tous les gens que je côtoie !

Elle a relevé le nom du gynéco qui me suie, la sage-femme, le lieu ou je vais accoucher etc...etc...
Quand je l'appelle j'espère toujours son empathie mais ce ne sont que des réflexions !

Comment faire pour sauver mon enfant ? Pour m'en sortir de cette merde ? Surtout depuis que j'ai l'impression que tout le monde me parle comme à une malade !
Colibri
Portrait de cgelitti
Vous savez, Maud, on doit honorer ses parents, pas forcément les aimer.
Méfiez-vous de la lettre, qu'elle ne se retourne pas contre vous. (Croyez-moi, ça peut faire très mal, ne vous exposez pas avec un écrit qui pourra être utilisé à mauvais escient). On ne peut pas toujours jouer la transparence dans la vie. Malheureusement et quand on comprend ça je crois qu'on devient adulte.
Amitiés.
Vannie
Portrait de cgelitti
Pour guérir de sa mère, il faut s'interessé moins à soi et plus aux autres; ainsi on voit que chacun a ses dificultés et que sa mère est juste une personne comme les autres, ni mieux ni pire.

P.S. Pourquoi vous parlez d'un gars qui allume des mines; je n'ai pas compris. Il y a que des filles qui ont repondu, je crois bien ! Et il y a plus personne depuis quelque temps.
Maud
Portrait de cgelitti
Algues et de bonnes nouvelles. Bien sur qu'un équilibre ca compte et que le regard de quelqu'un est fondamental. Substitution ou non ça a le mérite d'être. Ce matin, j'ai jeté à toute allure tout ce qui au petit matin m'est passé dans la tête pour faire le tri en le relisant plus tard. Il faut pas trop en tenir compte, je suis en réflexion avant d'être en "réfection". Amitiés.
Maud
Portrait de cgelitti
Oui, ça c'est sur et vous avez le droit de dire que vous avez pris dans la société, la place que vous avez trouvée et cherchée parce qu'elle vous convient aujourd'hui et que vous êtes apaisé par la vie que vous avez aujourd'hui. On a déjà discuté des causes, mais aujourd'hui nous sommes sur les objectifs pour nous dans le présent et le futur. Si vous êtes, ce que vous pouvez ETRE, ce que vous pensez devoir être, alors c'est bien. Pour ma part, au lieu de prendre toujours le besoin, le désir, etc des autres, il est temps qu'avant de faire quelque chose je pense à MOI dans le schéma de raisonnement. J'ai pu manquer de courage, inscrite que je suis dans une éducation où j'ai subi pour X raisons, et aujourd'hui chercher comment repousser les désirs des autres et faire passer les miens. On me dit "trop gentille" avec toutes les conséquences comportementales des femmes (surtout) et des hommes face à une jolie femme, douce....Je suis licenciée quand ils le veulent, ils ont un pouvoir de nuisance sur moi que je n'arrive pas à contrecarrer. Je ne suis pas agressive seulement compétente et conciliante. Quant au compagnon, c'est grace à lui et grace à sa spontanité de cette personne avec qui j'ai pu, le jour où j'ai ouvert le forum, discuter et comprendre ce qu'il me renvoyait. (et c'était le contraire de mes intentions). Il sait que je "travaille" et de trouver en amour les petits cailloux qui mènent là aussi à reprendre ma place, que j'avais encore failli perdre en ne m'imposant pas (il croyait du coup que je ne tenais pas à lui, alors que moi je ne voulais pas le déranger !). Ma communication et mes messages ne sont pas clairs. Il me faut être lucide. Et là j'ai dit STOP. Mon raisonnement est la source de MES emmerdements. Mais je dois remonter à ma mère pour comprendre comment je raisonne et le démonter. Je ne veux pas sacrifier quiconque et comme vous avez dit un jour, on ne va pas recommencer leur vie. A nous maintenant !!!!!!!
Colibri, vous êtes extraordinaire de prendre le temps de me lire, de vous remettre en arrière, de réouvrir sur ce forum ce pan de votre vie. Mille merci. Maud-Marie
Colibri
Portrait de cgelitti
Respecter, oui. Honorer c'est valable dans un autre contexte culturel et je pensais à une lecture en vous écrivant. Respecter, OK. A condition que chaque génération soit à sa place et que chacun ait droit à sa vie.
Cela dit, vous ne changerez pas les autres. Vous pouvez travailler patiemment sur vous, pour vous, améliorer le rapport que vous entretenez avec vous-même, votre entourage proche et lointain, mais c'est sur votre attitude, votre comportement, vos réactions que vous aurez prise, pas sur votre mère. Le passé est le passé, la seule chose que vous puissiez faire c'est de tirer des expériences de ce passé, pour le positiver, mais ce qui est fait est fait, les morts sont morts, les vieux sont vieux. Regardez du côté des jeunes parce qu'ils ont quelque chose à construire, un avenir à faire, et ils vous entraineront en avant, ils sont en devenir, vous aussi pour une part de vous-même, donc utilisez leur force, leur énergie, leur enthousiasme, leur combatitivité, mettez-vous dans leur sillage. A 47 ans, vous avez encore de quoi faire ! Votre mère est DEPASSEE, c'est vous la mère maintenant, Maud/Marie !
Colibri
Portrait de cgelitti
Honorer ses parents, ce n'est pas les aimer, mais les respecter assez pour les mettre à distance. Ils ont droit à LEUR histoire pour que nous, leurs enfants, nous ne consacriions pas notre vie à refaire la leur !
Colibri
Portrait de cgelitti
Un pas chaque jour.

Pages

Sujet vérouillé