Ménopause et traitement hormonal : avec ou sans règles ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Mai 2006 : 02h00
-A +A
Alors que les jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à souhaiter une contraception qui annule les règles, qu'en est-il chez la femme en ménopause ? Peut-on choisir un traitement hormonal avec ou sans règles ? Les explications du Dr David Elia*.

e-sante : A la ménopause, a-t-on aussi le choix d'avoir ou non des règles avec le traitement hormonal ?

Dr David Elia : Il y a une quinzaine d'années déjà, 75% des femmes ménopausées ne souhaitaient pas retrouver des règles avec leur traitement hormonal. Aujourd'hui, on est probablement bien au-delà. Et ce souhait est parfaitement possible.A l'opposé des femmes qui souhaitent retrouver des règles, il y a de plus en plus de femmes pragmatiques qui considèrent que ça n'a pas d'importance. D'autres cependant se moquent d'avoir ou non des règles car elles ont toujours eu des règles parfaitement normales. Pour ne pas avoir de règles, il suffit de donner en même temps, durant un mois, les estrogènes et la progestérone ou le progestatif, ce sont les traitements combinés continus. Inversement, on induit des règles en donnant les estrogènes pendant un mois et la progestérone ou les progestatifs 12 jours par mois à la fin du cycle. C'est alors l'arrêt de la progestérone ou du progestatif qui donne les règles. Il faut savoir que par défaut, on choisit le traitement avec règles car c'est celui qui réussit le mieux. Celui sans règles est plus difficile. En effet, le traitement de la ménopause sans règles est un succès quasiment total pour les femmes ménopausées depuis plusieurs années. Inversement, le risque d'échecs est plus important chez les femmes qui viennent d'entrer en ménopause. Ainsi, chez les jeunes ménopausées (2 ou 3 ans de ménopause), au lieu de ne pas avoir de règles, le traitement risque inversement de provoquer des saignements imprévisibles et plus ou moins importants. En pratique, si une femme de 51 ou 52 ans ne veut pas de règles, il faut au moins essayer. Les chances de réussite du traitement sont de deux sur trois. Si des saignements désordonnés se manifestent, on revient à un traitement avec règles, qui a au moins l'avantage de donner des règles à date fixe. Il faut attendre un, deux ou trois ans avant de reprendre le traitement sans règles, qui a alors beaucoup plus de chances de réussir. En conclusion, aujourd'hui, la logique l'emporte sur les idées reçues, particulièrement chez les jeunes. Les femmes peuvent choisir à tout âge d'avoir ou non des règles sous pilule ou traitement hormonal de la ménopause. Selon ses idéologies, ses désirs, sa culture, etc. * Le Dr David Elia est gynécologue, rédacteur en chef du magazine GENESIS, leader de la presse gynécologique, publie régulièrement dans les revues scientifiques et est l'auteur de plus de 35 livres grand public. Il a également créé un site internet à destination des femmes : www.docteurdavidelia.com. Et enfin, le Dr David Elia est membre du comité scientifique d'e-sante.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Mai 2006 : 02h00
A lire aussi
Saignements anormaux : quelles sont les solutions non chirurgicales ? Publié le 25/05/2010 - 00h00

Les hémorragies utérines désignent des saignements qui surviennent en dehors des règles, qui durent plus longtemps ou qui sont plus abondants que les règles normales. Nous avons interrogé le Dr David Elia* afin de connaître les différentes origines possibles de ces saignements et les...

Traitement de la ménopause : l'originalité de la Tibolone Publié le 11/06/2007 - 00h00

La Tibolone est un médicament indiqué dans le traitement de la ménopause. Elle se différencie clairement du traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS) et constitue de par ses propriétés originales une arme supplémentaire. Explications du Dr David Elia*.

Cancer du sein et prise de poids : quelle relation ? Publié le 03/11/2008 - 00h00

Dans l'année qui suit un cancer du sein, les femmes prennent en moyenne 2,5 à 4 kg. Comment expliquer cette prise de poids ? Le risque est-il le même pour toutes les femmes ? Est-il bénéfique de maigrir vis-à-vis du cancer ? Réponses à toutes ces questions avec le Dr David Elia*.

Plus d'articles