Elodie
Portrait de cgelitti
Bonjour, je suis étudiante en maîtrise de psychologie et aurai besoin de vos témoignages.

Mon mémoire porte particulièrement sur le moment où une personne toxicomane décide d'être prise en charge par une équipe soignante. Mon interrogation est de savoir s'il existe un "déclic" qui fait que la personne décide d'arreter de se droguer.J'aimerai savoir ce que vous avez pu ressentir, où ce qui a pu se passer pour que vous décidiez d'arrêter.

J'aimerai également avoir des témoignages d'anciens toxicomanes car je me pose de nombreuses questions sur le fait de savoir ce qui selon eux a fait qu'ils aient pu arrêter de se droguer, ce qui les faient tenir aujourd'hui.

Merci

sonie
Portrait de cgelitti
J'ai au début de la mise en route du traitement de Subutex, fait plusieurs rechutes. Mais avec les médecins et surtout le psychologue qui me faisait comprendre que ce n'était pas un échec de replonger mais au contraire que c'est ainsi que j'arriverais à m'en sortir. Alors à chaque rechute, je recommençais le sevrage "physique" = deux semaines à l'hôpital. Puis comprendre pourquoi je replongeais, qu'est-ce qui avait pu survenir pour que je reprenne de l'héro ? bref un travail psychologique sincére...
Je pense que si je tiens, c'est parce que "mon réseau d'aide" est maintenant très bien organisé (pour chaque type de soucis, il y a un intervenant). Je pense qu'il est difficile de se construire un bon réseau mais je crois que c'est ce réseau de professionnels coordonnés qui m'a permis de me stabiliser.
karine
Portrait de cgelitti
Pardon, je précise que je ne suis pas allée en centre pour mon sevrage, je l'ai fait chez mon frère ( à la dure...).
Elodie
Portrait de cgelitti
Je te remercie pour ta réponse, c'est très gentil à toi.
Je comprend à ce que tu m'écris, qu'avant le décès de ton ami, tu n'avais pas conscience de ton problème et que cela t'a permi de te confronter à la réalité.
Je me pose une autre question, qu'est-ce qui fait selon toi aujourd'hui, que tu puisse tenir avec ton traitement subutex, qu'est-ce qui fait que tu ne replonge pas avec l'héroïne, la cocaïne ? (Ne te sens pas obligé de répondre si tu n'en a pas envie).
Je sais qu'il existe une dépendance physique, biologique mais aussi une dépendance psychique et psychologique. Je me demande ce qui selon toi, fais que depuis 3 ans tu tiennes avec ce traitement. As tu rencontré quelqu'un ? As tu trouvé un appui psychologique dans ton entourage ou dans l'équipe soignante ?
Merci encore pour ta réponse.

karine
Portrait de cgelitti
Elodie,

J'ai arrêté de me droguer depuis 5 mois, après plus de 5 ans de consommation. Je précise que j'ai 24 ans.
En 5 ans, j'ai souvent eu envie d'arrêter mais je n'y arrivais jamais car je travaillais et je ne pouvais pas me permettre de me mettre en maladie trop longtemps.
Et un beau jour d'août 2006, mon grand frère qui vit en roumanie depuis 1 an m'a proposé de venir chez lui faire un sevrage, comme ça je ne serais pas tenté d'y retoucher car je serais loin de toutes mes connaissances et dans un pays étranger dont je ne parlais pas la langue!! J'ai alors tout laissé tomber ici en france: boulot, copain, et je suis partie, je savais que c'était ma dernière chance et que là-bas au moins, je ne recraquerais pas. J'y suis restée 4 mois et aujourd'hui je suis guérie, ou presque, car le psychologique se remet beaucoup moins vite que le physique!!
Le déclic dont tu parles, personnellement, je l'ai ressenti lorsque je me suis rendue compte du mal que je faisais à ma famille, mon copain, à certains amis. Mais il m'a fallut 5 ans pour le comprendre!!
Aujourd'hui, je tiens le coup car j'ai ma famille, mes amis qui m'épaulent. Et je suis enfin heureuse à nouveau, après 5 ans de galère!!! C'est une seconde naissance...
Si t'as besoin d'autres infos Elodie, n'hésite pas...
Elodie
Portrait de cgelitti
Je te remercie Karine. Ton explication était très claire et je pense avoir bien compris ce que tu voulais dire.
Cordialement. Elodie.
Elodie
Portrait de cgelitti
Je vous remercie à tous les deux pour votre aide.
Vos témoignages me sont précieux.
Je comprend à ce que vous me dîtes que les personnes qui vous entourent sont très importantes que ce soit la famille ou une équipe soignante pour réussir à tenir et à vous sentir mieux.
Karine,pourrais tu me dire ce que tu veux dire par "seconde naissance" ou plutôt ce que tu ressens à tel point de parler de seconde naissance ?
Sonie, as tu toi aussi cette impression de renouveau, de seconde naisssance ?

Encore une fois ne vous sentez pas obligé de répondre si vous n'en avez pas envie et encore merci.
karine
Portrait de cgelitti
Elodie,

Je suis sûre que si je n'avais pas mon entourage, je ne m'en serais jamais sortie. Pas parce que je n'aurais pas réussi mais parce que je ne l'aurais même pas souhaité. Les toxicomanes sont autodestructeurs alors ils s'en sortent rarement pour eux-même. Personnellement, c'est pour ma famille et mes amis que je l'ai fait.
Je t'explique la signification de "seconde naissance" à mes yeux: pendant ces 5 années de toxicomanie, j'étais comme endormie, comme dans un coma duquel je me suis réveillée. Je n'avais plus goût à rien, je ne pensais qu'à trouver mon produit pour me sentir bien. Lorsque j'ai arrêté, c'est comme si mes yeux qui étaient fermés depuis longtemps se rouvraient à nouveau. J'étais comme une enfant qui redécouvre toutes les choses de la vie: le chant d'un oiseau me rendait heureuse, le sourire d'un enfant, un arbre en floraison, bref des choses naturelles auxquelles on ne fait plus attention lorsqu'on est anesthésié par la came...
Voilà, j'espère avoir été assez claire et que tu as compris ce que je voulais dire.
Amicalement. Karine.
Sonie
Portrait de cgelitti
Pour ma part, j'ai 23 ans, et je suis sous Subutex depuis 3 ans, ce qui m'a décidé à me prendre en charge (contacter un service d'accueil et de soins et une équipe hospitaliére du réseau ville hopital) et à accepter que j'avais un réel problème avec l'héroïne et la cocaïne, est le décès par overdose de mon ami d'enfance avec qui je consommais et qui m'avait initié...
Voilà si je peux d'apporter un peu. Je fais des études supérieures aussi alors je comprends ta difficulté à trouver des témoignages.
A bientôt
Sujet vérouillé