Médecins : pour ou contre les réformes sur l'IVG et la contraception ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Novembre 2000 : 01h00
-A +A
A l'heure où le gouvernement propose de grandes réformes sur la contraception et l'IVG, comment les médecins réagissent-ils face à ces sujets largement controversés ?

Le gouvernement propose deux grandes réformes concernant l'IVG et la contraception, à savoir l'allongement du délai légal de l'Interruption Volontaire de Grossesse de 10 à 12 semaines et l'autorisation aux infirmières scolaires de distribuer la pilule du lendemain. Face à ces thèmes, depuis toujours très controversés, il est intéressant de connaître la position des médecins. Pour ce faire, 651 médecins libéraux (moitié de généralistes, moitié de spécialistes) ont été contactés par téléphone pour un sondage.

Pour l'allongement du délai de l'IVG à 67% … seulement !

A 62% les médecins sont favorables à l'allongement du délai légal de l'IVG. Moins d'un tiers (31%) y sont défavorables et 7% refusent de se prononcer. Les généralistes sont les mieux disposés avec 67% d'avis favorable (28% contre). Parmi les spécialistes, seuls 55% sont pour la réforme (35% de contre).

La réforme sur la pilule du lendemain est partagée

En ce qui concerne la possibilité donnée aux infirmières scolaires de distribuer la pilule du lendemain sans prescription du médecin, les avis divergent avec une égalité rigoureuse : 48% de pour et 48% de contre ! En revanche, les généralistes y sont clairement hostiles à 52% avec seulement 44% d'avis favorables. Ils ressentent probablement cette réforme comme un dessaisissement par rapport à un rôle qu'ils revendiquent. Les spécialistes, moins impliqués, sont pour à 53%, mais 43% d'entre eux restent défavorables.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Novembre 2000 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, N°6791, mardi 31 octobre 2000.
A lire aussi
La moitié des IVG sont désormais médicamenteuses Publié le 18/01/2010 - 00h00

Si le nombre d'IVG reste stable en France depuis le début des années 2000, la proportion d'IVG médicamenteuses a fortement progressé et représente à présent la moitié des IVG pratiquées, indique la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques,...

La pilule du lendemain, ça marche comment ? Publié le 19/08/2002 - 00h00

Rapport non protégé, capote mal utilisée (attention aux ongles !), oubli de pilule… Ces situations (et d'autres encore) sont susceptibles de donner lieu à une grossesse non désirée. Bref, le scénario catastrophe. La solution d'urgence ? La pilule du lendemain, à n'utiliser que de façon...

Plus d'articles