mesange1279
Portrait de cgelitti

Bonjour,

j'entre dans mon troisième mois de grossesse.

J'ai 40 ans tout juste, et c'est mon premier enfant.je vis à Paris et cherche une maternité qui soit à l'écoute de la maman comme aux bluets (complet) ou au lilas, où je suis sur liste d'attente.

je vis juste à coté de l'hôpital robert debré , réputé pour être une très bonne maternité , en matière de sécurité.

mais voilà, l'année dernière j'ai fait une fausse couche,e t j'ai pu me rndre compte à quel point l'hôpital est déshumanisé:

aucune information, les différents spécialistes refussent de répondre à des questions simples car "cela ne relèvent pas de leur spécialité". la plpart du personnel se fout complètement de votre douleur, et vous fait même sentir "que bon, là peut-être vous exagérez".

a part aux urgences ou j'ai trouvé une infirmière digne de ce nom, une interne m'a forcée à me lever alors que j'hurlais déjà de douleur, et saignais à profusion. mon ami et l'infirmière lui ont dit que je n'étais pas en état de marcher, "Et bien , il faut bien qu'elle se lève si elle veut que je l'ausculte" résultat, je me suis levée pébiblement et me suis assise sur une chaise à coté de son ordinateur pour répondre aux questions administratives : nom, prénon, etc.. A la troisième question, je me suis écroulée, et on m'a ramenée sur le brancard...

Arrivée aux urgences en hôpital de jour, vers 6h du matin, je finis par expulser le petit oeuf moi même, mais l'intervention est maintenue. en fin d'après midi, l'anesthésiste (la même qui avait refusé de répondre à mes questions lors d'une première consultation) me fait comprendre que je ferais mieux de rentrer chez moi.

je suis épuisée , j'ai 6 de tension, et surtout, je ne veux pas rentrer chez moi, je viens de perdre mon premier enfant et j'ai besoin d'une nuit dans un endroit calme et neutre où me reposer. je subis une véritable pression. je refuse et elle finit par me dire: EN plus , si vous avez des allergiees alimentaires, on ne va pas vous préparer quelque chose de spécial. précision inutile, je m'en serais doutée.

il n'y avait pas de douches, et la salle de bain était poussiéreuse à souhait.

donc, mon exprérinece à l'hôpital, même ultra spécialisé, me laisse un goût amer. ET je commence à paniquer car je ne sais vers quelle maternité me diriger.

Voic mon adresse mail pour celles qui souhaitent me répondre:

laboiteakatia@gmail.com

merci et bonne soirée à tous,

Jamuna

Jamuna
Portrait de cgelitti

Merci Fabienne,

je suis en pleine recherche, et me dirige bien sur vers le privé; mais c'est assez difficile de se rendre compte.

Sur Paris , les maternités qui sont très à l'acoute des maman, sont prises d'assault.

on m'a dit que l'on pouvait se faire suivre par un sage femme en libéral qui accouchera en clinique.

Mais je n'ai pour le moment aucun contact.

j'espère que vous aurez très vite un beau bébé.

jamuna

 

mesange1279
Portrait de cgelitti

J'ai vécu  une fausse couche, sur toulouse.. Hospitalisation de jour pour curetage 48  h après avec beaucoup d'attente pour le bloc ( prévu dans la matinée, je suis passée à 15 h ). Mais infirmière de l'hôpital de jour très à l'écoute et disponible. 

c'est un moment difficile a vivre et quoi qu'on dise on a toujours l'impression que le personnel est glaciaL. Après des   cons y en a partout. Par contre, en tant que soignante, j'ai du mal a croire  que l'on vous demande de quitter l'hôpital  à 6 de tension. !! 

fab69
Portrait de cgelitti

Bonjour, Je suis Lyonnaise, j'ai 44ans ( ss enfants )  et ai subi 2 fausses couches l'année dernière. .Je n'ai jamais eu de tels accueils lors de ces 2 moments difficiles à vivre. j'en suis désolée pour vous. En revanche, je me fais suivre dans une clinique privée. Peut-être devriez-vous éviter le public pour un choix dans le privé ?  Je vous souhaite bon courage. Fab69

Sujet vérouillé