enfin
Portrait de cgelitti
Slt à tous , je souhaite bon courage à ceux qui essaie d'arrêter toutes ces saloperies. Moi cela fait plus de 10 ans que je prends de l'héroine, j'ai arrêté une première fois avec du subutex ça à marcher puisque j'ai tout arrété au bout de 4ans de subutex mais malheureusement j'ai repris au bout de 1an quel gachis. Je suis retournée voir le médecin qui m'a à nouveau prescrit du subutex et me voilà à nouveau dans cette merde mais maintenant je mélange héroine et subutex et j'ai beaucoup de mal pour arréter, depuis 1 mois j'ai commencé à voir une psychologue en espérant que ça va m'aidée mais en tout ça je veux dire que c'est une "belle" merde que j'aime à la folie malheureusement.
enfin
Portrait de cgelitti
salut, je n'ai pas un parcours semblable, mais presque.

héro, sans rien pour calmer les manques, mais pas non plus "trop" dedans.

Puis, d'un coup (suite à un accident), sub, 12 mgs/jours.
    Et là, j'ai merdé, comme si tant qu'à faire qu'à ne pas être sois-même, autant tenter d'y prendre du plaisir, donc je me suis défoncé comme jamais, 3 gs/jours d'héro !!
Enfin peut-être d'autres ont fait pire, mais je sais que par rapport aux gens que je fréquentais, j'étais rendu bien grave, avec tous les symptomes au bout de quelques mois, les dents qui tombent, la peau qui pourri presque (la moindre écorchure s'infecte), etc etc etc.
Le truc en plus, c'est que le sub, étant une substance qui bloque les récepteurs comme aucun autre produit ne peut le faire (le but étant de ne plus avoir envie de se défoncer, ou plutot de ne plus pouvoir, vu qu'on ne ressent plus rien d'autre), donc récepteurs saturés, on est obligé d'abuser sur l'héro si on veut avoir un minimum d'effet.   

Sacré cercle vicieux quand même.

Cà a commencé à aller mieux quand je n'ai plus du tout touché à la cam, rien, même pas une pointe occasionnelement, surtout pas.
Après se soigner du sub, c'est un autre problème, logique car son rôle est de passer "par dessus tout le reste", ce qui veut dire aussi que quand il est installé dans l'organisme, il passe par dessus les plaisirs, les désirs, les endorphines, enfin tout.
Même l'alcool, ses effets sont différents, pas de gueule de bois, pas d'ivresse à tomber, donc pas de limite de conso......
   Longue est la route (enfin je parle pour moi là) à partir de ce moment-là, pour pouvoir redevenir enfin sois-même.

   Mais aujourd'hui je vais bien, je souhaite arrêter définitivement le sub, j'ai totalement oublié les sensations de l'héro, c'est loin derrière, donc pas de manque.

SI je peux t'aider, si t'as des questions que tu te poses... dis-moi.

Je te souhaite de t'en sortir.

Bz,
Sujet vérouillé