Manger bio est-il vraiment bon pour la santé ?

Publié par Hopital.fr le Jeudi 13 Février 2014 : 11h06
Mis à jour le Vendredi 14 Février 2014 : 12h26

La vaste étude "BioNutriNet-santé", qui devrait concerner au moins 100.000 personnes dont la moitié adepte de produits bio, a été lancée le 11 février. Ses responsables lancent un appel afin que le plus grand nombre de consommateurs participent à ce projet par le biais d’Internet.

© getty

NutriNet-Santé est une étude dite de cohorte (c’est-à-dire portant sur un groupe de sujets suivis pendant plusieurs années) réalisée sur une large population suivie pendant une période d’au moins 5 ans, pour étudier les relations entre la nutrition et la santé. Pas moins de 259 000 participants - les Nutrinautes – sont d’ores et déjà suivis via le site Internet NutriNet-Santé (www.etude-nutrinet-sante.fr), en remplissant des questionnaires au minimum annuels.

Le but de cette étude est d’identifier des facteurs de risque ou de protection liés à la nutrition pour les maladies les plus courantes : obésité, hypertension artérielle, diabète, dyslipidémies, maladies cardiovasculaires, cancers…

Vitamines, minéraux, pesticides

Avec BioNutriNet, l’équipe de recherche dirigée par le Pr Serge Hercberg, en charge de NutriNet-Santé, lance un volet spécifique de l’étude sur la consommation des aliments issus de l'agriculture biologique et leur impact nutritionnel, économique, environnemental et toxicologique.

Première mondiale, cette étude devrait concerner au moins 100.000 internautes (dont 50.000 consommateurs de produits bio) suivis dans le cadre de NutriNet-Santé. Les effets des aliments bio sur l'état nutritionnel (vitamines et minéraux) et toxicologique (résidus de pesticides) seront notamment mesurés. Le financement spécifique de BioNutriNet est assuré par l'Agence Nationale pour la Recherche.

PUB

Programme national nutrition santé

Fin janvier, deux rapports remis à la ministre de la Santé, l’un du Pr Serge Hercberg et l’autre du Pr Arnaud Basdevant, chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), ont rappelé le rôle clé que doit jouer l’alimentation à la fois dans notre bien-être mais aussi dans la prévention et le traitement de nombreuses maladies chroniques, dont bien sûr l’obésité.

Publié par Hopital.fr le Jeudi 13 Février 2014 : 11h06
Mis à jour le Vendredi 14 Février 2014 : 12h26
Source : Hopital.fr
PUB
PUB
A lire aussi
Légumes : mangez-en le plus souvent possiblePublié le 27/05/2002 - 00h00

On le dit et on le répète : les légumes sont bons pour la santé. Ils contiennent des éléments nutritionnels qui entrent dans la lutte contre le vieillissement, la fréquence de certains cancers. Ils sont aussi bons pour le coeur : une étude fort intéressante le démontre.

Nutrition : manger 5 fruits et légumes par jour, si je peux !Publié le 19/06/2006 - 00h00

La recommandation phare du Programme national de nutrition santé (PNNS) de manger 5 fruits et légumes par jour est tout à fait fondée pour le bien de notre santé à tous. Reste que les fruits et légumes coûtent très cher et que toutes les familles ne peuvent pas s'en offrir à volonté....

Plus d'articles