Maladies professionnelles : de quelles maladies parle-t-on ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 31 Mars 2014 : 10h00

L’exercice de certaines professions peut exposer les salariés à des risques susceptibles de provoquer des maladies.

L’Assurance maladie tient à jour des tableaux de maladies professionnelles reconnues comme telles et menant automatiquement à une prise en charge. Mais en dehors de ces tableaux, d’autres maladies peuvent être reconnues.

Comment les maladies professionnelles sont-elles reconnues ?

Selon la loi du 25 octobre 1919, « une maladie est dite professionnelle si elle est la conséquence directe de l'exposition d'un travailleur à un risque physique, chimique ou biologique, ou résulte des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle et si elle figure dans un des tableaux du régime général ou agricole de la Sécurité sociale ».

La problématique des maladies professionnelles est de prouver qu’une maladie a bien pour origine l’exercice d’une profession.

C’est pourquoi l’Assurance maladie a établi des tableaux énumérant pour chaque maladie les conditions nécessaires pour qu’elle soit reconnue comme maladie professionnelle. Cette condition est indispensable pour cette maladie liée au travail soit prise en charge à 100% par l’Assurance maladie. Dans le cas d’un décès, les proches (conjoint, concubin, partenaire pacsé, enfants…) peuvent bénéficier d'une aide financière (rente).

Grâce à cette « présomption d’imputabilité », le salarié n’a pas à apporter de preuves puisque c’est, inversement, à l’Assurance maladie d’établir les preuves que la maladie n’est pas liée au travail, ce qui facilite la mise en place de la prise en charge.

Les tableaux des maladies professionnelles

Une maladie peut être reconnue comme maladie professionnelle si elle figure dans l'un des tableaux annexés au Code de la Sécurité sociale. Ces tableaux sont évolutifs.

Il existe actuellement 112 tableaux du régime général et 65 tableaux du régime agricole : www.inrs-mp.fr.

Chaque tableau comporte 3 colonnes :

  • Première colonne : énumération des symptômes ou des maladies.
  • Deuxième colonne : le délai de prise en charge (durée maximale entre la première constatation médicale et le retrait de l'exposition).

    Figure aussi parfois une durée minimale d'exposition à la nuisance.

  • Troisième colonne : les activités professionnelles susceptibles de provoquer la maladie.

Exemple : maladie de Parkinson et pesticides

Par exemple, le dernier tableau du régime agricole (créé en 2012) est « la maladie de Parkinson provoquée par les pesticides » (n° 58). Pour que cette maladie soit automatiquement reconnue comme professionnelle, il doit s’agir d’une « maladie de Parkinson confirmée par un examen effectué par un médecin spécialiste qualifié en neurologie ».

Le délai de prise en charge est de 1 an (sous réserve d’une durée d’exposition de 10 ans) et les principaux travaux susceptibles de provoquer cette maladie sont ceux « exposant habituellement aux pesticides :

  • lors de la manipulation ou l'emploi de ces produits, par contact ou par inhalation ;
  • par contact avec les cultures, les surfaces, les animaux traités ou lors de l'entretien des machines destinées à l'application des pesticides ».

Exemple : cancer du poumon et amiante

Autre exemple : « le cancer du poumon broncho-pulmonaire provoqué par l’inhalation de poussières d’amiante » (tableau du régime général 30 bis) sera automatiquement reconnu s’il s’agit d’un cancer broncho-pulmonaire primitif.

Le délai de la prise en charge est de 40 ans (sous réserve d’une durée d’exposition de 10 ans) et la liste des principaux travaux en cause est la suivante :

  • Travaux directement associés à la production des matériaux contenant de l'amiante.
  • Travaux nécessitant l'utilisation d'amiante en vrac.
  • Travaux d'isolation utilisant des matériaux contenant de l'amiante.
  • Travaux de retrait d'amiante.
  • Travaux de pose et de dépose de matériaux isolants à base d'amiante.
  • Travaux de construction et de réparation navale.
  • Travaux d'usinage, de découpe et de ponçage de matériaux contenant de l'amiante.
  • Fabrication de matériels de friction contenant de l'amiante.
  • Travaux d'entretien ou de maintenance effectués sur des équipements contenant des matériaux à base d'amiante.

En pratique, on retiendra que dans certains tableaux, les conditions sont très précises et restrictives (ex. liste limitative des 34 professions exposant aux rhinites et asthmes professionnels). Mais dans d’autres cas, elles peuvent être plus indicatives et non limitatives.

À noter également que certains symptômes reposent sur des résultats d’analyses biologiques très précis (ex. un taux sanguin d'oxyde de carbone supérieur à 1,5 millilitre pour 100 millilitres de sang est requis pour l’intoxication professionnelle par l’oxyde de carbone).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 31 Mars 2014 : 10h00
Source : INRS, http://www.inrs.fr/accueil/produits/bdd/mp.html. Assurance maladie, ameli.fr et http://maladies-professionnelles.cramif.fr/index.php.
A lire aussi
Pesticides : quels sont les vrais risques pour notre santé ?Publié le 21/10/2013 - 08h30

D'après une étude récente de l'Inserm, l'exposition professionnelle à des pesticides pourrait favoriser la survenue de certaines pathologies graves chez l'adulte.Quant aux expositions intervenant au cours de la période prénatale et périnatale -ainsi que la petite enfance- elles peuvent...

Cancer professionnel : pour ne pas reproduire le drame de l'amiantePublié le 18/04/2006 - 00h00

En France, un cancer sur dix est d'origine professionnelle, soit 20.000 cas par an. Sous-déclarés, méconnus, mal pris en charge, les cancers professionnels doivent dès aujourd'hui être mieux prévenus, au risque de reproduire le scandale de l'amiante pour d'autres substances cancérigènes.

La maladie d’Alzheimer, une maladie professionnelle ?Publié le 17/12/2010 - 10h50

Et si la maladie d’Alzheimer était une maladie professionnelle ? C’est ce que suggère cette étude, en montrant que les ouvriers viticoles, fortement exposés aux pesticides, présentent un risque accru de développer une démence, dont la maladie d’Alzheimer… 

Plus d'articles