Maladies de peau : hygiène et piscine

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mardi 02 Mai 2006 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 27 Mai 2016 : 18h44
-A +A

Sur le plan de l'hygiène, les piscines répondent à des normes très sévères. Il existe néanmoins quelques risques dont tout nageur régulier ou occasionnel se doit d'être conscient.

Piscine : l'eau est sous haute surveillance

L'eau des piscines est surveillée lors de mesures automatiques dans le système de renouvellement et de filtrage. Le but consiste à éviter une surconcentration en produit stabilisant qui aurait pour effet de diminuer l'action antiseptique du chlore. L'eau de la piscine ne doit être irritante ni pour les yeux ni pour les muqueuses. C'est pourquoi son pH est maintenu entre 6,9 et 8,2. Des analyses bactériologiques sont effectuées régulièrement pour s'assurer de l'absence de coliformes fécaux, de germes pathogènes et de staphylocoques. Les piscines sont en outre vidangées et nettoyées plusieurs fois par an. Bref, le risque d'attraper une maladie grave, comme une méningite ou une gastro-entérite en piscine, est quasiment nul.

Désagréments en tous genres

Pour autant, la piscine n'est pas exempte de tout reproche. Le caractère agressif des agents désinfectants peut en effet légèrement modifier l'écosystème cutané. La manifestation la plus fréquente est la xérose, c'est-à-dire un dessèchement de la peau. Pour certains dermatologues, cette altération du système "hydrolipidique" favorise la surinfection par des bactéries et des champignons. Les nageurs en piscine connaissent parfois des épidémies de mycoses, ces infections parasitaires qui se traduisent par l'apparition de plaques rouges entre les orteils. Pour les éviter, il suffit pourtant de se sécher soigneusement tous les replis de la peau après la douche. En traitement, on appliquera une pommade antimycosique, il en existe de redoutablement efficaces.

Le "granulome des piscines" est une autre affection rare provoquée par des micro-bactéries. Souvent situées au genou, des plaques verruqueuses apparaissent et disparaissent de façon chronique.

Enfin, dans des cas vraiment exceptionnels, certaines personnes sensibilisées peuvent développer un eczéma de contact. Le simple fait d'être mouillé suffit alors à produire les démangeaisons. Mais insistons bien là-dessus : c'est extrêmement rare !

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mardi 02 Mai 2006 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 27 Mai 2016 : 18h44
A lire aussi
Verrues : comment les éviter ? Publié le 25/07/2017 - 12h02

On estime qu’un Français sur quatre a des verrues. Le plus souvent au niveau de la plante de pieds et des mains, ces petites tuméfactions cutanées bénignes affectent plus souvent les enfants jusqu’à l’adolescence, mais de nombreux adultes présentent eux aussi des verrues. Contagieuses,...

Verrue plantaire : c'est quoi ? Publié le 30/07/2012 - 22h00

Les verrues sont de petites excroissances cutanées. Elles sont dues à l’un des virus appartenant à la grande famille des papillomavirus. Les verrues plantaires ont leurs propres caractéristiques. Elles ont aussi la particularité d’être difficiles à traiter, mais nombre de verrues...

Plus d'articles