Maladie rénale et prise en charge : le parcours du combattant

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Lundi 22 Février 2016 : 11h30
Mis à jour le Lundi 22 Février 2016 : 11h36

En préparation de la journée nationale du rein qui aura lieu le 10 mars, l’association Renaloo tire la sonnette d’alarme sur la prise en charge inégale des patients atteints d’une maladie rénale.

PUB

Insuffisance rénale : des malades mal informés

A l’heure où les autorités sanitaires considèrent que le patient doit être acteur de sa santé, une étude, réalisée par l’association Renaloo sur plus de 1000 patients atteints depathologies des reins, révèle qu’ils sont mal informés par les professionnels de santé et qu’ils ne sont pas suffisamment associés aux décisions médicales les concernant :

  • 1 sur 3 estime ne pas avoir participé au choix de son traitement, 1 sur 2 parmi les patients sous dialyse.
  • plus d’1 sur 2 déclare avoir été mal ou pas informé sur l’éventualité d’être greffé sans passer par la dialyse, alors que l’accès précoce à la greffe est considéré comme la stratégie la plus efficace par les meilleurs spécialistes des reins. C’est aussi la plus confortable pour le patient et la moins coûteuse.
  • 1 sur 2 ne sait pas qu’il est possible de faire sa dialyse à domicile, alors qu’1 sur 3 souhaiterait essayer.
PUB

L’incroyable retard français dans la prise en charge de la maladie rénale

Cette enquête est l’occasion de rappeler qu’en France, seuls 45% des patients dont les reins ne fonctionnent plus bénéficient d’une greffe. Ils sont 55% au Royaume-Uni, Pays-Bas, Espagne et 70% en Norvège. C’est pareil pour les dialyses à domicile : 5% en France contre 20 à 25% chez nos voisins européens. Renaloo avait déjà alerté sur ces dysfonctionnements -et notamment l’inégalité dans l’accès aux traitements- lors des premiers États Généraux du Rein il y a trois ans. Dans un rapport publié en septembre 2015, la Cour des Comptes enfonce aussi le clou en pointant « la faible efficacité des stratégies de prévention et de prise en charge des malades » qui pourraient pourtant stopper l’évolution de la maladie et limiter le recours à la dialyse et à la greffe.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Lundi 22 Février 2016 : 11h30
Mis à jour le Lundi 22 Février 2016 : 11h36
Source : Conférence de presse « Maladies rénales, dialyse, greffe : un parcours du combattant », 18 février 2016. renaloo.com
PUB
PUB
A lire aussi
Interview : Vivre avec une maladie des reinsPublié le 12/11/2003 - 00h00

Nombre de patients ont des difficultés pour obtenir des informations sur leur insuffisance rénale. Or celles-ci sont essentielles pour mieux accepter et freiner l'évolution de leur maladie. Un guide accessible au grand public, réalisé sous la direction du Pr Michel Olmer*, vient de paraître.

Mes reins, j’y tiens !Publié le 07/10/2011 - 09h22

Un Français sur 20 a les reins malades et ne le sait pas ! Quelles sont les principales maladies rénales, comment les dépister, quels sont les facteurs de risque ?

Plus d'articles