Maladie de peau : et si c’était une dépression ?

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Jeudi 17 Mars 2016 : 16h40
Mis à jour le Lundi 21 Mars 2016 : 17h26
-A +A

Éruptions, rougeurs, eczéma, urticaire, psoriasis... Une maladie de peau est souvent la conséquence du stress et des bouleversements qui affectent notre quotidien. Elle est aussi parfois le signe d’une dépression qu’il faut rechercher pour mieux la soigner.

La peau, miroir de nos émotions

« A 80 ans, mon père a développé un psoriasis qui a résisté à tous les traitements, raconte Christine. Il souffrait énormément de solitude et redoutait la mort. Je crois que sa maladie de peau témoignait de sa déprime et de son angoisse comme si, inconsciemment, il voulait attirer l’attention pour que l’on s’occupe de lui ». La peau, miroir de l’âme ? Incontestablement. Elle est même le reflet direct de nos émotions. On l’a tous expérimenté : il suffit d’avoir un rendez-vous important, un entretien d’embauche, une mauvaise nouvelle, un stress... pour se mettre à rougir, pâlir, transpirer. Certains plus que d’autres car « ils ont un système de régulation des tensions moins efficace », affirme le Pr Philippe Humbert, chef du service de dermatologie au CHU de Besançon.

Le stress aggrave les affections de la peau

Ces réactions sont inconfortables mais sans gravité. En revanche, il arrive que le stress s’affiche plus durablement sur le corps. « C’est vrai pour toutes les maladies de peau », souligne Philippe Humbert. Et la liste est longue : acné, eczéma, psoriasis, pelade, urticaire, dermite séborrhéique, rosacée, plaques, démangeaisons, éruptions... rien n’échappe à nos remous intérieurs.

« Le stress tout seul n’est pas la cause mais il exacerbe ou aggrave une pathologie cutanée déjà présente ou sous-jacente. Le fait de manger une seule fraise peut déclencher une dermatite atopique chez une personne allergique à ce fruit si elle est stressée alors que, habituellement, cette réaction survient quand elle en mange trois », explique le spécialiste.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Jeudi 17 Mars 2016 : 16h40
Mis à jour le Lundi 21 Mars 2016 : 17h26
Source :
Entretien avec le Pr Philippe Humbert, chef du service de dermatologie du CHU de Besançon.
7èmes Assises des Femmes Médecins « Bien dans peau pour bien soigner », Paris, 12 mars 2016.
A lire aussi
Psoriasis, et si on en parlait ? Publié le 30/11/2013 - 23h00

Près de 3 millions de Français souffrent de psoriasis.Une affection dermatologique fréquente dont on parle peu et qui véhicule encore beaucoup de préjugés.Le point sur ce qu’est le psoriasis, son impact au quotidien et ses nouveaux traitements.

Psoriasis : se soigner avec la luminothérapie Publié le 03/05/2016 - 13h40

Les traitements actuels contre le psoriasis permettent non pas d’obtenir une guérison complète, mais de réduire les poussées, de soulager les douleurs au prix de contraintes et d’effets secondaires non négligeables. Mais la dermatologie s’intéresse de plus en plus à la luminothérapie...

Eczéma Publié le 07/09/2001 - 00h00

Maladie de la peau inflammatoire et chronique, l'eczéma peut toucher tout le monde, à n'importe quel âge. Cette maladie peut apparaître à différents endroits sur le corps et, fait rassurant, l'eczéma n'est pas du tout une affection contagieuse.

Psoriasis : les proches, premier soutien Publié le 07/01/2011 - 10h57

Le psoriasis est un paradoxe : maladie très visible, il est pourtant relativement mal connu, et surtout, il reste tabou. Selon les spécialistes, pourtant, parler du psoriasis avec ses proches est un élément important de bien-être.

Plus d'articles