bien
Portrait de cgelitti
je voudrais savoir si quelqu'un qui a bu longtemps et énormément ,si il s'arrête de boire d'un seul coup,peut avoir de graves conséquences,comme des pertes d'équilibre importantes,des difficultés à tenir quelque chose dans les mains,des difficultés d'élocution.
babameski
Portrait de cgelitti
ecoutez mon ami Ginou, moi je sui musulman pratiquant, je fais le careme ,et je sui un grand consommateur d alcool ( bieres et vins) pour etre clair; j ai la chance d arreter de boire pendant le ramaden ( un mois de calendrier musulman ou le musulman s abstient de manger , de boire , et d avoir des rapports sexuels depuis le levee du jour jusk au coucher du soleil )et ben je te le jure ke l arret de consommation d alcool est instantane et on n eprouve aucun trouble ni physike ni psychike. donc a toi de vouloir arreter laconsommation sans condition et sans prejuges. si ca marche p&s gardes tes habitudes et estimes toi heureuxa condition ke la sante ne fasse defaut, et la t as pas le choix.Bon courage.
Alain13
Portrait de cgelitti
Bonjour Ginou
Ton message me laisse perplexe ; tu dis que ton ami a arrêté de boire il y a un an et demi, et que les tremblements, difficulté d?élocution, etc, l?ont pris il y a six mois?.
- Soit il a reconsommé, et s?est arrêté seul, mais il a réenclenché le processus de dépendance, donc elle se fait sentir, sous des formes bien connues.
- Soit il n?a pas reconsommé, et alors, pourquoi faire référence à l?alcool ? Certes, le corps évidemment se souvient de tout ce qu?on lui a fait subir, mais je n?ai jamais entendu dire que ces symptômes pouvaient apparaître après un an d?abstinence?
Il y a quelque chose de pas clair?
Bisou.
coco
Portrait de cgelitti
ne t'inquiete pas alain ce soir au repas avec mes beau parent je n'ait seulement bu que un vert de sengria et deux vert de rouge et tu voit moi ça va franchement je n'éprouve pas de manque comme auparavant et suffit d'en n'avoir la volonte moi j'i arrive mes tout autre personne reagit d'ifferement
bonsoir atoi alain et bonne nuit
coco
Portrait de cgelitti
cher ginou
çi je peut me permetre je ne voit pas ce que la norologie vient car il suffirait peut etre pour ton ami de demander une hospit dans un service ou il connaise bien tout les problèmes avec l'alcool au c-h-u d'angers d'ou je suis j'aie mon beau frere qui s'est fait hospitalisé dans le service fisinger renseigne toi au c-h-u de ta commune
bon courage a toi
Alain 13
Portrait de cgelitti
Coco, il est vrai que se retrouver en neurologie pour un problème d'alcoolisme peut paraître curieux, mais tu sais que l'alcool attaque fortement le système nerveux, y compris le nerf optique... Il y a peut-être donc une priorité à traiter, mais il est évident que la personne devra passer tôt ou tard par le service d'alcoologie.
J'espère que Ginou donnera de ses nouvelles.
EneZ
Portrait de cgelitti
bonjour

Chaque personne reagit differement..je te conseille plutot d'aller voir ton medecin, ce n'est pas normal
bien
Portrait de cgelitti
bertrand,
il y a un forum "alcool: abstinence heureuse", c' est là que tu dois aller, c' est intéressant.
Alain 13
Portrait de cgelitti
Bonjour Ginou
je suis bien sûr désolé pour ton ami, mais il est bien que tu témoignes, et j'espère que ton message sera lu par de nombreuses personnes, et pourra éviter la même expérience à certains.
Bien sûr, l'alcool n'atteint pas que le foie, et l'arrêt de l'alcool ne peut réparer d'un coup de baguette magique tous les dégâts engendrés. Il y a un petit dépliant qui dit "Votre corps se souvient de tout!"; tout comme un fumeur peut déclencher un cancer du poumon après avoir arrêté de fumer, un alcoolique peut avoir à subir ce genre de séquelles après avoir arrêté de boire...
"Mieux vaut prévenir que guérir" est plus que jamais d'actualité.
Cordialement.
Alain 13
Portrait de cgelitti
Ginou,
il est très fortement déconseillé, dans le cas que tu décris, c'est-à-dire une conso importante et de longue date, d'arrêter de boire d'un seul coup.
Il peut y avoir les troubles que tu évoques, mais surtout les crises d'épilepsie, les visions hallucinatoires, voire un DT (délirium tremens).
L'alcool est une drogue dure; il faut consulter un docteur, mieux un alcoologue, qui permettra un sevrage en douceur. Il y a des CCAA (Centres d?alcoologie) un peu partout, et les consultations y sont gratuites.
Je sais de quoi je parle en citant ces effets secondaires assez spectaculaires, et dangereux pour la personne. Je suis un malade alcoolique, maintenant militant dans une assoc d?anciens buveurs, Vie Libre ; j?ai beaucoup appris sur la maladie alcoolique lors de ma cure, et en suivant des conférences, et surtout j?ai vu ?
Autant on peut arrêter net le tabac sans se mettre en danger, autant sortir aussi sec ( !) de l?alcool, ou de certains médicaments, présente un danger?
Alain.
ginou
Portrait de cgelitti




bonjour à tous
malheureusement c'est bien l'alcool qui est à l'origine des troubles de mon ami.
Il n'y a pas de remède miracle;peut être pourra-t-on amélioré légèrement son état.
cela s'est fait progressivement même aprés l'arret de l'alcool car le processus avait commencé avant et comme on croyait que c'était à cause de son cholestéatoome,on ne s'est pas douté que cela puisse être l'alcool.
mais aprés l'opération de son oreille ,ils se sont rendus a l'évidence que ça ne provenait pas de ça et ils ont perdu du temps.
conclusion: dans l'alcoolisme il n'y a pas que le foie qui peut être atteint
ils disaient souvent à tout le monde :
Moi?mais je ne crains pas l'alcool,je peux boire ce que je veux et voilà ou il en est

Pages

Sujet vérouillé