Touteunehistoire
Portrait de cgelitti
Ma trisomie 21 a été décélée assez tardivement, à la trentaine. Les médecins généralistes ont pu poser ce diagnostic que lorsqu'il ont constaté une lypotonie importante des muscles faciaux, avant j'avais un visage de personne "normale", rien n'avait, de ce fait, éveillé leurs soupçons sur cette maladie. L'annonce du diagnostic m'a abassourdi : je me suis toujours perçue comme étant normale et pas "différente.

Ils n'ont pas pu découvrir cette pathologie dès l'enfance, rien dans mon visage ne trahissait mon déficit mental. Ca retardé le diagnostic...

A 20 ans, j'avais passé un test de QI, lors d'un stage de détermination de projet professionnel où la psychologue m'avait trouvé un QI de 100, un score assez honorable. Je n'ai pas eu de test génétique pour confirmer le diagnostic des médecins généralistes qui ne voient pas d'autres maladies possibles à une lyptonie de la face. J'ai eu une scolarité quasi normale. Je n'ai jamais été placée en foyer. Je ne suis pas sous tutelle.

Je voudrais avoir des témoignages de personnes qui ont eu le diagnotic de leur trisomie 21 à un âge avancé de la vie, qui ont un QI dans les normes >80 et qui n'ont pas eu de test génétique pour le prouver car c était une évidence pour les médecins.

Excusez-moi d'avance pour ma manière de m'expirmer qui laisse peut être à désirer mais je suis handicapée mentale.

PUB
PUB